e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] The Lancet : les pays se préparent à la décision d'un traité sur les pandémies

The Lancet : les pays se préparent à la décision d'un traité sur la pandémie
-------------------------------------------------- ------------------------
traduction de cet article publié sur e-drug
https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)02651-9/fulltext

RAPPORT MONDIAL| VOLUME 398, NUMÉRO 10315, P1951, 27 NOVEMBRE 2021

Les pays se préparent à la décision du traité sur les pandémies

Jean Zarocostas

https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)02651-9/fulltext
Publié:27 novembre 2021
DOI : https://doi.org/10.1016/S0140-6736(21)0265

Les diplomates de la santé négocient l'opportunité d'élaborer un accord sur la 
pandémie avant une session extraordinaire de l'Assemblée mondiale de la santé. 
Reportage de John Zarocostas depuis Genève, Suisse.

Les négociations se sont intensifiées avant la session extraordinaire de 
l'Assemblée mondiale de la santé (WHASS), du 29 novembre au 1er décembre 2021, 
qui discutera de l'élaboration d'un nouvel instrument international dirigé par 
l'OMS sur la préparation et la riposte aux pandémies. Les partisans d'un traité 
juridiquement contraignant espèrent beaucoup que la session donnera le feu vert 
pour son élaboration.

La session extraordinaire est l'occasion d'un accord générationnel, a déclaré 
Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS, le 3 novembre, dans 
l'espoir de renforcer les capacités nationales et internationales pour la mise 
en œuvre du Règlement sanitaire international (RSI), une meilleure gestion des 
données, un meilleur mécanisme de gestion des produits de santé essentiels et 
un mécanisme soutenu de partage des échantillons d'agents pathogènes.

Tedros a admis que les enjeux sont importants mais, a-t-il noté, les 
récompenses le sont également : « la pandémie est une crise de solidarité qui a 
été exposée et exacerbée par les faiblesses fondamentales de l'architecture de 
la santé mondiale : une gouvernance complexe et fragmentée ; un financement 
inadéquat; et des systèmes et outils insuffisants.

Il a déclaré que les mécanismes volontaires n'ont fait qu'aggraver ces défis, 
arguant que "la seule façon de les résoudre est d'avoir un traité ou un accord 
contraignant entre les nations". Un tel accord "pourrait énoncer des principes 
convenus de haut niveau pour renforcer la solidarité, l'équité et [et] une 
santé pour tous", a-t-il déclaré.

Le WHASS en un seul numéro - seulement le deuxième dans l'histoire de l'agence 
- a été demandé par les membres de l'OMS après une série d'examens critiques 
qui ont mis en lumière les faiblesses dans la gestion de la pandémie de 
COVID-19. En mai, le Groupe indépendant pour la préparation et la riposte aux 
pandémies a recommandé une convention-cadre en cas de pandémie utilisant les 
pouvoirs de l'article 19 de la Constitution de l'OMS et complémentaire au RSI, 
qui serait facilitée par l'OMS pour combler les lacunes de la riposte 
internationale.

Ilona Kickbusch, présidente du conseil consultatif international du Global 
Health Center (Genève, Suisse), a déclaré à The Lancet que les mécanismes 
existants et le RSI ne sont pas suffisants pour se préparer ou bien répondre à 
une pandémie. «Il y a beaucoup de traction à essayer de se lancer dans un 
instrument contraignant qui rassemble les personnes qui ont été séparées d'une 
certaine manière. Nous avons assisté à un très fort découplage dans le domaine 
de la santé mondiale au cours des 2 dernières années, il est donc nécessaire 
d'intégrer de nombreuses initiatives ».

Hors problème diplomatique de dernière minute, les diplomates et experts de 
l'OMS s'attendent à ce que l'assemblée approuve le début des pourparlers sur 
une convention. « Je pense qu'une chose semble assez claire maintenant, il y a 
suffisamment de soutien pour entamer des négociations sur un accord 
juridiquement contraignant, comme la Convention-cadre [2003] pour la lutte 
antitabac, qui a été poussé très fort par l'Europe et les amis du traité », 
Lawrence Gostin, professeur de droit de la santé mondiale à l'Université de 
Georgetown (Washington, DC, États-Unis), a déclaré à The Lancet. "Bien qu'ils 
n'aient pas de grandes puissances à bord, comme les États-Unis, la Chine et la 
Russie, je ne pense pas que ces pays vont le bloquer."

Faire en sorte que les pays acceptent des pourparlers peut nécessiter des 
concessions aux grandes puissances dans certains domaines liés à la gouvernance 
mondiale et aux finances, ont indiqué des diplomates. Les mêmes sources ont 
déclaré qu'il était peu probable que la Chine et d'autres puissances acceptent 
des accords qui érodent leur souveraineté.

L'AMS peut adopter des conventions ou des accords d'adhésion ou d'exclusion, ou 
des recommandations non contraignantes. Les diplomates de la santé tentent 
toujours de finaliser un projet de décision qui pourrait être obtenu par 
consensus, les experts anticipant un mélange d'options, notamment le 
renforcement du RSI de 2005 par le biais d'amendements ciblés et l'adoption 
d'un nouvel instrument, avec un avant-projet soumis à l'AMS en mai, 2022, et un 
accord à négocier par la WHA en 2024, ou plus tôt.

Thiru Balasubramaniam, représentant à Genève de Knowledge Ecology 
International, un groupe de défense des droits, a déclaré à The Lancet que les 
négociations en cours sont un point d'inflexion. « Le WHASS est un creuset pour 
tester la détermination des États membres à réformer l'architecture de la 
réponse aux pandémies pour véritablement s'attaquer aux obstacles liés à 
l'accès et à la distribution en temps voulu des contre-mesures pharmaceutiques 
et remédier au manque d'accès équitable, qui a provoqué l'effondrement de la 
réponse mondiale actuelle au COVID-19.

David Heymann, professeur d'épidémiologie des maladies infectieuses à la London 
School of Hygiene & Tropical Medicine (Londres, Royaume-Uni), convient que 
l'équité est une question centrale. Il a déclaré à The Lancet: " S'il y a une 
autorisation de s'engager dans un traité, comme ils l'ont fait avec la 
Convention-cadre pour la lutte antitabac, les problèmes que l'OMS voudrait 
garantir seraient une distribution plus équitable des produits soit pendant une 
pandémie, soit pendant une préparation étape et je pense que c'est un objectif 
louable car ce n'est pas couvert dans le RSI. Le RSI ne parle pas d'équité 
entre les différents biens et cela a été difficile.'

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] The Lancet : les pays se préparent à la décision d'un traité sur les pandémies, e-med <=