e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Une étude de L?Union défend la primauté des droits de l?homme dans la prise en charge des patients tuberculeux

Une étude de L’Union défend la primauté des droits de l’homme dans la prise en 
charge des patients tuberculeux

4 juillet 2016

http://www.theunion.org/francais/centre-de-medias/actualites/une-etude-de-lunion-defend-la-primaute-des-droits-de-lhomme-dans-la-prise-en-charge-des-patients-tuberculeux

Le Conseiller principal et Directeur du Département Recherche de L’Union, 
Anthony D. Harries, a co-écrit avec ses collègues de l’International HIV/AIDS 
Alliance (Royaume-Uni), de la Division de la recherche en santé de l’Université 
de Lancaster (Royaume-Uni) et du Partenariat Halte à la tuberculose (Kenya) un 
article appelant au respect des droits de l’homme dans les procédures employées 
pour amener les patients tuberculeux à suivre leur traitement jusqu’à son 
terme. L’adhésion au traitement est un élément essentiel dans la lutte mondiale 
contre la tuberculose. Or, les lois sur la santé publique varient 
considérablement d’un pays à l’autre, allant des démarches volontaires à la 
détention des patients qui ne suivent pas intégralement leur traitement.


L’étude, menée au Kenya, a été publiée en juin dans le Health and Human Rights 
Journal. Il en ressort que les patients qui n’observent pas intégralement leur 
traitement contre la tuberculose sont généralement incarcérés ou détenus. Ce 
type de législation bafoue le droit des patients aux soins, lequel repose sur 
le consentement éclairé, le respect de la vie privée, le droit de ne pas être 
soumis à un traitement médical non consenti, la protection contre les 
traitements inhumains et dégradants et la liberté de mouvement. Paradoxalement, 
ces mesures peuvent également aggraver les inégalités sociales et entraîner une 
hausse de l’incidence de la tuberculose.


Les lois sur la santé publique doivent permettre de prévenir les situations qui 
amènent les patients à arrêter leur traitement, plutôt que de prévoir des 
mesures qui sanctionnent ce comportement. L’article du Health and Human Rights 
Journal prône un renforcement des systèmes de santé afin de réduire le recours 
à l’incarcération en tant que mesure d’isolement, la décentralisation des 
services de prise en charge de la tuberculose, une meilleure éducation au 
traitement, la révision des lois sur la santé publique et une réflexion visant 
à agir sur les déterminants socio-économiques et structurels qui favorisent 
l’incidence de la tuberculose et la perte de suivi.


Les droits de l’homme et le droit à la santé sont inextricablement liés, 
puisqu’il est à la fois question de liberté de choix et de sécurité publique. 
Le Partenariat Halte à la tuberculose a récemment organisé au Kenya un atelier 
intitulé « Tuberculose, droits de l’homme et législation », qui a reconnu 
l’importance de traiter la maladie sans perdre de vue les êtres humains que 
sont les patients.


Dans l’article du Health and Human Rights Journal, L’Union soulève des 
questions analogues : elle prône l’adoption de législations sur la santé 
publique qui garantissent aux citoyens de tous les pays leur droit à la santé 
sans pour autant révoquer le droit des patients à la liberté et à la dignité 
humaine. On ne peut que se réjouir du fait que des organisations nationales et 
internationales comme L’Union, l’International HIV/AIDS Alliance, la Division 
de la recherche en santé de l’Université de Lancaster et le Partenariat Halte à 
la tuberculose mettent en lumière ces questions qui occuperont à l’avenir une 
place de plus en plus importante dans la lutte contre l’incidence croissante de 
la pharmacorésistance.


Pour consulter l’article dans son intégralité, cliquer sur le lien suivant : 
Detention of People Lost to Follow-Up on TB Treatment in Kenya: The Need for 
Human Rights-Based Alternatives

https://cdn2.sph.harvard.edu/wp-content/uploads/sites/13/2016/06/Mburu1.pdf

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Une étude de L?Union défend la primauté des droits de l?homme dans la prise en charge des patients tuberculeux, Carinne Bruneton <=