e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Les repas offerts par le marketing pharmaceutique influencent les soignants

Les repas offerts par le marketing pharmaceutique influencent les soignants
Les repas, mêmes modestes, sont des cadeaux très efficaces car ils agissent sur 
des ressorts psychologiques fondamentaux et entrainent écoute et bienveillance, 
favorables à la réception du message commercial.
©Prescrire 1er juin 2018
http://www.prescrire.org/fr/3/31/55108/0/NewsDetails.aspx

Les firmes pharmaceutiques dépensent des sommes considérables en repas offerts 
aux professionnels de santé, tout particulièrement aux médecins prescripteurs. 
Beaucoup de professionnels de santé semblent trouver normal d'accepter des 
cadeaux et nient qu'ils aient une quelconque influence sur eux. Des études ont 
pourtant montré l'influence des cadeaux offerts par les firmes pharmaceutiques 
sur les choix et prescriptions faits par les professionnels de santé. Et 
lorsque le cadeau est petit, comme un repas même modeste, son influence est 
d'autant plus importante qu'elle est en partie inconsciente.

Les repas sont un élément-clé dans les stratégies d'influence des firmes parce 
qu'ils créent une relation agréable avec leurs représentants. La réciprocité 
induite par un cadeau n'est pas forcément directe : en général, un médecin ne 
va pas consciemment prescrire un médicament pour faire plaisir à un visiteur 
médical qui lui a fait un cadeau. Mais le fait d'accepter un cadeau oblige à 
une certaine politesse, voire à éprouver de la sympathie pour le donateur, et 
donc à écouter le commercial avec davantage d'attention et de bienveillance. Le 
discours délivré a ainsi plus de chances d'être convaincant et d'entraîner la 
prescription du médicament promu.

Des expériences menées par des psychologues sociaux ont montré que le fait 
d'offrir à manger crée une réception plus favorable et une meilleure 
mémorisation du message commercial.

C'est pourquoi il est crucial de former les étudiants des domaines de la santé 
à déjouer ces techniques marketing. Et c'est pourquoi refuser les cadeaux des 
firmes et payer soi-même ses repas est un moyen de se protéger des influences, 
et de protéger ses décisions de soins, dans l'intérêt des patients.

"Le repas : un cadeau particulièrement influent" Rev Prescrire 2018 ; 
38 (416) : 456-462. (pdf, réservé aux abonnés)
"Qui paie ?" Rev Prescrire 2018 ; 38 (416) : 401. (pdf, accès libre)



 

     


<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Les repas offerts par le marketing pharmaceutique influencent les soignants, E-med <=