e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Lutte contre les médicaments illicites : Mise en place prochaine d¹une commission contre les produits de mauvaise qualité

Lutte contre les médicaments illicites : Mise en place prochaine d¹une
commission contre les produits de mauvaise qualité
LAST UPDATED ON TUESDAY, 15 JULY 2014 19:25TUESDAY, 15 JULY 2014 19:04
WRITTEN BY AMA 
http://www.lesoleil.sn/index.php?option=com_content&view=article&id=41532:l
utte-contre-les-medicaments-illicites-mise-en-place-prochaine-dune-commissi
on-contre-les-produits-de-mauvaise-qualite&catid=140:actualites

Au Sénégal, l¹accès de tous aux médicaments essentiels de qualité et à
moindre coût demeure un défi majeur. Pour y arriver, les autorités
sanitaires n¹écartent pas la mise en place prochaine d¹une commission
nationale de lutte contre les médicaments illicites.

Un atelier de validation technique du document de politique pharmaceutique
nationale du Sénégal s¹est ouvert, hier, à Dakar. Il regroupe des experts
du ministère de la Santé et de ses partenaires. L¹ouverture des travaux a
été présidée par le directeur général de la santé, Dr Papa Amadou Diack.
Il a indiqué que la validation de ce document permettra de définir des
stratégies idoines pour résoudre les problèmes identifiés, faire l¹analyse
de la situation actuelle et envisager des perspectives, en vue de
développer le sous-secteur de la pharmacie.

Le document prend aussi en considération la problématique liée à la
circulation des faux médicaments et des produits de mauvaise qualité. «
C¹est ainsi que de nouveaux domaines, tels que la recherche et les essais
cliniques, le partenariat et la bonne gouvernance, ont été intégrés dans
le processus d¹élaboration », a expliqué Dr Diack. Il a rappelé que le
médicament est au c¦ur de la politique sanitaire du gouvernement. C¹est
pour cette raison que le ministère de la Santé envisage de créer une
commission nationale de lutte contre les médicaments illicites ou de
mauvaise qualité. Cette dernière travaillera selon une approche
multisectorielle et sous-régionale, parce que les Etats africains, avec
l¹appui de l¹Oms, ont aussi promis de créer un système d¹alerte pour
identifier les médicaments de mauvaise qualité.

D¹après le Dg de la santé, la lutte contre les médicaments contrefaits,
faussement étiquetés, doit être sous-régionale, car la plupart des
produits pharmaceutiques qui entrent en Afrique viennent des pays
asiatiques. Le directeur de la pharmacie et du médicament, Pr. Amadou
Moctar Dièye, qui compte s¹appuyer sur cette commission, a néanmoins
souligné que le secteur de la pharmacie est bien réglementé au Sénégal
malgré quelques poches de marchés parallèles. « Notre pays, a poursuivi,
M. Dièye, a un dispositif législatif et réglementaire qui lui permet de
mettre à la disposition des populations des médicaments de qualité. Ceci
est dû au fait que les inspections et les contrôles des médicaments se
font de manière régulière avec la descente sur le terrain des inspecteurs
ou contrôleurs ». Ces agents de l¹Etat mènent tous les jours un combat
pour barrer la route aux trafiquants de médicaments illicites. « Au mois
de mai par exemple, nous avons mené, sous l¹égide d¹Interpol, une
opération porc épic qui a permis l¹arrestation de 42 personnes et la
saisine de 3,9 tonnes de médicaments de mauvaise qualité. Ces personnes
ont été arrêtées et emprisonnées », a-t-il informé. Après cette opération,
tous les points de vente des médicaments ont été détruits. « Donc, cette
commission va nous aider dans cette guerre », a-t-il lancé. Le
représentant de l¹Oms, Dr Mamadou Ngom, a, lui, demandé aux autorités de
faire en sorte que les médicaments de bonne qualité soient disponibles et
accessibles à toutes les couches de la population et à moindre coût.

Le Sénégal travaille sur un projet de création d¹industries pharmaceutiques
Le directeur général de la santé a déploré le faible taux de production
locale des médicaments. Au Sénégal, le taux de production des produits
pharmaceutiques stagne depuis plusieurs années autour de 15 %. Conséquence
: le pays importe plus de 75 % des médicaments pour soigner sa population.
Afin de réduire ce taux, des réunions spécifiques pour créer les
conditions favorables à l¹implantation d¹industries pharmaceutiques au
Sénégal se sont déjà tenues, a indiqué Dr Papa Amadou Diack.  « Si nous
parvenons à produire beaucoup de molécules dans notre pays, cela aura une
accessibilité financière sur ces produits pharmaceutiques. Mieux, cette
industrie participera à la création d¹emploi », a-t-il soutenu.
Poursuivant, Dr Diack a déclaré qu¹avec l¹implantation de l¹industrie
pharmaceutique, ce sera facile de gérer les autres étapes, notamment le
contrôle de la qualité et l¹approvisionnement de médicaments. Il a
expliqué que le développement de la production locale au Sénégal permettra
de mieux répondre aux besoins des populations en mettant à leur
disposition des médicaments de qualité et à moindre coût.
Eugene KALY



<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Lutte contre les médicaments illicites : Mise en place prochaine d¹une commission contre les produits de mauvaise qualité, e-med <=