e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Efficacité à long terme et coût-efficacité du traitement de l?Hépatite C dans les pays à ressources limités (ANRS)

ANRS TAC Eco – Efficacité à long terme et coût-efficacité du traitement de 
l’Hépatite C dans les pays à ressources limités

Présentation orale le jeudi 5 Avril, 15h-17h, session 7, Hépatite virale C 
(Amphithéâtre C)
http://www.anrs.fr/fr/actualites/476/les-hepatites-b-et-c-dans-les-pays-du-sud

Les antiviraux à action directe (ADD) ont depuis quelques années révolutionné 
la prise en charge de l’hépatite C chronique, permettant d’obtenir une guérison 
chez plus de 90 % des patients, quel que soit le statut VIH (co-infection ou 
pas) ou la sévérité de l’atteinte hépatique. Cependant, ces traitements sont 
encore très peu disponibles dans les pays à ressources limitées.

L’étude ANRS TAC Eco s’appuie sur les données de l’essai ANRS TAC pour évaluer 
l’efficacité à long terme et le coût-efficacité d’une stratégie thérapeutique à 
base de Sofosbuvir chez des patients atteints d’hépatite C chronique dans le 
contexte des trois pays de l’essai : le Cameroun, la Côte d’ivoire et le 
Sénégal.
Les chercheurs ont simulé la progression de la maladie avec et sans traitement 
dans une cohorte de patients présentant une hépatite C chronique et ayant les 
caractéristiques des participants de l’essai ANRS TAC afin d’évaluer les 
bénéfices cliniques du traitement à long terme.
 
La simulation montre que sur un total de 10 000 patients, la prise du 
traitement AAD permettrait d’éviter environ 2000 décès liés à l’hépatite C 
chronique et de réduire par 10 le nombre de cirrhoses décompensées et de 
cancers du foie. Par rapport à la situation sans traitement, les patients 
gagneraient en moyenne environ deux années de vie et 1,5 années de vie ajustées 
sur la qualité de vie (QALY) et ce, pour un coût additionnel d’environ 1 000 
euros. Ces résultats montrent que le traitement à base de Sofosbuvir est 
actuellement coût-efficace selon les recommandations internationales au seuil 
de trois fois le PIB par habitant dans les trois pays d’étude

Ces résultats mettent de plus en évidence qu’il suffirait d’obtenir une baisse 
des prix des AAD de 13% au Sénégal, 11% en Côte d'Ivoire et 30% au Cameroun 
pour que le traitement soit coût-efficace au seuil d’une fois le PIB par 
habitant.

Pour Sylvie Boyer (Université Aix-Marseille), coordinatrice de l’étude : « Nous 
ne nous attendions pas à ce que le traitement soit aussi coût-efficace dans le 
contexte de pays à ressources limitées. Ces résultats fournissent des arguments 
économiques décisifs pour l’élargissement de l’accès aux AAD : ces nouveaux 
traitements apportent des bénéfices cliniques significatifs sur le long terme à 
un coût très acceptable y compris pour des pays à ressources limitées. »


L’essai ANRS TAC a été lancé en octobre 2015 dans trois pays d’Afrique de 
l’Ouest, le Cameroun, la Côte d’Ivoire et le Sénégal. Cet essai coordonné par 
le Dr Karine Lacombe et le Pr Alain Attia a évalué l’efficacité et la tolérance 
des nouveaux traitements contre l’hépatite C dans le contexte des pays 
d’Afrique de l’ouest. Il a inclus 120 patients atteints d’hépatite C chronique 
qui n’avaient jamais été traités pour cette infection.

Les premiers résultats de ANRS TAC ont été présentés lors de la 9ème Conférence 
scientifique sur le VIH (IAS 2017) organisée par l’International Aids Society 
et l’ANRS à Paris en Juillet 2017.
Communiqué de presse : Les nouveaux traitements de l’hépatite C sont aussi très 
efficaces dans les pays du Sud
http://www.anrs.fr/fr/presse/communiques-de-presse/335/les-nouveaux-traitements-de-lhepatite-c-sont-aussi-tres-efficaces



  
   


<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Efficacité à long terme et coût-efficacité du traitement de l?Hépatite C dans les pays à ressources limités (ANRS), e-med <=