e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Fonds mondial : Approbation du cadre de financement de la lutte contre les co-infections et comorbidités

Approbation du cadre de financement de la lutte contre les co-infections et 
comorbidités

 9 Apr 2015 Kate Macintyre

Le Conseil d’administration a approuvé une recommandation soumise par le Comité 
de la stratégie, des investissements et de l’impact afin de permettre aux pays 
d’utiliser certaines de leurs allocations pour financer les interventions 
ciblant les co-infections susceptibles d’aggraver le VIH, la tuberculose ou le 
paludisme.

La décision prise lors de la 33ème réunion du Conseil d’administration qui 
s’est tenue le 1er avril est importante dans la mesure où les nouvelles 
technologies et les nouveaux médicaments offrent un énorme potentiel pour 
améliorer à la fois la qualité et la durée de vie des personnes vivant avec les 
maladies. C’est aussi un moyen de généraliser l’accès aux interventions 
nouvelles et existantes, mais aussi de permettre aux pays d’améliorer la 
qualité des services prodigués aux patients et de promouvoir le modèle du Fonds 
mondial en matière d’appropriation par les pays.

Selon le cadre approuvé par le Conseil, une co-infection est l’apparition 
simultanée ou successive de deux infections. Il peut s’agir d’infections aiguës 
(à court terme) ou chroniques (à long terme).
On parle de comorbidité lorsque deux pathologies ou plus sont présentes et que 
l’une d’entre elles est une maladie non transmissible. Les personnes vivant 
avec des maladies chroniques non transmissibles, comme le diabète ou des 
troubles liés à la consommation d’alcool (une cirrhose du foie, par exemple), 
présentent un risque accru de développer la tuberculose, en raison de 
l’affaiblissement de leur système immunitaire. 

A mesure que les traitements contre le VIH deviennent plus efficaces et aident 
les populations affectées à vivre plus longtemps avec le virus, les maladies 
non transmissibles (MNT) représentent une proportion plus importante de la 
charge de morbidité et des décès observés parmi les populations infectées.

Ainsi qu’un groupe constitutif du Conseil d’administration l’a noté lors des 
discussions menées le 1er avril, il n’est pas nécessaire d’investir dans des 
thérapies antirétrovirales pour les personnes infectées par le VIH pour les 
voir tomber malades et mourir d’un cancer du col de l’utérus.

L’ensemble des co-infections et comorbidités liées au VIH, à la tuberculose et 
au paludisme est vaste et englobe aussi bien des infections opportunistes que 
non opportunistes, des cancers indépendants ou liés au sida et des maladies 
cardiovasculaires, des pneumonies, des infections bactériennes et des maladies 
auto-immunes, du diabète et des maladies du foie (tuberculose), des hépatites, 
du diabète et des maladies pulmonaires (VIH et tuberculose), ainsi que d’autres 
pathologies liées à la malnutrition (VIH, tuberculose et paludisme). Qui plus 
est, leur charge de morbidité est en augmentation.    

Le Tableau 1 montre un éventail des co-infections. 
La suite c'est ici :
http://www.aidspan.org/fr/gfo_article/approbation-du-cadre-de-financement-de-la-lutte-contre-les-co-infections-et-comorbidites
                                    

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Fonds mondial : Approbation du cadre de financement de la lutte contre les co-infections et comorbidités, Bruneton Carinne <=