e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Tests de diagnostic rapide en infectiologie tropicale en 2014 : du principe à la pratique Médecine des voyages

https://www.mesvaccins.net/web/news/5501-tests-de-diagnostic-rapide-en-infe
ctiologie-tropicale-en-2014-du-principe-a-la-pratique


Tests de diagnostic rapide en infectiologie tropicale en 2014 : du
principe à la pratique Médecine des voyages
<http://www.medecinedesvoyages.net/medvoyages/news/5501-tests-de-diagnostic
-rapide-en-infectiologie-tropicale-en-2014-du-principe-a-la-pratique>Lu 26
foisPublié le 30 juin 2014 à 01h24

Auteur : Docteur Elisabeth NICAND
<https://www.mesvaccins.net/web/news/5501-tests-de-diagnostic-rapide-en-inf
ectiologie-tropicale-en-2014-du-principe-a-la-pratique#collapseOne>

Les tests de diagnostic rapide, également appelés tests rapides
d'orientation diagnostique (TROD), ont considérablement progressé en
infectiologie au cours de ces 10 dernières années. En 2014, plus d'une
centaine d'agents pathogènes peuvent être détectés en utilisant ce type de
méthode. L'amélioration des performances des tests rapides et leur
disponibilité à un moindre coût permettent d'envisager leur utilisation à
grande échelle, en dehors d'un laboratoire de biologie médicale, dans un
contexte d'urgence, d'épidémie ou de moyens réduits. La Société de
Pathologie Exotique a étudié ces évolutions et consacré son colloque
organisé en mai au thème des TROD en infectiologie tropicale (1).

TROD: les principes, les choix, les bonnes pratiques

Les TROD utilisent différents principes techniques dont la majorité repose
sur la spécificité de la liaison antigènes-anticorps ou, moins souvent,
sur la détection de génomes d'agents infectieux. Pratiqués sur le terrain,
auprès du malade, par du personnel pouvant être rapidement formé, ces TROD
ne bénéficient le plus souvent que d'évaluations de laboratoire avant leur
mise sur le marché. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) met à la
disposition des utilisateurs des documents d'information relatifs aux
critères de sélection des TDR. Cependant, ces documents concernent un
nombre restreint de maladies (le plus souvent le paludisme) et ne
dispensent pas d'une validation des tests sur le terrain, afin de prendre
en compte l'environnement, les pathologies, l'épidémiologie (épidémie, cas
sporadiques) (2). En situation épidémique, dans une démarche de dépistage,
le choix des TROD se fera notamment sur le critère de leur spécificité,
alors que le choix des tests à visée diagnostique (intérêt individuel)
accordera une importance particulière à leur sensibilité.

Utilisation des TROD sur le terrain

Les TROD ayant été le plus largement utilisés sur le terrain en médecine
tropicale concernent le paludisme et le choléra.

TROD du paludisme
En 2012, plus de 205 millions de TROD (bandelettes réactives) ont été
pratiqués dans le monde pour le diagnostic du paludisme. Le recours à
l'utilisation de ces TROD est intégré par l'OMS au programme mondial de
lutte antipaludique, afin de limiter la prescription abusive des
antipaludiques (2). Leur utilisation à large échelle a mis en lumière
leurs différences de sensibilité en fonction des conditions de stockage et
d'utilisation ou de l'espèce plasmodiale, ainsi que des difficultés
d'interprétation du résultat. Sandrine Houze (Centre National de Référence
du Paludisme, Paris) souligne les limites des TROD pour le diagnostic de
Plasmodium falciparum. La détection de la protéine PfHRP2, spécifique de
cette espèce, est la cible des TROD. Or l'expression de cette protéine est
variable, certaines souches de Plasmodium falciparum ne la sécrétant pas,
entrainant un défaut de sensibilité (faux négatifs). Cette protéine est
sécrétée à la fois par les gamètes et les formes intraérythrocytaires
plasmodiales, or le diagnostic de paludisme repose sur la présence de
formes asexuées. Le temps médian de persistance de la protéine PfHRP2 est
de 42 jours, d'où la persistance de la positivité du test alors que
l'accès de paludisme est contrôlé. La large utilisation de ces TROD sur le
terrain souligne la nécessité d'algorithmes pour déterminer la conduite à
tenir, dont la prescription ou non d'antipaludiques. L'utilisation de TROD
du paludisme par les professionnels de santé permet de réduire la
prescription d'antipaludiques. Cependant, les TROD négatifs sont une aide
diagnostique performante dans les régions de faible endémie palustre,
pendant la saison sèche, chez les enfants fébriles (3).
La mise en place de contrôles de qualité et l'habilitation du personnel
utilisateur de ces TROD sont indispensables. Des procédures de bonnes
pratiques sont mis à disposition par les centres collaborateurs de l'OMS
ou par des organisations non gouvernementales comme Médecins Sans
Frontières (4).

TROD du choléra
Renaud Piarroux (AP-HM) rapporte la place des TROD du choléra dans le
suivi de l'épidémie en Haiti. Après l'explosion épidémique en octobre
2010, la stratégie actuelle consiste à contrôler les foyers de choléra,
entre les flambées épidémiques, en particulier durant la saison sèche.
Pour cela, des moyens financiers sans précédent ont été mis en place, près
de 2,4 milliards de dollars, pour éradiquer le choléra dans cette région.
Alors qu'en 2013, plus de trois quarts des TROD réalisés dans la région de
Gonaives, commune ayant déclaré le plus grand nombre de cas suspects,
étaient positifs, le taux de positivité des TROD a baissé au cours des
premiers mois de 2014, atteignant 29 % en mars-avril. Avec la régression
de l'épidémie de choléra en Haiti, la valeur prédictive positive des TROD,
c'est à dire leur capacité à identifier les personnes malades, a chuté.
Au total, les TROD présentent peu d'intérêt au cours de l'épidémie alors
que la prévalence de la maladie est élevée. En revanche, ils ont leur
place au début de l'épidémie, quand la définition clinique des cas est
insuffisante.

Les TROD de l'infection à VIH
L'actualité des TROD de l'infection à VIH en 2014 concerne la
commercialisation des auto-tests, utilisables par tous. Ces TROD
facilement utilisables par le plus grand nombre peuvent trouver leur
intérêt dans les pays à forte prévalence. Ainsi, le Kenya et l'Afrique du
Sud s'orientent vers la promotion de ce type de test. Des guides
d'auto-information, d'utilisation et d'interprétation
<http://www.autotestvih.info/> sont ainsi mis à la disposition du public.
Cependant, en l'absence de contrôle de qualité et de traçabilité, ces TROD
ne permettent pas de s'affranchir de tests de confirmation.

Développement de nouveaux TROD

Des résultats encourageants sont observés pour le diagnostic rapide de la
shigellose, responsable de 140 millions de cas et de 600.000 à un million
de décès par an, selon les estimations de l'OMS. Les premières évaluations
de ce TROD sur le terrain indiquent une sensibilité de 91,5 % à 100 % et
une spécificité de 95,3 % à 99,2 %, selon les espèces et le support
biologique testé (selles, écouvillons rectaux).

Un nouveau test de diagnostic rapide basé sur la recherche de l'antigène
capsulaire thermostable des méningocoques A,C,Y et W est en cours de
développement par l'Institut Pasteur et le Centre de Recherche Médicale et
Sanitaire (CERMES) à Niamey au Niger (centre affilié au Réseau
International des Instituts Pasteur) (5). Pratiqué initialement sur les
échantillons de LCR, ce TROD vise à terme à déterminer les sérogroupes
responsables des épidémies de méningites et à suivre en Afrique
subsaharienne l'efficacité des campagnes de vaccination de masse par le
vaccin conjugué anti-méningocoque A (MenAfriVac).

Le colloque a abordé de nouvelles perspectives telles que la place des
TROD pour le diagnostic de la mélioïdose, infection bactérienne tropicale
due à Burkholderia pseudomallei, endémique en Asie du Sud-Est et dans le
nord de l'Australie. La première méta-analyse des méthodes diagnostiques
rapides vient d'être publiée (6).
Conclusion

Les données les plus récentes indiquent que les critères d'utilisation des
TROD disponibles dans les pays à faibles ressources médicales sont
relativement bien définis pour les équipes ayant une grande expérience sur
le terrain, telles que les ONG à vocation sanitaire. Même si ces tests ne
permettent pas de s'affranchir des techniques de diagnostic
microbiologique conventionnelles, les enjeux actuels consistent à intégrer
leurs résultats dans un algorithme décisionnel propre à chaque situation.

Références
1. Colloque de la Société de pathologie exotique sur les tests de
diagnostic rapide 
<http://www.pathexo.fr/docfiles/tdr.prog.insc.140522.last.pdf>
2. OMS. Note d'information sur les critères de sélection recommandés pour
l'utilisation des tests de diagnostic rapide
<http://www.who.int/malaria/publications/atoz/rdt_selection_criteria_fr.pdf
>
3. Méta-analyse Cochrane sur l'utilisation des TROD paludisme et la
conduite à tenir en fonction des résultats et de la clinique
<http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=odaga+J%2C+Sinclair+D+2014>
4. Évaluation des contrôles de qualité vis à vis des TROD du paludisme
<http://www.finddiagnostics.org/programs/malaria-afs/malaria/rdt_quality_co
ntrol/>
5. Chanteau S. Évaluation sur le terrain des TROD méningites
<http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24627423>
6. Diagnostic rapide de la mélioïdose
<http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3961207/>
________________________________________
Référence : http://www.pathexo.fr/standard-1708-1.html



<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Tests de diagnostic rapide en infectiologie tropicale en 2014 : du principe à la pratique Médecine des voyages, Carinne Bruneton <=