e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Sida : ces patients qui contrôlent leur infection - Le Point

http://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/sida-ces-patients-qui-controlent-leur-infection-15-03-2013-1640391_57.php

Sida : ces patients qui contr�lent leur infection

Le Point.fr - Publi� le 15/03/2013 � 12:05

L'�tude des - rares - malades en r�mission sans traitement pourrait d�boucher 
sur la mise au point d'un moyen d'�radiquer le sida.

 
Recherche de strat�gies visant � �radiquer l'infection ou tout au moins � 
induire un contr�le stable et durable sans traitement. � AVENTURIER PATRICK / 
SIPA
� la une du Point.fr

Ils sont quatorze et de multiples chercheurs s'int�ressent � eux. Car 
l'organisme de ces personnes contamin�es par le virus du sida est toujours 
capable de contr�ler le VIH plus de sept ann�es apr�s l'arr�t de leur 
traitement antir�troviral. Apr�s la description, d�but mars, du cas d'un b�b� 
en �tat de "r�mission fonctionnelle", la cohorte ANRS EP 47 Visconti (qui 
regroupe ces patients pas comme les autres) confirme le r�le d�terminant d'une 
intervention th�rapeutique pr�coce. Ces r�sultats, publi�s hier dans PloS 
Pathogens, pourraient avoir d'importantes implications dans la recherche de 
strat�gies visant � �radiquer l'infection, ou tout au moins � induire un 
contr�le stable et durable sans traitement.

Tr�s t�t apr�s l'infection d'un individu, le virus du sida a la capacit� de se 
cacher sous forme latente dans certaines cellules immunitaires dont la dur�e de 
vie est tr�s longue. C'est ainsi que le VIH peut persister dans l'organisme, 
m�me apr�s des ann�es de traitement. Ces "r�servoirs" expliquent la remont�e 
tr�s rapide du nombre de virus dans le sang (la vir�mie) d�s que la prise 
d'antir�troviraux est interrompue chez la majorit� des patients. Il existe 
n�anmoins quelques exceptions qui passionnent les chercheurs.

Diminution du nombre de cellules infect�es

La nouvelle �tude fran�aise rapporte justement de tels cas observ�s en France 
par les docteurs Laurent Hocqueloux et Thierry Prazuck, � l'h�pital Orl�ans-La 
Source, ainsi que dans la cohorte ANRS CO 06 Primo (qui suit sur le long terme 
des patients nouvellement infect�s). En 2009, l'Agence nationale de recherche 
sur le sida (ANRS) a d�cid� de constituer et de financer une �quipe 
multidisciplinaire de chercheurs et d'�tablir une cohorte de patients 
"contr�leurs apr�s traitement" pour mieux comprendre leurs caract�ristiques et 
d�finir les m�canismes en jeu.

Les quatorze patients de la cohorte ANRS EP 47 Visconti ont �t� diagnostiqu�s 
au cours de leur primo-infection (dans les 10 semaines apr�s l'infection) et 
ils ont imm�diatement b�n�fici� d'une th�rapie antir�trovirale pendant une 
dur�e moyenne de trois ans avant d'arr�ter toute prise d'antir�troviraux. 
L'�tude de ces personnes est coordonn�e par le professeur Christine Rouzioux 
(h�pital Necker et universit� Paris-Descartes), membre de l'�quipe ayant 
identifi� le VIH en 1983, et le docteur Asier S�ez-Ciri�n (Institut Pasteur), 
chercheur dans le laboratoire du professeur Fran�oise Barr�-Sinoussi.

Leurs travaux montrent une diminution du nombre de cellules infect�es circulant 
dans le sang des "contr�leurs apr�s traitement", au cours des quatre derni�res 
ann�es, malgr� l'absence de m�dicaments. Cela confirme le nouveau concept de 
"r�mission fonctionnelle" d�j� �voqu�. "Le traitement pr�coce a probablement 
limit� l'extension des r�servoirs viraux et a pr�serv� les r�ponses 
immunitaires. Cette combinaison a certainement pu favoriser le contr�le de 
l'infection apr�s l'arr�t du traitement", explique le professeur Rouzioux dans 
un communiqu�.

Les r�sultats de l'�tude ANRS EP 47 Visconti et ceux r�cemment observ�s chez un 
b�b� plaident donc en faveur d'une initiation pr�coce du traitement 
antir�troviral. Et ils pourraient avoir des retomb�es majeures en termes de 
recherche. "Les travaux actuels visent � comprendre pourquoi et comment 
quelques patients trait�s en primo-infection arrivent � contr�ler durablement 
leur infection, sans m�dicaments", conclut le professeur Jean-Fran�ois 
Delfraissy, directeur de l'ANRS. D'ailleurs, une cohorte europ�enne de patients 
"contr�leurs apr�s traitement", coordonn�e par l'ANRS, sera r�unie dans les 
prochains mois.


Envoy� par
Simon KABORE
R�seau Acc�s aux M�dicaments Essentiels (RAME)
<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Sida : ces patients qui contrôlent leur infection - Le Point, Simon Kabore <=