e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Les systèmes pour combattre la résistance aux antibiotiques manquent dans toutes les régions du monde (OMS)

Les systèmes pour combattre la résistance aux antibiotiques manquent dans 
toutes les régions du monde 
Communiqué de presse OMS
http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2015/antibiotic-resistance-lacking/fr/
29 AVRIL 2015 | GENÈVE - 

Un quart des pays ayant répondu à une enquête de l’Organisation mondiale de la 
Santé (OMS) ont des plans pour préserver les médicaments antimicrobiens comme 
les antibiotiques, mais de nombreux autres doivent accentuer leurs efforts. 

Un nouveau rapport intitulé Analyse mondiale de la situation dans les pays: 
réponse à la résistance aux antimicrobiens révèle que malgré toutes les 
activités en cours et les nombreux gouvernements qui se sont engagés à résoudre 
ce problème, il subsiste des lacunes majeures au niveau des actions nécessaires 
dans les six Régions de l’OMS pour éviter l’usage à mauvais escient des 
antibiotiques et réduire la propagation de la résistance.

«C’est le plus grand défi à relever aujourd’hui dans le domaine des maladies 
infectieuses», déclare le Dr Keiji Fukuda, Sous-Directeur général pour la 
sécurité sanitaire à l’OMS. «Tous les types de micro organismes, dont de 
nombreux virus et parasites, deviennent résistants aux médicaments. Le 
développement de bactéries de plus en plus difficiles à traiter avec les 
antibiotiques est un problème préoccupant et particulièrement urgent. On 
observe le phénomène dans toutes les régions du monde, de sorte que les pays 
doivent agir pour combattre cette menace mondiale.» 

Publié un an après le premier rapport de l’OMS sur l’ampleur de la résistance 
aux antimicrobiens dans le monde, qui avertissait de l’avènement d’une «ère 
post-antibiotiques», cette enquête à laquelle 133 pays ont répondu en 2013 et 
2014 est la première à rendre compte de l’évaluation par les gouvernements de 
leur action contre la résistance aux antimicrobiens utilisés pour traiter des 
maladies comme les infections sanguines, la pneumonie, la tuberculose, le 
paludisme et le VIH. 

Elle résume les pratiques actuelles et les structures visant à résoudre le 
problème et met en évidence des domaines importants à améliorer.«S’il y a de 
nombreux points encourageants, il faut en faire davantage pour combattre l’une 
des plus graves menaces pour la santé mondiale à notre époque», continue le Dr 
Fukuda. «Les scientifiques, les médecins praticiens et certaines autorités, 
dont l’OMS, ont averti de l’impact potentiellement catastrophique que pourrait 
avoir le fait d’ignorer la résistance aux antibiotiques. Aujourd’hui, nous nous 
félicitons des résultats obtenus jusqu’à présent, mais il faut en faire 
davantage si nous ne voulons pas perdre des moyens de pratiquer la médecine et 
de traiter à la fois des maladies courantes et graves.» 

Principales conclusions du rapport:Peu de pays (34 sur les 133 ayant participé 
à l’enquête) ont un plan national complet pour lutter contre la résistance aux 
antibiotiques et autres médicaments antimicrobiens.

Le suivi est la clé pour juguler la résistance aux antibiotiques, mais il n’est 
pas fréquent. Dans de nombreux pays, l’insuffisance des capacités des 
laboratoires, des infrastructures et de la gestion des données empêche une 
surveillance efficace, pouvant révéler l’évolution de la résistance et 
identifier des tendances et des flambées.

La vente d’antibiotiques et d’autres médicaments antimicrobiens sans ordonnance 
reste courante et de nombreux pays n’ont pas de guides thérapeutiques 
normalisés, ce qui accroît le risque de surutilisation des médicaments 
antimicrobiens par le grand public et les professionnels de la médecine.

Le grand public est peu sensibilisé au problème dans toutes les régions, 
beaucoup croyant encore que les antibiotiques sont efficaces contre les 
infections virales.

L’absence de programmes pour prévenir et combattre les infections contractées 
en milieu hospitalier demeure un problème majeur.

L’OMS, les pays et les partenaires ont élaboré un projet de plan d’action 
mondial pour combattre la résistance aux antimicrobiens, dont celle aux 
antibiotiques, qui va être soumis à la Soixante-Huitième Assemblée mondiale de 
la Santé en mai 2015. Il sera demandé aux gouvernements d’approuver ce plan et, 
ce faisant, de s’attaquer à un problème qui menace la santé mondiale telle que 
nous la connaissons aujourd’hui. 

Une étape essentielle dans la mise en œuvre de ce plan serait d’élaborer des 
plans nationaux complets dans les pays où il n’y en a pas encore ou de 
développer et de renforcer les plans existants. 

Les conclusions du rapport par région

Région africaine 

Dans cette Région, 8 États Membres sur 47 ont participé à l’enquête.Dans cette 
région, les données sont incomplètes à cause du manque d’informations ; 
néanmoins, les résultats semblent indiquer que la résistance aux antimicrobiens 
pose un problème croissant.
Les 8 pays de cette Région qui ont répondu déclarent que la plus grande 
difficulté qu’ils rencontrent tient à la résistance aux traitements 
antipaludiques et antituberculeux.Les médicaments de mauvaise qualité sont un 
problème généralisé, contribuant à l’aggravation du problème.                 

suite du communiqué et rapport en anglais :
http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2015/antibiotic-resistance-lacking/fr/
               

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Les systèmes pour combattre la résistance aux antibiotiques manquent dans toutes les régions du monde (OMS), bruneton carinne <=