e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Quinze pays africains et leurs partenaires dressent le bilan des progrès réalisés en matière d'accès aux médicaments

Quinze pays africains et leurs partenaires dressent le bilan des progrès 
réalisés en matière d'accès aux médicaments

http://www.afro.who.int/fr/centre-des-medias/communiques-de-presse/item/8789-quinze-pays-africains-et-leurs-partenaires-dressent-le-bilan-des-progres-realises-en-matiere-dacces-aux-medicaments.html


Brazzaville, 29 juin 2016 - L'Union européenne (UE), le groupe des États 
d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et l'Organisation mondiale de la 
Santé (OMS) se retrouvent cette semaine à Addis-Abeba en Éthiopie, pour dresser 
le bilan des progrès accomplis dans le cadre d'un programme conjoint de quatre 
ans visant à améliorer l'accès aux médicaments de qualité dans 15 pays de 
l'Afrique sub-saharienne. Le partenariat UE/ACP/OMS est l'une des initiatives 
phares qui essaient de mettre sur pied des systèmes pharmaceutiques forts afin 
de rendre disponibles des médicaments de qualité aux populations africaines.

« Nous avons noté de nombreuses améliorations, notamment en terme de 
disponibilité des médicaments de qualité dans les formations sanitaires, et de 
renforcement des capacités du personnel du secteur », affirme le Directeur 
régional de l'OMS pour l'Afrique, Dr. Matshidiso Moeti. « Cependant, 
ajoute-t-elle, des efforts constants sont nécessaires pour soutenir les bons 
résultats à long terme, afin d'accomplir des progrès dans le domaine de la 
santé publique et assurer la couverture sanitaire universelle. Cela passe par 
un plus grand engagement, des investissements plus importants et une meilleure 
gouvernance dans les pays de la région. Car il ne peut y avoir de soins de 
santé forts sans systèmes pharmaceutiques forts et bien gérés », conclut-elle. 

Grâce aux financements de l'UE et à l'assistance technique de l'OMS, le 
programme a réalisé d'importants bonds en avant dans la plupart des secteurs du 
système pharmaceutique dans les pays. Parmi les progrès que le programme a 
permis de réaliser, on peut citer les suivants :


En Éthiopie, le gouvernement a publié la liste des médicaments prioritaires 
devant bénéficier de la couverture du régime d'assurance national, marquant 
ainsi un premier pas vers la couverture sanitaire universelle.

Des études de prix ont été réalisées au Burundi et au Mali, qui ont abouti à 
une nouvelle législation qui régit les prix des médicaments dans le secteur 
privé afin de limiter les dépenses individuelles des patients.

Les régulateurs de la plupart des 15 pays ont pris part à des ateliers de 
formation pour acquérir les aptitudes traditionnelles nécessaires à une 
évaluation et un enregistrement plus efficaces des médicaments, afin de mettre 
des traitements de qualité  à la disposition des patients.

Des techniques améliorées de contrôle ont permis d'améliorer les capacités de 
l'Éthiopie et du Mozambique en matière de détection aux ports d'entrée, des 
produits de qualité inférieure et de contrefaçon.

Les listes nationales des médicaments essentiels ont été actualisées suivant 
les données plus récentes et comprennent les médicaments contre les maladies 
non transmissibles et les traitements pour enfants .  

Ce programme a accordé beaucoup d'intérêt à la qualité et la sûreté des 
médicaments en tant qu'éléments essentiels de l'accès aux médicaments. « Par le 
passé, nous n'avions pas de médicaments et les gens ne venaient pas dans les 
formations sanitaires », explique Dr. Minkaila Maiga, Conseiller OMS en 
médicaments au Mali. « A présent que les médicaments sont là, nous devons nous 
assurer qu'ils sont de bonne qualité et sûrs. La confiance des gens dans le 
système dépend de sa capacité à les traiter », précise-t-il. 

Comme dans beaucoup d'autres régions du monde, les barrières sur la voie 
d'accès aux médicaments de qualité dans la Région africaine sont liées aux 
problèmes de ressources dans le secteur de la santé, à l'insuffisance du 
personnel compétent, à la mauvaise application des politiques pharmaceutiques 
ainsi qu'à la mauvaise gestion des chaînes d'approvisionnement. Ces barrières 
créent à leur tour un terrain favorable à la circulation des produits 
pharmaceutiques de mauvaise qualité et contrefaits, aux prix non abordables, et 
généralement à la rareté des médicaments demandés dans les formations 
sanitaires.

« Les prix sont une gros problème en Afrique », explique Dr. Suzanne Hill, 
Directeur du département des médicaments essentiels et des produits de santé à 
l'OMS. « Les médicaments génériques dans les pays à faibles revenus ne sont 
disponibles que dans 58% environ des formations sanitaires, et leurs prix sont 
en moyenne deux fois et demie plus élevés que le prix international de 
référence. L'autre problème est celui de l'accessibilité financière. La plupart 
des Africains ont un accès limité aux régimes de protection sociale et doivent 
payer les médicaments de leur poche ; ce qui conduit souvent à plus 
d'appauvrissement ».

Le partenariat UE/ACP/OMS qui s'achève en septembre prochain, lance cette 
semaine des discussions sur les actions et les priorités à venir, notamment les 
plans pour passer à la couverture sanitaire universelle. Des efforts 
supplémentaires seront nécessaires pour que les 15 pays concernés puissent 
soutenir les progrès accomplis et faire en sorte que leurs populations en 
bénéficient pleinement. D'autres pays de la région sont à la recherche de 
partenaires en vue d'améliorer leurs propres systèmes pharmaceutiques. 

« L'un de nos objectifs dans ce domaine est d'aider les pays à poser les bases 
d'une couverture sanitaire universelle et de faire en sorte que l'accès aux 
médicaments et autres produits de santé reste au cœur de leurs efforts », a 
indiqué Son Excellence Chantal Hebberecht, chef de la délégation de l'UE en 
Éthiopie.

Pour M. John F Kakule des ACP, « la communauté internationale a fait de la 
santé un pilier de l'agenda de développement durable ». Il est estime que « 
l'accès aux médicaments essentiels de qualité à des prix abordables continuera 
d'être une étape incontournable vers la couverture sanitaire universelle ».

Outre ce programme financé par l'UE, la réunion portera sur les progrès 
réalisés pour le renforcement des systèmes pharmaceutiques et l'amélioration de 
l'accès aux médicaments prioritaires pour la mère et l'enfant dans neufs pays 
francophones d'Afrique  à travers le Fonds français Muskoka.

Note à l'intention des rédactions

Le Nouveau partenariat UE/ACP/OMS a été mis en place en 2012 avec un 
financement initial de 10 millions d'euros, dans le but de contribuer à la 
réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement en matière de 
santé et de la couverture sanitaire universelle. Placé sous l'autorité des 
ministères de la Santé, ce partenariat permet aux 15 pays ACP de bénéficier de 
l'assistance stratégique et technique, et de la supervision de l'OMS pour 
accroître l'accès aux médicaments essentiels de qualité par le renforcement de 
leurs systèmes pharmaceutiques.

Ce Nouveau partenariat est né des cendres d'un précédent programme sur les 
politiques pharmaceutiques mises en œuvre entre 2014 et 2010. Les objectifs 
spécifiques du Nouveau partenariat sont l'amélioration de la disponibilité, 
l'accessibilité financière et l'usage sûr et efficace des médicaments 
essentiels dont la qualité est garantie pour les maladies transmissibles et non 
transmissibles prioritaires. Il contribue à cet effet à la promotion des soins 
de santé rentables et des meilleurs résultats sanitaires pour les patients.
________________________________
Pour plus d'informations, bien vouloir contacter :
à Brazzaville,  Collins Boakye-Agyemang,   boakyeagyemangc@who.int  Cette 
adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer 
Javascript pour la voir.   , Tél. +47 24 139 420 ;
à Addis-Abeba, Daniela Bagozzi du département des médicaments essentiels et des 
produits de santé à l'OMS,   bagozzid@who.int  Cette adresse email est protégée 
contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.   
, Tél. +41 79 603 72 81


    


<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Quinze pays africains et leurs partenaires dressent le bilan des progrès réalisés en matière d'accès aux médicaments, e-med <=