e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Développement d'un vaccin contre la fièvre West Nile

 info  ISID 
"des scientifiques du Brésil et du Sénégal ont identifié le gène
responsable de la virulence atténuée de la lignée connue pour
causer une forme bénigne de la maladie."



FIÈVRE WEST NILE - MONDIALE:  DÉVELOPPEMENT D'UN VACCIN
*********************************************************
Une communication de ProMED-mail
<http://www.promedmail.org>

ProMED-mail est un programme de la
Société Internationale pour les Maladies Infectieuses
<http://www.isid.org>


ISID | International Society for Infectious Diseases
www.isid.org
ISID is committed to the control of infectious diseases around the world.


Date: mar. 30 jan. 2018
Source: Eurekalert (en anglais, traduit Mod.AB, édité)
<https://www.eurekalert.org/pub_releases/2018-01/fda-rpt013018.php>

 https://www.eurekalert.org/images/EurekAlert_StackedLogo_RGB.jpg 

Research paves the way for the development of vaccines for emerging viruses
www.eurekalert.org
In studying the West Nile virus, which caused outbreaks in North America this 
century, scientists from Brazil and Senegal identified the gene responsible for 
the diminished virulence of the lineage known for causing mild effects.



La recherche ouvre la voie au développement de vaccins contre les
virus émergents
-------------------------------------------------
En étudiant le virus du Nil occidental, qui a causé de nombreux cas
de la maladie en Amérique du Nord au cours de ce siècle, des
scientifiques du Brésil et du Sénégal ont identifié le gène
responsable de la virulence atténuée de la lignée connue pour
causer une forme bénigne de la maladie.

La recherche de vaccins, de traitements et de méthodes préventives
contre l'infection par des virus émergents est l'un des principaux
défis de l'épidémiologie mondiale. De nouveaux agents pathologiques
continuent à émerger, tels que l'arbovirus transmis par les insectes
(en l'occurrence les moustiques) qui provoque la fièvre du Nil
occidental.

La maladie affecte des milliers de personnes chaque année et est
asymptomatique dans 80 pour cent des cas. Environ 1 sur 5 1 personnes
infectées développe de la fièvre et d'autres symptômes. Dans moins
de 1 pour cent des cas, en particulier chez les personnes âgées et
les enfants, la maladie a des conséquences neurologiques importantes
affectant le système nerveux central, provoquant une méningite, une
encéphalite et, dans les cas extrêmes, une paralysie aiguë
entraînant la mort.

Jusqu'à présent, il n'y a pas de vaccins contre ce virus.

Identifiée pour la première fois dans le district du Nil occidental
en Ouganda en 1937, la maladie n'avait guère d'importance
épidémiologique avant les années 1990. Porté par des oiseaux
migrateurs infectés par des moustiques en provenance d'Afrique, le
virus s'est propagé à travers l'Europe de la France vers la Russie.
Il a atteint l'Amérique du Nord en 1999 et a causé des foyers au
Canada (1999-2007), aux États-Unis (1999-2012) et au Mexique (2003).
Depuis lors, plus de 20 000 cas ont été signalés en Amérique du
Nord, avec près de 1800 cas de décès.

"Le virus du Nil occidental n'a pas atteint le Brésil, mais ce n'est
qu'une question de temps", a déclaré le virologiste Paolo Zanotto,
responsable du Laboratoire de biologie moléculaire et de
bioinformatique (LEMB) de l'Institut des sciences biomédicales de
l'Université de São Paulo (USP) au Brésil. "Combien de temps
faudra-t-il aux oiseaux migrateurs qui passent l'été en Amérique du
Nord pour apporter le virus à leurs refuges hivernaux en Amérique
centrale et du Sud?", s'est interrogé l'enquêteur brésilien ?

D'où l'importance d'une nouvelle étude qui vient d'être publiée,
avec Zanotto comme l'1 des auteurs. En confirmant que l'une des
lignées reconnues du virus, la - lignée 8 - n'est pas très
virulente, le travail vise le développement d'un vaccin en quelques
années: la lignée 8 relativement atténuée pourraient
théoriquement «apprendre» au système immunitaire à défendre
l'organisme contre toutes les lignées, en particulier les lignées
les plus répandues 1 et 2, ainsi que 7, la plus virulents.

L'article est publié dans PLoS Neglected Tropical Diseases et est le
fruit d'une collaboration entre des virologues de l'Institut Pasteur
de Dakar au Sénégal, de l'Université de São Paulo et de
l'Université Fédérale de São Carlos, État de São Paulo, Brésil.
L'étude a été soutenue par la Fondation de recherche de Sao Paulo -
FAPESP, le Conseil national brésilien pour le développement
scientifique et technologique (CNPq) et l'Union européenne.

Cette stratégie de défense immunitaire est similaire à celle des
vaccins antigrippaux, qui combinent les souches les plus récentes du
virus de la grippe pour combattre la «grippe de l'année», toujours
causée par une souche émergente contre laquelle les humains n'ont
pas développé d'immunité.

Avec son doctorant Nicholas Di Paola, boursier de la FAPESP, Zanotto
est l'un des auteurs de l'article décrivant leur étude des
caractéristiques biologiques et phylogénétiques des lignées ouest
africaines du virus du Nil occidental.

Les principaux chercheurs de l'étude étaient Di Paola et son
collègue sénégalais Gamou Fall. Zanotto a partagé la
responsabilité scientifique de la recherche avec Amadou Alpha Sall,
directeur scientifique de l'Institut Pasteur de Dakar.

Immunité contre les souches dangereuses
---------------------
Dans cette étude, 3 nouveaux gènes isolés à partir d'échantillons
du virus collectés en Afrique de l'Ouest par Di Paola et Fall ont
été séquencés. Les gènes en question étaient représentatifs de
la lignée la plus répandue dans le monde (1), la plus virulente (7)
et la moins virulente (8).

Une fois séquencés, les gènes ont été comparés avec les
séquences du gène du virus West Nile 862 disponibles auprès de
GenBank. Parmi ceux-ci, 770 étaient la lignée 1a des Amériques.
Pour réduire les besoins de traitement informatique, toutes les
séquences de la lignée 1a ont été supprimées, à l'exception
d'une seule séquence représentative. Les chercheurs ont fini avec 95
séquences pour l'analyse phylogénétique. Les résultats ont inclus
la découverte de 2 traits importants des lignées 7 et 8.
Dans le cas de la lignée 8 (la moins virulente), ils ont détecté
une substitution du gène P122S, qui induit des mutations pouvant
être liées au faible taux de réplication de la lignée et pourrait
donc expliquer sa faible virulence.

"C'est pourquoi la lignée 8 serait idéale pour un vaccin", a
déclaré Zanotto, ajoutant que le développement d'un vaccin basé
sur un virus avec une virulence très faible serait capable de
conférer l'immunité contre les lignées 1, 2 et 7 plus dangereuses
sans risque de produire des symptômes de la maladie. Dans le cas de
la lignée 7, les virologues brésiliens et sénégalais ont pu
identifier une mutation (gène S653F NS5) associée à une résistance
accrue aux interférons, protéines produites et libérées par les
globules blancs du système immunitaire en réponse à la présence de
virus et d'autres pathogènes et d'interférer avec leur réplication.
Cette mutation pourrait aider à expliquer la forte virulence de la
lignée 7. "A l'exception d'une seule infection accidentelle possible,
qui s'est produite in vitro en Afrique, la lignée 7 n'a jamais été
isolée chez l'homme", a déclaré Zanotto. "Mais elle s'est avérée
dévastatrice pour les souris dans les tests de laboratoire.

La faible virulence de la lignée 8 et la forte virulence de la
lignée 7 ont été testées, confirmées et mesurées in vitro, en
utilisant des cellules infectées, et in vivo, en inoculant des souris
dans le laboratoire de Dakar. Dans le cas de la lignée 8, le virus
présentait une faible capacité de réplication in vitro et presque
aucune virulence chez la souris.

Coopération internationale dans la lutte contre les épidémies
---------------------
Les équipes de virologues de l'USP et du Sénégal ont une histoire
de plus de 20 ans de collaboration scientifique établie sur la base
d'études conjointes du virus de la dengue, du virus Ebola et plus
récemment du virus Zika. Les apparitions de ces virus émergents au
Brésil et au Sénégal ont permis à l'ICB-USP et à l'Institut
Pasteur de Dakar de former des professionnels et d'apprendre les
techniques nécessaires pour devenir des institutions de pointe en
recherche sur les arbovirus (virus transmis par les insectes). Ce
leadership est reflété par la quantité et la qualité des
recherches menées par les 2 institutions lorsque l'épidémie de Zika
était à son apogée en 2015. "Le Dakar Pasteur et l'équipe de l'USP
ont publié un grand nombre d'articles scientifiques pertinents sur le
sujet en 2015, plus même que les chercheurs des centres américains
pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) », a déclaré
Zanotto.

--
Communiqué par:
ProMED-FRA
<promed-fra@promedmail.org>


[Alors que différents vaccins sont disponibles pour la vaccination
des chevaux (et même parfois des oiseaux, par exemple dans les zoos),
il n'y a pas de vaccins contre le virus chez l'homme. En effet,
l'efficacité du vaccin équin n'est pas optimale mais l'exposition
des chevaux aux insectes vecteurs du virus et leur susceptibilité
clinique sont plus élevées, avec 1 cheval sur 3 infectés qui
périrait, contre 1 personne infectée sur 5 développant de la
fièvre et d'autres symptômes, et moins de 1 pour cent qui
souffriraient de signes neurologiques et pourraient mourir.

De nombreuses tentatives ont été faites pour produire un vaccin sûr
et efficace, surtout depuis que la maladie s'est répandue dans le
Nouveau Monde, mais aucune n'a franchi les 3 étapes nécessaires pour
obtenir une licence. En effet, l'efficacité d'un vaccin doit être
démontrée sur 3 phases d'essais cliniques avant d'être approuvé:
efficacité chez la souris, puis chez le singe, et enfin essais
cliniques chez l'homme. - Mod.AB


Une carte interactive de HealthMap/ProMED-mail est disponible à:
<http://healthmap.org/promed/p/8854>.]

[Voir aussi:
2016
----
West Nile virus - Israel: infected mosquitoes
http://promedmail.org/post/20160922.4506268
2015
----
Fièvre de West Nile, équine - Tunisie: (Tozeur), 1er rapport, OIE
http://promedmail.org/post/20151125.3815638
2010
----
Fièvre de West Nile, équine - Maroc: ( centre) OIE
http://promedmail.org/post/20100824.211542

Des informations supplémentaires sur la Fièvre West Nile sont
disponibles (en anglais) à: <http://www.promedmail.org>.


<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Développement d'un vaccin contre la fièvre West Nile, E-med <=