e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Trafic de médicaments à Maurice

IMPORTATION SANS L’AVAL DES AUTORITÉS : UN TRAFIC DE MÉDICAMENTS  MIS AU JOUR
26 SEPTEMBRE 2016 
BY ESHAN DINALLY  

http://defimedia.info/importation-sans-laval-des-autorites-un-trafic-de-medicaments-mis-au-jour

Une enquête de six mois du ministère de l’Industrie et du Commerce et de celui 
de la Santé, vient d’établir un cas de trafic de médicaments. Le dossier a été 
transmis au CCID pour initier des poursuites.

Une quinzaine de médicaments se retrouvent sur le marché mauricien sans 
l’autorisation préalable du ministère de la Santé, et sans le contrôle de prix 
exercé par le ministère de l’Industrie et du Commerce. C’est ce qui ressort du 
rapport d’enquête menée par la Consumer Affairs Unit et d’autres unités du 
ministère de l’Industrie et du Commerce, avec la collaboration du ministère de 
la Santé. Cette enquête a été ouverte fin février, après une sortie en règle du 
ministre de la Santé Anil Gayan contre le prix excessif et abusif de certains 
médicaments.

En enquêtant sur le prix décrié d’un médicament contre le cancer, les officiers 
du ministère de l’Industrie et du Commerce et celui de la Santé se rendent 
compte qu’il a été introduit sur le marché sans l’aval des autorités. En 
approfondissant son enquête, l’équipe découvre qu’une cargaison d’une quinzaine 
de médicaments, en provenance de l’Inde et évalués à plus de Rs 3 millions, a 
également été écoulée sur le marché local de manière frauduleuse.

Cette cargaison comprend des médicaments de Tagra (pour Rs 1,3 million), 
Foracort (Rs 450 000), Erlocip (Rs 360 000), Pirfenex (Rs 297 000), Montair (Rs 
100 000), et Rizact (Rs 100 000). La majorité des médicaments viennent du 
laboratoire Cipla, société pharmaceutique indienne fondée en 1935 à Mumbai.

Ce groupe indien est présent commercialement dans plus de 150 pays et réalise 2 
milliards de dollars de chiffre d’affaires. Cipla Limited emploie 26 000 
personnes. Elle s’est fait connaître pour des batailles juridiques sur les 
brevets contre les grands groupes pharmaceutiques internationaux (Roche, 
Novartis…) notamment sur les thérapies antirétrovirales de lutte contre le VIH. 
En Afrique, Cipla a pris des positions industrielles en Afrique du Sud ou en 
Ouganda.

Cependant, l’équipe d’enquête ne pointe du doigt ni Cipla, ni les revendeurs 
locaux. Elle se montre très sévère contre une firme mauricienne qui a introduit 
« illégalement » ces médicaments sur le marché. D’après le rapport d’enquête, 
le mécanisme est simple. La firme aurait abusé de son activité au port franc 
pour introduire ces médicaments à Maurice. « Tout indique que la compagnie est 
l’un des représentants de Cipla pour l’Afrique. Maurice est utilisé comme port 
de transit entre l’Inde et l’Afrique. Les compagnies du port franc bénéficient 
de facilités pour écouler une partie des produits importés sur le marché local 
», indique un haut cadre du ministère du Commerce et de l’Industrie.

Toutefois, précise-t-il, pour les médicaments, il y a deux étapes importantes à 
franchir. Primo, l’importateur doit obtenir l’autorisation de la Santé. 
Secundo, il doit soumettre son dossier au ministère de l’Industrie et du 
Commerce pour établir le prix de vente, soit avec un mark-up de 35 %. Vu que 
l’importateur a brûlé ces deux étapes « incontournables », le ministère de 
l’Industrie et du Commerce a décidé de rapporter le cas à la police. Affaire à 
suivre…


<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Trafic de médicaments à Maurice, e-med <=