e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Identification d'une molécule qui est un transporteur d'oxygène universel

Chers E Médiens,

Un de  mes ami le Dr Frank Zal vient de faire une découverte d'une
importance encore insoupçonnée, sur l'identification d'une molécule qui est
un transporteur d'oxygène universel et qui pourrait ainsi être transfusée à
tous les groupes sanguins humains.  Cette découverte est  pour l'humanité et
notamment les pays ou il serait possible de lyophiliser ce produit sans
craindre les problématiques liées à la traçabilité  et son innocuité. Les
pays du continent africain, devraient être le premier à trouver cette
découverte  intéressante à plus d'un titre  notamment en raison de la
raréfaction des donneurs et de la conservation des produits sanguins labiles
et hémoglobines.

Mais qu'en sera-il devant une organisation mondiale sur le don du sang qui
devient une institution  comme d'ailleurs toutes les institutions qui
traitent des problématiques de chronicité  telles que la lutte contre le VIH
SIDA.

J'aimerai entendre dans notre forum des avis venant d'acteurs de  ces
secteurs, des interrogations certes mais aussi des réactions, cela pourrait
démontrer que l'on est capable de se projeter dans  l'avenir et de sortir
des sentiers battus  même si cela risque de faire perdre à terme une
filière.

 Ma question est la suivantes :  la réflexion économique va -il l'emporter
sur la réflexion liées à de l'innovation positive?
 
José Manuel BOUDEY

**************

Santé
http://lci.tf1.fr/science/sante/avenir-et-medecine-les-pouvoirs-therapeutiqu
es-miraculeux-8424591.html

La découverte récente d'un chercheur breton sur ce ver marin aux tortillons
de sable anodins pourrait venir en aide à la médecine sur bien des points.      

Le ver marin, ce petit être rampant au départ simple appât des pêcheurs,
recèlerait des pouvoirs inouïs. Son taux d'oxygène est cinq fois supérieur à
l'hémoglobine des êtres humains, sans pour autant faire de distinction entre
les différents groupes sanguins. On parle d'hémoglobine extracellulaire. 

Franck Zal, le docteur à l'origine de la découverte, a confié à l'AFP :
"J'ai identifié une molécule qui est un transporteur d'oxygène universel et
qui pourrait ainsi être transfusée à tous les groupes sanguins humains".
Pour autant, sa découverte ne date pas d'hier. En 2002 déjà, cet ancien
chercheur au CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) avait
découvert le pouvoir de ce ver et cherchait à comprendre comment cet
'"arenicola marina" parvenait à survivre aux marées. C'est pourquoi ce
biologiste marin de 47 ans créa la société bretonne Hermania dans le
Finistère, un département à la pointe des technologies biomarines.

Transfusions sanguines et cicatrisation révolutionnées

Les conditions de greffes d'organes se verraient améliorées grâce à un
apport en O2 supplémentaire."L'hémoglobine de ce ver permet d'oxygéner le
greffon et donc de réduire considérablement les risques de rejet de greffe",
affirme le Docteur Zal. Un atout qui permettrait aussi de servir à la
conservation des organes : "C'est la première fois depuis très longtemps
qu'on a peut-être une possibilité d'améliorer la conservation et la
préservation des greffons", ajoute le Professeur Yannick Le Meur, chef du
service néphrologie d'un hôpital à Brest. 


A partir de là, des pansements thérapeutiques, grâce à un apport ciblé
d'oxygène, peuvent être imaginés. "L'utilité de ce pansement est grande pour
la médecine car il y a, rien qu'en France, plus de 350.000 plaies chroniques
par an en attente d'un traitement réellement efficace", explique le Dr Zal. 

Sang universel

Autre possibilité avantageuse, cette molécule permettrait de mettre au point
des substituts de sang humain, comme du sang en poudre. Le docteur Zal
imagine pouvoir envoyer des doses d'hémoglobines en poudre reconditionnées
et injectées sur des militaires blessés de la Navy. "Avec notre substitut
sanguin, on pourrait pallier ce manque avec un produit lyophilisé et pouvant
être transfusé sans problème de typage sanguin", assure-t-il (voir la vidéo
ci-dessous).

D'ici la fin de l'année, des essais cliniques devraient être effectués dans
six centres hospitaliers. L'Île de Noirmoutier, en Vendée, devrait
accueillir prochainement un centre de production industrielle de vers.

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>