e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Un vaccin est nécessaire d?urgence pour prévenir les infections mortelles à streptocoques du groupe B (OMS)

Un vaccin est nécessaire d’urgence pour prévenir les infections mortelles à 
streptocoques du groupe B
Une nouvelle étude révèle que la bactérie est une cause majeure de naissances 
prématurées, de handicap et de décès de nourrissons dans le monde
2 novembre 2021
https://www.who.int/fr/news/item/02-11-2021-urgent-need-for-vaccine-to-prevent-deadly-group-b-streptococcus

La charge mondiale que représente les streptocoques du groupe B est bien plus 
importante que précédemment admis. En effet, ils sont associés à plus d’un 
demi-million de naissances prématurées par an, et entraînent près de 100 000 
décès de nouveau-nés, au moins 46 000 mortinaissances ainsi que des handicaps 
importants et de longue durée.
Si la bactérie est sans danger pour la plupart des femmes enceintes qui en sont 
porteuses, elle peut s’avérer extrêmement grave lorsqu’elle est transmise au 
nourrisson pendant la grossesse, au cours de l’accouchement ou des premières 
semaines de vie.
Il faut de toute urgence disposer de vaccins pour réduire les décès associés 
aux streptocoques du groupe B et protéger la vie et la santé des nourrissons 
dans le monde entier.

Un nouveau rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de la London 
School of Hygiene & Tropical Medicine (LSHTM) révèle l’impact mondial alarmant 
du streptocoque du groupe B (SGB) – une bactérie courante qui peut être 
transmise dans l’utérus, au cours de l’accouchement ou des premières semaines 
de vie – entraînant environ 150 000 décès de nourrissons chaque année, plus 
d’un demi-million de naissances prématurées ainsi que des handicaps importants 
et de longue durée.

Dans le rapport, un appel urgent est lancé pour la mise au point de vaccins 
maternels contre les SGB afin de réduire ces taux, soulignant que ces 
pourraient être très rentables – ils présentent en effet des avantages 
significatifs pour la santé – dans toutes les régions du monde.

Le Dr Phillipp Lambach, Médecin au sein du Département Vaccination, vaccins et 
produits biologiques de l’OMS, et auteur du rapport, a déclaré : « ces nouveaux 
travaux de recherche montrent que les SGB constituent une menace importante et 
sous-estimée pour la survie et le bien-être du nouveau-né, entraînant des 
effets dévastateurs pour de nombreuses familles dans le monde. L’OMS se joint à 
ses partenaires pour appeler à la mise au point urgente d’un vaccin maternel 
contre les SGB, lequel présenterait des avantages considérables dans les pays 
du monde entier. »

Pour la première fois, ces nouveaux travaux de recherche quantifient le rôle 
majeur du SGB dans les naissances prématurées, ainsi que les troubles 
neurologiques - telles que la paralysie cérébrale, la déficience auditive ou la 
perte de vision - qui peuvent survenir à la suite d’infections associées aux 
SGB.

Plusieurs vaccins candidats contre les SGB sont en cours de développement, mais 
aucun n’est encore disponible, bien qu’ils soient en développement depuis 
plusieurs décennies.

La Professeure Joy Lawn, Directrice du Centre Maternal Adolescent Reproductive 
& Child Health (MARCH) de la LSHTM et contributrice à l’élaboration du rapport, 
a déclaré : « Les infections à streptocoques du groupe B posent de graves 
difficultés à toutes les familles touchées, et dans tous les pays. La 
vaccination maternelle permettrait de sauver la vie de centaines de milliers de 
nourrissons dans les années à venir. Toutefois, 30 ans après la première 
proposition, le monde n’a toujours pas produit de vaccin. Le moment est venu 
d’agir pour protéger les citoyens les plus vulnérables du monde grâce à la mise 
au point d’un vaccin contre les SGB. »

En moyenne, 15 % de l’ensemble des femmes enceintes dans le monde – près de 20 
millions par an – sont porteuses de la bactérie responsable des infections à 
SGB dans leur vagin, et ne présentent généralement pas de symptômes. La 
bactérie peut ensuite se transmettre d’une femme enceinte à son bébé à naître 
dans l’utérus, ou au nouveau-né pendant le travail.

Actuellement, la prophylaxie antibiotique administrée à une femme pendant le 
travail est le principal moyen de prévenir une maladie due au streptocoque du 
groupe B chez les nouveau-nés, si la bactérie est détectée pendant la 
grossesse. Cependant, même dans les régions où la couverture prophylactique est 
élevée, des risques sanitaires importants subsistent, car il est peu probable 
que cette intervention permette de prévenir la plupart des mortinaissances, des 
naissances prématurées ou des maladies dues aux streptocoques du groupe B qui 
surviennent plus tard après la naissance.

Il est important de noter que la charge la plus importante des SGB concerne les 
pays à revenu faible ou intermédiaire, où le dépistage et l’administration 
d’antibiotiques pendant l’accouchement sont plus difficiles à réaliser, et où 
un vaccin est donc nécessaire de toute urgence. Les taux les plus élevés 
d’infection maternelle à SGB se trouvent en Afrique subsaharienne (représentant 
environ la moitié de la charge mondiale) ainsi qu’en Asie de l’Est et du 
Sud-Est.

La Dre Martina Lukong Baye, Coordinatrice du Programme national multisectoriel 
de lutte contre la mortalité maternelle, néonatale et infantile au ministère de 
la Santé publique du Cameroun, qui a également contribué à la rédaction du 
rapport, a affirmé : « Un nouveau vaccin maternel contre les streptocoques du 
groupe B permettrait de changer la donne en matière de réduction des décès 
maternels et néonatals dans les pays les plus touchés, notamment en Afrique 
subsaharienne, où la charge de ces décès est alarmante. Nous invitons 
instamment l’ensemble des parties prenantes à considérer cette question comme 
une priorité morale. »

Dans ce rapport, les chercheurs, les développeurs de vaccins et les bailleurs 
de fonds sont invités à accélérer le développement d’un vaccin efficace contre 
les streptocoques du groupe B qui pourrait être administré aux femmes enceintes 
lors des examens de contrôle réguliers.

Selon les estimations, si la vaccination contre les streptocoques du groupe B 
permettait d’atteindre plus de 70 % des femmes enceintes, plus de 50 000 décès 
liés aux SGB pourraient être évités chaque année, ainsi que plus de 170 000 
naissances prématurées. Selon le rapport, les avantages monétaires nets 
résultant d’une année de vaccination maternelle contre les SGB pourraient 
atteindre 17 milliards de dollars US, répartis sur plusieurs années, si le prix 
des vaccins est abordable.

En outre, le rapport met en évidence d’importantes lacunes dans les données, 
qui conduisent à une certaine incertitude quant à la charge totale de décès et 
de maladies due aux streptocoques du groupe B. Les causes infectieuses des 
mortinaissances, par exemple, sont souvent insuffisamment analysées dans les 
différents pays, si bien que le véritable rôle des streptocoques du groupe B 
pourrait être encore plus important.

Debbie Forwood, dont la fille Ada est décédée à la suite d’une infection à 
streptocoque du groupe B (développée par la mère et l’enfant), a déclaré : « il 
est difficile de décrire l’ampleur et la profondeur du chagrin que suscite la 
mort d’un enfant, ou la culpabilité qui l’accompagne, et la façon dont cela 
vous change à jamais, ainsi que votre famille et vos relations. Seul un vaccin 
contre les streptocoques du groupe B aurait pu sauver Ada. Lorsqu’un vaccin 
pourra être déployé à grande échelle, je pleurerai et hurlerai devant 
l’injustice car il serait arrivé trop tard pour elle, et pour tous les autres 
nourrissons qui souffrent et meurent inutilement chaque année de plus que le 
vaccin est retardé. Mais je pleurerai aussi de joie en sachant qu’à l’avenir, 
beaucoup d’autres enfants pourront vivre et que leurs familles seront 
préservées de l’enfer que représente la mort d’un enfant. »

Ce rapport a été lancé lors de la conférence mondiale sur les SGB, la 
conférence de l’ISSAD étant organisée par l’OMS et le LSHTM du mercredi 3 
novembre au vendredi 5 novembre 2021. Cette conférence vise à mobiliser les 
chercheurs sur la façon de combler les lacunes en matière de données et 
d’accélérer la science afin de réduire les impacts de cette bactérie 
potentiellement mortelle dans le monde entier.

***FIN***


Pour plus d’informations ou des demandes d’interview, veuillez contacter Tilly 
Haynes, press@lshtm.ac.uk, et Laura Keenan, keenanl@who.int et 
mediainquiries@who.int.

Multimédia :

Les photos et les ressources en lien avec ce rapport et la conférence de 
l’ISSAD peuvent être consultées ici.

Informations sur la publication :

Plus d’informations après l’embargo sur le rapport conjoint OMS-LSHTM à : 
www.who.int/teams/immunization-vaccines-and-biologicals/immunization-analysis-and-insights/vaccine-impact-value/group-b-streptococcus-full-value-of-vaccine-assessment<http://www.who.int/teams/immunization-vaccines-and-biologicals/immunization-analysis-and-insights/vaccine-impact-value/group-b-streptococcus-full-value-of-vaccine-assessment>

Informations après l’embargo sur le Supplément de la revue CID : 
https://academic.oup.com/cid/pages/strep-b-worldwide

Des versions sous embargo du rapport et des articles du CID sont également 
disponibles ici.


Note aux rédactions
Charge annuelle des SGB en chiffres pour l’année 2020

19 700 000 femmes enceintes colonisées par le streptocoque du groupe B
518 000 naissances prématurées associées au SGB
390 000 cas d’infection à SGB chez le nourrisson
91 000 décès de nouveau-nés
Plus de 46 000 mortinaissances
40 000 nourrissons atteints de troubles neurologiques suite à une infection 
associée au SGB
À propos du rapport et des articles connexes

Le rapport intitulé : « Global value of Group B streptococcus vaccine » (Valeur 
mondiale du vaccin contre le streptocoque du groupe B) fournit une mise à jour 
des estimations mondiales actuelles de la charge des SGB, publiées pour la 
première fois en 2017 par l’OMS et la LSHTM, avec un financement de la 
Fondation Bill & Melinda Gates. Pour la première fois, ces nouvelles 
estimations incluent des données sur les naissances prématurées associées au 
SGB, ainsi que sur le risque de troubles neurodéveloppementaux chez les 
survivants des infections aux SGB, sur la base de nouvelles données provenant 
du Danemark et de cinq pays à revenu faible ou intermédiaire (Afrique du Sud, 
Argentine, Inde, Kenya et Mozambique).

Associée à ce rapport, une série de neuf articles élaborés par 61 auteurs de 
six continents a été publiée dans le supplément de la revue Clinical Infectious 
Disease intitulé : « Every Country, Every Family : Group B Streptococcal 
Disease Worldwide. » Ces articles fournissent des données plus approfondies sur 
les SGB, ainsi que sur les coûts aigus des maladies dues aux SGB pour les 
familles. Deux articles dirigés par l’OMS révèlent l’état de préparation 
programmatique en vue de l’adoption d’un vaccin et donnent des précisions sur 
la taille et la viabilité du marché.

Ce rapport est le premier résultat de la feuille de route mondiale pour vaincre 
la méningite à l’horizon 2030 élaborée par l’OMS et ses partenaires, dont le 
LSHTM.

À propos de l’ISSAD

ISSAD2021 (International Symposium on Streptococcus agalactiae Disease) est une 
conférence mondiale sur les streptocoques du Groupe B : accélérer l’action 
fondée sur des données probantes, pour chaque famille, partout. La Conférence 
est organisée par l’Organisation mondiale de la Santé, le Centre des vaccins et 
le Centre MARCH (Maternal Adolescent Reproductive & Child Health) de la London 
School of Hygiene & Tropical Medicine. L’inscription à la conférence est 
gratuite et d’effectue en ligne à ISSAD.org. La conférence aura lieu du 
mercredi 3 au vendredi 5 novembre.

À propos de la LSHTM

La London School of Hygiene & Tropical Medicine (LSHTM) est un centre de 
premier plan au niveau mondial pour la recherche, les études de troisième cycle 
et la formation continue en santé publique et mondiale. La LSHTM a une forte 
présence internationale avec plus de 3 500 employés et 5 000 étudiants 
travaillant au Royaume-Uni et dans des pays du monde entier, et un revenu 
annuel pour la recherche s’élevant à 180 millions de livres sterling.

La LSHTM, l’une des institutions de recherche les mieux notées du Royaume-Uni, 
est en partenariat avec deux unités universitaires du Medical Research Council 
en Gambie et en Ouganda, et a été nommée université de l’année lors des Times 
Higher Education Awards 2016. Notre mission consiste à améliorer la santé et 
l’équité en santé au Royaume-Uni et dans le monde ; en travaillant en 
partenariat pour atteindre l’excellence dans les domaines de la recherche en 
santé publique et mondiale, de l’éducation et de l’application des 
connaissances dans la pratique et dans les politiques.

Suivez @LSHTM sur Twitter/Écoutez le Viral podcast de la LSHTM : 
www.lshtm.ac.uk<http://www.lshtm.ac.uk>

À propos de l’OMS

Fondée en 1948, l’OMS est l’institution des Nations Unies qui relie les 
nations, les partenaires et les peuples pour promouvoir la santé, préserver la 
sécurité mondiale et servir les personnes vulnérables – afin que chacun, 
partout dans le monde, puisse atteindre le plus haut niveau de santé. 
www.who.int/fr<http://www.who.int/fr>

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Un vaccin est nécessaire d?urgence pour prévenir les infections mortelles à streptocoques du groupe B (OMS), e-med <=