e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] A propos du traitement des tuberculose résistantes par la cycloserine

Des médicaments plus chers ne sont pas nécessairement meilleurs. On a besoin de 
trouver d'autres solutions
Philipp du Cros
Mardi 24 Septembre 2015 04.30 EDT
http://www.theguardian.com/commentisfree/2015/sep/24/drug-price-hikes-cures-msf-martin-shkreli
 

La Cycloserine: un médicament terrible? Il peut rendre les patients 
psychotiques, agressifs et même suicidaires. Mais malgré ces 50 ans, il est le 
seul traitement disponible pour les tuberculoses (TB) multi-résistantes. Les 
médecins et le personnel de soins de MSF l’utilisent dans plus de 20 pays. 

La Cycloserine est aussi l’un des deux produits au cœur d’une controverse cette 
semaine à la suite d’une soudaine montée du prix de médicaments anciens, sans 
protection du brevet. L’autre produit, Daraprim, a plus 60 ans, il est utilisé 
dans des infections dues à un parasite, qu’on trouve plutôt chez les malades du 
SIDA. (Turing Pharmaceuticals, sous la direction de Martin Shkreli, l’a acheté 
et en a multiplié le prix de 5.500%, faisant passer le prix du comprimé de 
13,50$ à 750,00$). 

La Cycloserine a été acquis par un labo qui en a fait passer le prix de 500$ 
pour 30 capsules à un prix stupéfiant de 10.800$, avant de le rendre à son 
précédent propriétaire à la suite de l’indignation qui s’en est suivie. Le 
premier propriétaire a lui aussi augmenté le prix, mais d’un taux bien 
inférieur. Tout ça pour un médicament toxique que les médecins luttant contre 
la Tuberculose, tout comme moi-même, connaissent très bien pour ces effets 
secondaires désastreux sur les patients. 

Les labos justifient les prix élevés des médicaments en présentant les profits 
comme la seule façon de financer les coûts élevés de la R&D et le prix des 
innovations à venir. Mais rien ne vient soutenir cette profession de foi : si 
le prix élevé marchait si bien, les médecins ne se plaindraient pas d’un 
médicament toxique, un vieux produit qu’ils connaissent pour être dangereux 
pour les malades alors qu’ils essaient de les traiter. Traiter des tuberculoses 
multi-résistantes fait appel à d’incroyables cocktails médicamenteux dont le 
coût est phénoménal. Imaginez qu’après avoir pris pendant deux ans un produit 
comme la cycloserine aux effets secondaires si horribles, avec huit mois 
d’injections quotidiennes douloureuses, vous n’avez que 50% de chances de 
guérison. 

La R&D contre la TB est telle que, pour les souches multi-résistantes, il n’y a 
pas d’espoir immédiat de remplacer les traitements toxiques, ou d’avoir des 
traitements ou des associations d’une durée plus courte, pour guérir les 
malades. Il est temps de changer. Nous, à MSF, nous pensons qu’il y a d’autres 
voies, et meilleures, pour traiter la TB, que nous attendons désespérément. 

Le Projet 3 P (push, pull and pool : littéralement pousser, tirer, mettre en 
commun), cherche à développer un régime entièrement nouveau contre toutes les 
souches de TB grâce à une approche ouverte et collaborative et des stimulations 
qui récompensent la collaboration et qui payent la recherche immédiatement 
plutôt que de dépendre de prix élevés. 

Il récompense financièrement des produits prêts à être testés chez l’homme en 
association avec d’autres produits. La TB a besoin de plus d’un médicament pour 
la traiter. Le Projet 3P met en commun la connaissance intellectuelle et les 
données scientifiques pour faciliter la recherche collaborative qui permettra à 
ces produits de passer de la paillasse au lit du malade. Les dons financiers 
sont la récompense, en particulier pour financer les études cliniques des 
nouveaux régimes. 

On doit abandonner l’idée que le prix élevé est la seule façon de poursuivre le 
développement des médicaments et nous devons arrêter de gober l’idée qui veut 
que, tant qu’on paye cher, les maladies négligées jusqu’à maintenant, vont 
enfin bénéficier de la R&D qu’elles attendent. Ce n’est pas du tout ça. 

Alors que le Projet 3P a la TB comme cible, une maladie que MSF suit avec près 
de 40.000 patients par an, le principe d’une autre façon de financer peut aussi 
bénéficier à d’autres maladies qui souffre du désintérêt classique de 
l’industrie. Cela peut aussi nous permettre d’éviter d’être exploités par 
l’industrie aux prix abusifs pour de vieux produits comme la cycloserine. Parce 
que, très honnêtement, on préfèrerait ne pas avoir à nous battre avec ce 
produit. 

 Joanna Keenan
Press OfficerMédecins Sans Frontières - 
Access Campaign
P: +41 22 849 87 45
M: +41 79 203 13 02
E: joanna.keenan@geneva.msf.org
T: @joanna_keena

 ----- Original Message ----- 

The GuardianDrug-price hikes don't lead to better cures. We must find another 
wayforwardPhilipp du CrosThursday 24 September 2015 04.30 
EDThttp://www.theguardian.com/commentisfree/2015/sep/24/drug-price-hikes-cures-msf-martin-shkreli
Cycloserine is a nasty drug ? it can make patients psychotic, aggressiveand 
even suicidal. But the 50-year-old drug is also one of the onlyavailable 
treatments for multi-drug resistant tuberculosis. Doctors andnursing staff from 
M?decins Sans Fronti?res/Doctors Without Borders (MSF)use it in over 20 
countries.
Cycloserine is also one of two drugs that have been in the center of 
acontroversy this week over sudden price hikes on old, patent-expired 
drugs.(The other is the 60-year-old drug Daraprim, used to treat a 
parasiticinfection that primarily affects people with HIV. Turing 
Pharmaceuticals,helmed by Martin Shkreli, bought the drug and raised the price 
5,500% ?from $13.50 to $750 per pill.) Cycloserine was acquired by a company 
thatraised the price from $500 for 30 capsules to a staggering $10,800, 
beforereturning it to the original owner in the wake of an ensuing uproar.
The original owner also hiked the price, though by a lot less. All thisover a 
nasty drug that TB doctors like me know full well have awfulside-effects on 
people.
Pharmaceutical companies justify their high prices on medicines by 
sayingprofits are the only way to recoup the expensive research costs and pay 
forfuture innovation. But evidence doesn?t support their claim: if 
thehigh-price system worked so well, doctors wouldn?t be clamoring to access 
atoxic, old drug they know could harm their patients in an attempt to curethem.
The entire cocktail of drugs to treat MDR-TB is awful and the cure rateabysmal. 
Imagine if, after two years of taking drugs like cycloserine withhorrific side 
effects, including eight months of daily painful injections,you have just a 50% 
chance of being cured. TB research and development issuch that, for those with 
drug-resistant strains, there is no immediatehope of new drugs replacing all 
the toxic drugs, or for shorter and bettercombinations of drugs, to reach a 
cure.
It?s time for a change. We at MSF believes there is another, better way 
todeliver the treatments for TB that we?re so desperately waiting for. The3Ps 
Project ? push, pull and pool ? aims to develop an entirely new regimenof drugs 
for all strains of TB through an open, collaborative approach andincentives 
that reward collaboration and pays for research upfront ratherthan relying on 
high prices.
It rewards funds for compounds that are ready to be tested in humans 
incombination with other compounds ? TB needs more than one drug to cure it.The 
3Ps Project then pools the intellectual property and scientific datagenerated 
to enable the collaborative research that will take thesecompounds from the 
bench to the bedside. Grant funding is awardedthroughout, especially to fund 
the clinical trials on the new regimens.
We must move beyond the idea that high prices are the only way to make 
drugdevelopment happen and stop swallowing the line that as long as we pay 
highprices, diseases that have until now been neglected will suddenly find 
theresearch backing they need. It?s simply not the case.
While the 3P Project is targeting TB ? a disease for which MSF treatsnearly 
40,000 people a year ? the principles of alternative funding can beapplied to 
other diseases which suffer from habitual industry neglect. Itcan also help us 
to avoid the exploitation and price gouging by thepharmaceutical industry on 
old drugs like cycloserine. Because honestly,we?d much prefer not to have to 
fight for this drug.

Joanna KeenanPress OfficerM?decins Sans Fronti?res - Access CampaignP: +41 22 
849 87 45M: +41 79 203 13 02E: joanna.keenan[at]geneva.msf.orgT: @joanna_keena  
                                    

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] A propos du traitement des tuberculose résistantes par la cycloserine, e-med <=