e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Journées mondiales santé, paludisme et tuberculose

http://www.faso-actu.net/actualites/ournees-mondiales-sante-paludisme-et-tuberculose-attirer-lattention-des-differents-acteurs-sur-les-risques-lies-a-ces-problematiques-de-sante-publique


Journées mondiales santé, paludisme et tuberculose: Attirer l’attention des 
différents acteurs sur les risques liés à ces problématiques de santé publique

ECRIT PAR: SERGE COMPAORE<http://www.faso-actu.net/author/serge> 4 JUILLET 2017


Le Burkina Faso commémore conjointement en différé ce jeudi 6 juillet 2017, à 
Ouagadougou les journées mondiales de la santé, de lutte contre le paludisme et 
la tuberculose. Placée sous les thèmes « la dépression: parlons-en », « en 
finir définitivement avec le paludisme », et « s’unir pour mettre fin à la 
tuberculose », cette commémoration organisée par le ministère de la Santé en 
collaboration avec ses partenaires, vise à interpeller les gouvernants, les 
organisations de la société civile, les partenaires au développement et les 
populations sur leur responsabilité à œuvrer pour réduire les risques liés à 
ces maladies, et à sensibiliser les populations pour qu’elles adoptent des 
attitudes et des comportements favorables à leur prévention.

En effet, la dépression, le paludisme et la tuberculose constituent des 
problèmes de santé publiques ; d’où la nécessité d’agir au regard de leur 
ampleur et de leur gravité.

La dépression, première cause de suicide dans le monde

La dépression se caractérise notamment par une grande tristesse, un sentiment 
de désespoir, une perte de motivation et de facultés de décision, une 
diminution du sentiment de plaisir, des troubles alimentaires et du sommeil, 
des pensées morbides et l’impression de ne pas avoir de valeur en tant 
qu’individu. Dans les cas les plus graves, elle peut conduire au suicide. On 
estime que 70% des personnes qui décèdent par suicide souffraient d’une 
dépression, le plus souvent non diagnostiquée ou non traitée, d’où l’importance 
de la prise en charge rapide et adéquate.

Au Burkina Faso, une étude menée au Centre hospitalier universitaire (CHU) 
Yalgado Ouédraogo, sur la période allant du 1er janvier 2000 au 31 décembre 
2009 montre un taux de prévalence de 4,1%. L’âge des patients variant de 16 à 
89 ans et les tranches d’âge les plus représentées étant celles de 25 à 34 ans 
(37, 9%).

Les mauvaises habitudes de vie (tabagisme, alcoolisme, peu d’activité physique, 
excès de télévision ou de jeux vidéo, etc.), les conditions de vie (conditions 
économiques précaires, stress, isolement social) et certains événements de la 
vie (perte d’un proche, divorce, maladie, perte d’emploi) sont susceptibles de 
nuire profondément à l’état psychologique.

Toutefois, la dépression se traite, même facilement et assez rapidement. En 
effet 90% des cas de dépression peuvent être guéris ou à défaut équilibrés. Le 
traitement peut aller de la prise d’antidépresseurs à la psychothérapie.

L’amélioration de la prise en charge du paludisme en nette progression depuis 
2010

Le paludisme est une maladie infectieuse due à un parasite du genre Plasmodium, 
propagée par la piqûre de certaines espèces de moustiques anophèles. Selon 
l’OMS, cette maladie cause quelque un million de victimes par an dans le monde. 
Et environ 40% de la population mondiale est exposée à la maladie et 500 
millions de cas cliniques sont observés chaque année. Les manifestations 
cliniques du paludisme sont très diverses (fièvre accompagnée ou non de maux de 
tête, douleurs musculaires, affaiblissement ou fatigue générale, vomissements, 
diarrhées, de toux, etc.).

Pour faire face à la maladie, le Burkina Faso, à l’instar des pays africains, a 
mis un accent particulier sur la prévention. Ainsi depuis 2010, en plus de 
l’amélioration de la prise en charge dans les formations sanitaires, des 
campagnes de distribution universelle de moustiquaires imprégnées à longue 
durée d’action (MILDA) sont réalisées tous les trois (03) ans. Cette 
utilisation massive de MILDA est combinée à d’autres d’interventions, au nombre 
desquelles le traitement préventif chez la femme enceinte, la pulvérisation 
intra-domiciliaire dans des zones ciblées, la chimio-prévention du paludisme 
saisonnier chez les enfants de 3 à 59 mois, entre autres.

La tuberculose, 52 cas pour 100 000 habitants en 2015 au Burkina Faso

La tuberculose est une maladie infectieuse, contagieuse et à transmission 
essentiellement interhumaine. Environ un tiers de la population mondiale est 
porteuse d’une tuberculose latente, ce qui signifie que ces personnes ont été 
infectées par le bacille tuberculeux mais ne sont pas malades et ne peuvent pas 
transmettre la maladie. Sur toute la durée de leur vie, les sujets infectés ont 
un risque de 10% de développer la maladie. Et le risque est beaucoup plus élevé 
pour ceux qui ont un système immunitaire déficient, notamment les personnes 
vivant avec le VIH ou celles en état de malnutrition ou ayant le diabète.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’incidence de la tuberculose 
était estimée à 52 cas pour 100 000 habitants en 2015 au Burkina Faso. La 
tranche d’âge la plus touchée étant celle des 15 à 49 ans.

Toutefois, les enfants sont automatiquement vaccinés au BCG (Bacille de 
Calmette et Guérin) à la naissance, ce qui permet de leur éviter les formes 
graves de tuberculose.

Le premier signe de la tuberculose est la toux grasse, productive de plus de 
deux semaines. Donc toute personne qui tousse et crache pendant plus de 2 
semaines, doit se rendre au centre de santé pour se faire consulter. Les autres 
signes évocateurs sont l’amaigrissement, le manque d’appétit, la pâleur, la 
fièvre et les sueurs nocturnes.

En rappel, la journée mondiale de la santé, a été instituée en 1948 par la 
première Assemblée mondiale de la Santé pour marquer la création de 
l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) alors que la Journée mondiale de 
lutte contre le paludisme est née en 2001 du partenariat entre l’OMS, l’UNICEF, 
la Banque mondiale et le PNUD. Quant à la journée mondiale de lutte contre la 
tuberculose, elle est commémorée depuis 1982 en hommage au chercheur Allemand, 
le Dr Robert Koch qui a découvert le microbe responsable de la maladie le 24 
Mars 1882.

Burkina Faso, ces journées sont célébrées conjointement le même jour depuis 
2012, en raison de contraintes financières et de temps.

Ministère de la Santé


Nadia OUARO
44840 LES SORINIERES
00.33.6.76.51.14.10
OUAGADOUGOU
00.226.70.09.38.56


<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Journées mondiales santé, paludisme et tuberculose, Nadia Dohin <=