e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Nutrition : la commercialisation "non éthique" des préparations pour nourrissons nuit aux Africains

Nutrition : la commercialisation "non éthique" des préparations pour 
nourrissons nuit aux Africains - étude
Cherif Ousman Mbardounka
BBC Afrique
25 février 2022
https://www.bbc.com/afrique/monde-60500407

Selon une étude conjointe de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et du 
Fonds des Nations Unies pour l'enfance (Unicef), près de la moitié des 
nouvelles mères au Nigéria, deux mères marocaines sur cinq et plus d'un 
cinquième des mères sud-africaines se sont vu conseiller par un professionnel 
de la santé de donner à leur bébé un produit de type lait maternisé.

"Ce rapport montre très clairement que la commercialisation du lait maternisé 
reste inacceptablement répandue, trompeuse et agressive", a déclaré le Dr 
Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS.

Ce que dit le rapport
Les professionnels de la santé du Nigéria et du Maroc ont signalé que les 
contacts avec les fabricants de lait maternisé étaient extrêmement fréquents 
dans les établissements de santé publics et privés.

Le rapport a interrogé 8 500 parents et femmes enceintes, ainsi que 300 agents 
de santé dans des villes du monde entier, notamment en Afrique du Sud, au 
Bangladesh, en Chine, au Maroc, au Mexique, au Nigéria, au Royaume-Uni et au 
Vietnam.

"Nous avons besoin de politiques, de législations et d'investissements solides 
en faveur de l'allaitement maternel, afin que les femmes soient protégées des 
pratiques commerciales contraires à l'éthique et qu'elles aient accès aux 
informations et au soutien dont elles ont besoin pour élever leur famille", a 
déclaré Catherine Russell, directrice générale de l'Unicef.

L'OMS et l'UNICEF dénoncent les pratiques employées par l'industrie des 
préparations pour nourrissons, qui pèse 55 milliards de dollars. Ces industries 
dépensent entre 3 et 5 milliards de dollars (2,7 à 3,4 milliards d'euros) pour 
influer sur la décision des parents ou des femmes enceintes.

L'OMS et l'Unicef s'inquiètent tout particulièrement de ce que les fabricants 
ciblent les personnels de santé qui "sont approchés pour influer sur leurs 
recommandations aux nouvelles mamans". L'éventail est large: échantillons 
gratuits, cadeaux promotionnels, financement de recherches, colloques mais 
aussi parfois un intéressement aux ventes.

Le Dr Nigel Rollins, un pédiatre qui a supervisé l'étude pour l'OMS, souligne 
en outre que "nous voyons du marketing partout. On voit des approches 
différentes, parfois transparentes, parfois plutôt axées sur le numérique et 
dans d'autres cas ce sont les professionnels de santé qui sont ciblés" pour 
leur pouvoir d'influence.

Quels sont les avantages du lait maternel ?
Le lait maternel est l'aliment idéal pour les nourrissons. Il est sûr, propre 
et contient des anticorps qui aident à protéger contre de nombreuses maladies 
courantes de l'enfance.

L'OMS recommande l'allaitement maternel exclusif pendant six mois comme le 
moyen le plus efficace de garantir la santé et la survie de l'enfant.

Les enfants nourris au sein auraient de meilleurs résultats aux tests 
d'intelligence, seraient moins susceptibles d'être en surpoids et moins sujets 
au diabète plus tard dans la vie. Les femmes qui allaitent ont également un 
risque réduit de cancer du sein et des ovaires.

Le Dr Siméon Nanama, Conseiller Régional Nutrition à l'UNICEF Afrique de 
l'Ouest et du Centre, estime que le lait maternel est de loin supérieur au lait 
artificiel.

Le colostrum, le premier lait sécrété par les seins juste après l'accouchement, 
est un lait très riche en anticorps qui permettent de protéger les bébés contre 
les maladies.

L'allaitement maternel permet de prévenir des maladies comme la diarrhée, les 
infections respiratoires et contribue de ce fait à sauver des milliers de vies 
d'enfants. On estime par exemple que l'allaitement, s'il était pratiqué de 
manière optimale et à échelle, permettrait de sauver environ 8 000 vies 
d'enfants et, en plus de cela, d'avoir des bénéfices pour l'enfant.

C'est une pratique qui a des bénéfices pour la mère et les mêmes évidences 
rapportent que l'allaitement lorsqu'il est pratiqué de façon optimale, permet 
aussi de sauver environ 20.000 décès de mères dus au cancer, explique Dr Nanama.

Les scientifiques démontrent que le lait maternel est bel et bien supérieur au 
lait artificiel en termes de protection de la survie des enfants. Mais au-delà 
de leur développement cognitif et de leur capacité à devenir des adultes. Les 
enfants qui sont allaités au lait sont protégés et ont un risque moins élevé de 
développer des maladies chroniques comme l'obésité lorsqu'ils deviennent 
adultes.

Comment promouvoir l'allaitement maternel ?

Malgré les bénéfices connus pour la santé, seulement 44% des bébés de moins de 
6 mois sont exclusivement allaités, selon l'OMS et l'Unicef.

"Le taux d'allaitement dans le monde n'a que très peu augmenté ces 20 dernières 
années, alors que les ventes de ces laits pour bébés ont doublé sur à peu près 
la même période", soulignent les agences onusiennes.

Les deux agences onusiennes recommandent des programmes de soutien à 
l'allaitement, comme des congés parentaux adéquats, mais aussi d'interdire aux 
personnels de santé d'être sponsorisés par ces fabricants.

Dr Siméon Nanama, spécialiste en Nutrition, estime qu'il faut déconstruire les 
idées reçues par rapport à l'allaitement maternel. Ces idées reçues contribuent 
aussi à faire en sorte que certaines femmes s'orientent vers les laits 
artificiels. Il y en a qui pensent que le lait maternel n'est pas suffisant 
pour le bébé, que le bébé a une meilleure impression de satiété comparativement 
au lait maternel etc. Pour lui, dans la plupart des cas, on a juste besoin 
d'apporter le soutien et l'appui et l'assistance aux femmes qui allaitent.

Qu'elles soient des femmes qui allaitent et qui travaillent ou des femmes qui 
allaitent et qui ne travaillent pas et qui font face à des contraintes. C'est 
de s'assurer que dans le milieu du travail, on met en place des conditions qui 
permettent à ces femmes-là de continuer à allaiter les enfants.

Le spécialiste suggère également de mettre en place des crèches sur les lieux 
de travail pour permettre aux mères d'allaiter.

Il s'agit de travailler notamment sur certaines normes sociales pour briser les 
croyances que les femmes ont tendance à ne pas allaiter ou alors à faire 
recours aux substituts du lait maternel.

L'OMS et l'Unicef demandent aussi aux fabricants de s'engager publiquement à 
respecter le code de conduite.

L'Assemblée mondiale de la santé, organe décisionnel suprême de l'OMS, a bien 
adopté un code de conduite depuis 1981 mais souvent il n'a pas été transcrit 
dans la législation nationale ou n'est pas appliqué.
Carinne Bruneton 


<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Nutrition : la commercialisation "non éthique" des préparations pour nourrissons nuit aux Africains, e-med <=