e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] 68% des livraisons de produits de santé achetés par le Fonds mondial sont complètes et effectuées dans les délais fixés

68% des livraisons de produits de santé achetés par le Fonds mondial sont
complètes et effectuées dans les délais fixés
Lauren Gelfand
21 Nov 2014
Lettre de Aidspan (L'Observateur indépendant du Fonds Mondial)
http://www.aidspan.org/fr/gfo_article/68-pour-cent-des-livraisons-de-produi
ts-de-sante-achetes-par-fonds-mondial-sont-completes-effectuees-dans-delais
-fix

Plus de 1,2 milliard de dollars en produits de santé achetés et livrés
dans le cadre d'achats groupés en 2014

 L'équipe chargée des achats au Fonds mondial affiche presque deux fois
plus de livraisons complètes et effectuées dans les temps du fabricant
jusqu'aux ports d'entrée dans les pays en ce qui concerne les produits de
santé achetés dans le cadre du mécanisme d'achat groupé, et ce, grâce à
une rationalisation de la partie amont de la chaîne d'approvisionnement et
à une évaluation plus rigoureuse des performances par les fabricants et
les fournisseurs.

Selon Christopher Game, Directeur des achats au Fonds mondial, le défi
consiste maintenant à faire des progrès comparables sur ce qu'on a coutume
d'appeler le « dernier kilomètre » entre le port et le réseau des
établissements de santé publique dans les 123 pays qui peuvent prétendre à
des financements du Fonds mondial.

En 2014, le Fonds a acheté pour environ 1,2 milliard de dollars de
produits de santé par le biais de son mécanisme d'achat groupé, un montant
multiplié par quatre par rapport aux chiffres de 2013.
Le tableau ci-dessous indique les montants dépensés (en millions de
dollars US)
et la répartition de ces achats.
(A consulter ici : 
http://www.aidspan.org/fr/gfo_article/68-pour-cent-des-livraisons-de-produi
ts-de-sante-achetes-par-fonds-mondial-sont-completes-effectuees-dans-delais
-fix  )

Dans l'ancien système, le terme de mécanisme volontaire d'achat groupé
pouvait être considéré quelque peu impropre, du fait que la participation
au mécanisme était souvent le résultat d'une mesure punitive prise suite à
la révélation de problèmes de gestion financière, de fraudes ou
d'irrégularités. Aujourd'hui en revanche, malgré le fait qu'il pourrait
être perçu comme un dispositif limitant l'appropriation nationale du
processus d'achat, le mécanisme d'achat groupé est présenté comme une
solution rentable et favorable au marché pour répondre au besoin de
stabilité de la chaîne d'approvisionnement en produits de santé -
médicaments compris - destinés aux pays pouvant prétendre à des
financements du Fonds mondial.

Des livraisons « complètes et dans les délais fixés » sont considérées
comme le critère de référence pour mesurer l'efficacité d'une chaîne
d'approvisionnement. Parce qu'il examine les livraisons du point de vue
des destinataires et non des fournisseurs, il est considéré comme
supérieur à d'autres indicateurs de résultats. Dans le secteur privé, 80%
de livraisons complètes et dans les délais fixés sont la norme.

La rationalisation de la partie amont de la chaîne d'approvisionnement -
c'est-à-dire du fabricant jusqu'aux transitaires chargés par le Fonds
mondial d'expédier les produits vers diverses destinations - a nécessité
de nouveaux efforts de gestion et d'analyse des données portant sur les
performances, la production et les achats, afin de pouvoir mieux anticiper
les causes potentielles de retard dans les livraisons.

Depuis septembre 2014, l'équipe des achats examine en collaboration avec
la Division de la gestion des subventions une nouvelle stratégie visant à
aligner les priorités des pays en ce qui concerne l'amélioration de la
chaîne d'approvisionnement sur la stratégie mondiale.

« Nous sommes vraiment désireux d'étendre le mécanisme d'achat groupé,
sans pour autant priver les pays de la possibilité de choisir ou revenir
sur le principe d'appropriation nationale », a déclaré Christopher Game. «
Ainsi, plus nous avons la possibilité de payer directement les
fournisseurs, plus nous nous conformons aux dispositions budgétaires et
plus il est facile de signaler des anomalies, tout en faisant des
économies au passage. »

Cet examen interne fait suite à un effort plus concerté du Fonds mondial
pour travailler en étroite collaboration avec d'autres organisations
internationales qui achètent et distribuent des produits de santé. Un
protocole d'accord a été signé avec UNITAID afin d'améliorer la
coordination des achats et des livraisons de produits destinés à la lutte
contre le VIH et la tuberculose. Une démarche similaire est en cours avec
l'Organisation mondiale de la Santé concernant les produits destinés à la
lutte contre le paludisme.

On espère que cette nouvelle approche pourra être appliquée au niveau des
pays au cours de l'année 2015 - c'est-à-dire à la partie aval de la chaîne
d'approvisionnement - afin de remédier aux retards de livraison et aux
ruptures de stock que ceux-ci peuvent entraîner.

Une composante de la stratégie envisagée par le Fonds pour se conformer à
la norme dans ce secteur et pour améliorer les livraisons le long du «
dernier kilomètre » consiste à aider les pays à identifier les éléments de
leurs chaînes d'approvisionnement qui fonctionnent de façon satisfaisante
afin de s'en inspirer.

« Nous recherchons vraiment des solutions africaines pour l'Afrique », a
indiqué Christopher Game. « Nous regardons où il est possible d'acheter en
commun [au niveau régional], puis nous recommandons des solutions
pratiques et abordables. »

Il est probable que le développement de meilleures pratiques dans le
domaine de la gestion de la chaîne d'approvisionnement, lorsqu¹autant
d'éléments contribuent à de mauvaises performances - technologie,
capacités, absence d'infrastructures de base -, prendra du temps et
nécessitera des investissements importants.

Cependant, pour ce qui est de la coordination à l'échelle mondiale, les
chaînes d'approvisionnement sont aussi solides que leur maillon le plus
faible, et ce maillon se situe généralement au niveau des pays. Qu'il
s'agisse de l'environnement réglementaire, de systèmes tarifaires déloyaux
ou de corruption institutionnelle, de nombreux pays où l'argent du Fonds
mondial est dépensé pour acheter des produits de santé semblent réunir un
certain nombre d'éléments qui concourent à compromettre les progrès
accomplis sur le plan de l'efficacité ou des résultats.

Certains progrès ont toutefois été observés en Afrique. Le Zimbabwe, avec
d'autres pays, sera le fer de lance du programme d'encadrement du Fonds,
dont l¹objectif est de soutenir les efforts visant à rationaliser
l'environnement réglementaire des produits de santé, et encouragera
l'harmonisation des tarifs douaniers et des systèmes tarifaires entre les
différents organes régionaux. 



<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>