e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Troubles neuropsychiques liés à une rupture de stock

Troubles neuropsychiques liés à une rupture de stock
http://www.prescrire.org/fr/3/31/53219/0/NewsDetails.aspx
                                             
La  prométhazine injectable (Phénergan°), utilisée dans un contexte de  rupture 
de stock de la dexchlorphéniramine injectable (Polaramine°),  présente des 
effets indésirables plus graves et moins connus.                 
                    
Début  2017, en France, deux Centres régionaux de pharmacovigilance ont 
rapporté 5 observations d'effets indésirables graves neurologiques et  
cardiaques liées à une prémédication avant une chimiothérapie ou une  dialyse. 
Il s'agissait entre autres, d'agitations, d'hallucinations et  de somnolences, 
imputées à la prométhazine injectable (Phénergan°) qui  avait été utilisée dans 
le contexte de rupture de stock de la  dexchlorphéniramine injectable 
(Polaramine°), deux antihistaminiques H1  sédatifs et atropiniques.

Les antihistaminiques H1 sédatifs ont des effets communs, mais aussi  quelques 
différences. Outre leurs effets sédatifs, leurs effets  atropiniques exposent à 
des troubles périphériques visuels, cardiaques,  digestifs et urinaires ; et à 
des troubles centraux tels que confusions,  désorientations, hallucinations 
visuelles, agitations, etc.
La prométhazine expose en plus notamment à des troubles du rythme cardiaque, et 
à des effets extrapyramidaux.

En France, les résumés des caractéristiques (RCP) et notice des  spécialités à 
base de dexchlorphéniramine injectable et de prométhazine  injectable sont très 
voisins en ce qui concerne les effets indésirables.  Le RCP français de 
Phénergan° mentionne notamment des troubles  cardiovasculaires, mais rien sur 
les effets extrapyramidaux. Au  Royaume-Uni, le RCP est beaucoup plus complet 
avec la mention claire de  troubles extrapyramidaux.

Les ruptures de stock que les firmes pharmaceutiques laissent  s'installer sont 
des situations à risque pour les patients. Pour y faire  face, les soignants 
ont à se documenter sur les médicaments voisins du  médicament manquant, en 
étudiant les différences pharmacologiques, en  sachant aller au-delà de 
l'information fournie par les agences du  médicament, parfois insuffisante.

©Prescrire 1er septembre 2017

"Troubles  neuropsychiques, antihistaminiques H1 en prémédication et rupture de 
 stock" Rev Prescrire 2017 ; 37 (407) : 675. 
                 


<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Troubles neuropsychiques liés à une rupture de stock, e-med <=