e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Hommage à un grand pharmacologue français, Jacques Dangoumau

Jacques Dangoumau
LE MONDE |  06.09.2015 à 16h36 
Par  Paul Benkimoun
http://lemonde.fr/disparitions/article/2015/09/06/jacques-dangoumau_4747377_3382.html
 

Spécialiste de pharmacologie, ayant eu une longue carrière de haut 
fonctionnaire en matière de médicament auprès du ministère de la santé, le Pr 
Jacques Dangoumau est mort mercredi 27 août dans sa maison d’Estang, près de 
Cazaubon (Gers), entouré de sa famille. « Il était atteint d’une maladie qu’il 
savait incurable et était depuis quelques mois très affaibli, confie le Pr 
Bernard Bégaud, ancien directeur du département de pharmacologie de 
l’Université Bordeaux Segalen, qui le connaissait bien. Il avait quitté son 
appartement de Bordeaux trois semaines plus tôt, avec la volonté de passer ses 
derniers jours dans ce Gers qu’il aimait tant. Il était gersois par sa mère, 
pharmacienne à Cazaubon. Amateur de courses de vaches landaises dont il était 
un fin connaisseur et grande prosélyte, de corridas, de bandas, de foie gras, 
tourtières et armagnac. Ce côté gascon dont certains se moquaient à Paris était 
le socle de sa personnalité pourtant au premier abord austère. »Fondateur à 
Bordeaux en 1973 de l’un des tout premiers laboratoires de pharmacologie 
médicale, il était obsédé par l’importance pour les médecins de bien connaître 
les médicaments afin de bien les prescrire. Une condition indispensable pour 
cela : prendre en considération tous leurs effets, y compris indésirables.

 « Terreur des étudiants et des doyens, il lui arrivait de coller les deux 
tiers d’une promotion d’étudiants en médecine et avait rédigé 11 tomes d‘un 
polycopié qu’il y avait intérêt à savoir sur le bout des doigts. En ce sens, il 
est l’un des pères de la pharmacologie clinique », rappelle Bernard Bégaud.Dès 
1975, il crée à Bordeaux, pour la première fois en France, une liste de 
médicaments au CHU qui ne retient que ceux ayant un intérêt démontré et met en 
place un Comité du médicament qui réunit cliniciens, pharmaciens hospitaliers 
et pharmacologues cliniciens. A son initative est également lancé le premier 
bulletin d’information régulier sur le médicament et ses effets (« Bordeaux 
Pharmacologie ») adressé à tous les médecins du CHU de Bordeaux. Une initiative 
qui inspirera beaucoup d’autres CHU.

Dès cette époque, Jacques Dangoumau travaille sur les prescriptions illogiques 
et dangereuses. Il apporte une contribution majeure aux technique de 
pharmacovigilance, notamment sur la notion d’imputabilité : l’évaluation du 
lien causal qui peut exister entre un événement indésirable et la prise d’un 
médicament. « En ce sens, il est l’un de ceux qui ont produit les prémices 
d’une pharmacovigilance moderne, solide au plan clinique et scientifique », 
estime Bernard Bégaud.

Profondément de gauche et athée militant, socialiste encarté proche du courant 
historique mitterrandien,, il est élu conseiller municipal du Bouscat de 1977 à 
1983, mandat qui sera renouvelé en 1989. En 1981, le ministre de la santé Jack 
Ralite le charge d’une mission intitulée « Expérimentation clinique, essais 
thérapeutiques, pharmacovigilance et pharmacologie clinique ». Remis en février 
1982, son rapport couvre largement le sujet , en particulier l’essentiel de ce 
qui deviendra en 1988 la loi Huriet-Sérusclat-Charles sur la protection des 
personnes participant à des recherches biomédicales.

Une vaste culture
En 1982, il est nommé directeur de la pharmacie et du médicament (DPhM), l’une 
des quatre directions du ministère de la santé. Il quittera ce poste en 1987, 
victime de l’alternance politique. Entretemps, il a notamment œuvré à la 
promulgation en 1984 du décret fixant l’organisation et la réglementation de la 
pharmacovigilance. Le rapport sur « L’industrie pharmaceutique en France » 
(1989) qu’il rédige avec Jacques Biot préconisait entre autres la création d’un 
grand groupe pharmaceutique français par le rapprochement de Rhône-Poulenc et 
Sanofi. Une fusion qui se concrétisera en 2004.

Ses fonctions à la DPhM entre 1982 et 1987 lui vaudront d’être mis en examen 
dans le cadre de la longue instruction de l’affaire de l’hormone de croissance 
contaminée, qui aura provoqué la mort de 117 enfants en France. Une décision 
qui l’affecte profondément. Lorsque le procès s’achève, en janvier 2009, il 
bénéficie, comme les cinq autres prévenus, médecins et pharmaciens, de la 
relaxe générale.Il y a trois décennies, 

Jacques Dangoumau a pris une grande part dans la création de rencontres de 
travail réunissant l’université, l’industrie et les autorités sanitaires : les 
Journées de pharmacologie clinique de Giens et les ateliers de 
Pharmacovigilance. Ayant particulièrement à cœur de mettre sur pied une 
pharmacologie et une pharmacovigilance inattaquable au plan clinique il est 
l’artisan d’une collaboration avec les unités de recherche en épidémiologie et 
statistique de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale 
(Inserm).

Après avoir dirigé à partir de 1989 le Laboratoire national de la santé, il 
revient en novembre 1991 à la tête de la DPhM pour préparer la mise en place de 
la future Agence du médicament, qui sera créée en avril 1993 avec Didier 
Tabuteau comme directeur général. Il assumera jusqu’en 1996 la présidence de 
son conseil d’administration, avant de revenir définitivement à Bordeaux.

« Homme d’une vaste culture, il était assidu des spectacles, possédait des 
milliers de livres et de disques mêlant tous les types de musiques. Il était 
également féru d’histoire et avait une connaissance encyclopédique de tous les 
souverains qui ont fait l’histoire de l’Europe, sans oublier leurs conjoints et 
ennemis, en ne se trompant jamais sur les dates », se souvient, admiratif, 
Bernard Bégaud. 

21 août 1935 Naissance à Bordeaux (Gironde)
1982-1987 Directeur de la pharmacie et du médicament au ministère de la santé
1989-1991 Directeur du Laboratoire national de la santé
1993-1999 Président du conseil d’administration de l’Agence du médicament
27 août 2015 Décès à Estang (Gers)
 
Paul Benkimoun
 Journaliste au Monde                                     

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>