e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Comment le sirop contre la toux au Nigeria crée une génération de toxicomanes

(traduction rapide de ce message signalé par e-drug
http://www.bbc.com/news/world-africa-43912282
vous rencontrez aussi cette situation dans vos pays ? CB)

Comment le sirop contre la toux au Nigeria crée une génération de toxicomanes
30 avril 2018

L'épidémie de sirop contre la toux affecte les Nigérians de tous les groupes 
sociaux
Lorsque le frère cadet de Ruona Meyer de la BBC est devenu accro au sirop 
contre la toux, elle a commencé à enquêter sur les hommes qui fabriquent et 
vendent des médicaments à base d'opiacés dans les rues de Lagos.

Son enquête l'a emmenée au plus profond du monde criminel du Nigéria, 
découvrant une épidémie qui détruit de jeunes vies à travers l'Afrique de 
l'Ouest.

«Là où il y a beaucoup d'écoliers, dès qu'ils en ont envie, ils vont continuer 
à vous harceler pour en avoir plus», explique Junaid Hassan.
Quand je l'ai entendu dire ces mots, je me suis senti mal.

J'avais déjà été témoin de ce qu'il a décrit - de jeunes Nigérians accro au 
sirop contre la toux avec de la codéine, un opioïde qui peut être addictif. Une 
fille de 14 ans de ma ville natale de Lagos est dans ce cas, ses parents sont 
en détresse et ne savent  pas comment l'aider. 

Un jeune homme à Kano, enchaîné à l'étage d'un centre de désintoxication, 
grouillant de mouches, est devenu fou par des mois de consommation de ce sirop 
avec ses amis.
Les accros au sirop contre la toux sont enchaînés pour les empêcher de blesser 
les autres - ou eux-mêmes

Mon propre frère a souffert de la dépendance à la codéine par ce sirop contre 
la toux. L'opioïde sans un sirop de fraise l'a rendu accro après que notre père 
a été tué.

Le chagrin, la dépression, le désir d'être cool ne sont que quelques-unes des 
raisons pour lesquelles les Nigérians tombent sous le coup de ce médicament. 
Les musiciens chantent à ce propos tout haut de ce qu'il vous donne. Les 
marchands le colportent dans  les boîtes de nuit et dans les rues. Les 
adolescents le mélangent avec des boissons gazeuses, ou le boive directement 
dans la bouteille lors des «fêtes de sirop».

M. Hussan, alias Baba Ibeji, travaille chez Bioraj Pharmaceuticals, un 
producteur pharmaceutique agréé qui fabrique un sirop contre la toux à base de 
codéine appelé Biolin. La société est un fournisseur majeur du nord du Nigeria.

Il fait partie d'un certain nombre d'employés d'entreprises pharmaceutiques que 
la BBC a secrètement filmé en faisant des transactions illégales de sirop 
contre la toux au cours des derniers mois. Il n'est pas illégal de boire ou de 
fabriquer le médicament  - mais il est illégal de le vendre à des gens sans 
prescription médicale ou à ceux qui n'ont pas de licence pharmaceutique.

"Même si quelqu'un veut acheter 1000 cartons, nous ne leur donnerons pas de 
reçu", nous a expliqué M. Hassan, en expliquant comment il évite d'être repéré 
par les autorités. La corruption comme celle-ci est contraire à la politique de 
l'entreprise Bioraj, mais  contribue à alimenter les quantités industrielles de 
sirop qui s'écoulent sur le marché noir.

Voir le film de la BBC Africa investigation: L'épidémie meurtrière de sirop 
contre la toux à la codéine au Nigeria

Lorsque nous avons informé Bioraj que nous avions des preuves que M. Hassan se 
livrait à cette activité illicite, il a répondu que l'entreprise ne vend que du 
sirop contre la toux, que M. Hassan nie les mauvaises actions et que Bioku 
Rahamon préside personnellement  les ventes de Biolin.

Comme tous les opioïdes, la codéine fait partie de la même famille chimique que 
l'héroïne. C'est un antidouleur efficace, mais il est également capable de vous 
donner une bouffée euphorique s'il est consommé en grande quantité. Il est très 
addictif et, pris  en excès, peut avoir un impact dévastateur sur l'esprit et 
le corps.

Au centre de réadaptation Dorayi à Kano, j'ai rencontré un homme qui, selon le 
personnel, avait été rendu fou par la drogue. Il était enchaîné aux chevilles 
et enchaîné aux racines d'un arbre, criant et battant des bras. Soixante-douze 
heures plus tôt, il était  sorti dans les rues, brisant les vitres des voitures 
dans la circulation.
"Il est toujours en train de se sortir de ses problèmes de manque", a déclaré 
Sani Usaini, responsable du centre de désintoxication.


 

         


<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Comment le sirop contre la toux au Nigeria crée une génération de toxicomanes, e-med <=