e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] (6)Vih/Sida : Pénurie d¹antirétroviraux au Cameroun

Bonjour,
On parle de rupture de stock lorsqu'il n'y a pas de
produit pour prendre en charge les Patients.
Pour un programme de lutte contre le Sida, tous les
PVVIH ne sont pas sous traitement. Parce qu'il y a des critères pour la mise
sous traitement. Connaissant le nombre de PVVIH,

1-  Le 1er critère
est le « besoin de traitement « : c’est la somme des PVVIH ayant
besoin d’être mis sous traitement ARV. Le principal critère actuellement
pour beaucoup de pays africains c'est les taux de CD4 : les PVVIH sont mis sous
traitement lorsque le nombre de CD4/ml est inférieur ou égal à 350. (Bien sûr
il y a d'autres critères comme le stade de la maladie 3 ou 4 de l'OMS; la
co-infection Tuberculose par exemple)  

2-  Le deuxième critère est l’objectif
du programme défini selon les capacités du pays (l’Etat et les Partenaires).
Cet objectif appelé aussi taux de couverture n’est malheureusement pas 100% des 
besoins de traitement :
en moyenne pour l’Afrique sub-sahélienne ce taux est de 37% mais il y des pays
dont ce taux dépasse 50%. Ce deuxième critère est appliqué donc sur le 1er 
critère et le résultat donne le nombre de patients réellement à mettre  sous 
traitement.

3-  Ensuite la répartition selon les protocoles en fonction des lignes de 
traitement.
 
En fonction de tout ce qui précède on exprime les besoins en médicaments et on 
établit un plan d'approvisionnement généralement pour un an. Les ruptures 
surviennent lorsque :
-    Le financement total n’a pas suffi pour couvrir les besoins estimés en 
médicaments
-    Le nombre de patients mis sous traitement dépasse le taux de couvesture
-    Une gestion non efficiente des médicaments a conduit à des pertes et 
péremptions
importantes
-    Une distribution non adéquate peut conduire à des ruptures dans un centre 
alors que
les mêmes produits sont en surstock et périment dans d’autres centres. A
remarquer que des situations indépendantes du niveau de gestion peuvent y
conduire (rupture de financement, aléas climatiques comme inondation, routes
impraticables … )
-    …
Lorsque le déplacement des populations perturbe les planifications, le 
programme doit
suivre les consommations mois par mois et site par site pour mener des actions
proactives : déplacer les produits d’un site en sous-consommation vers un
site en surconsommation par exemple. 

Les déplacements de populations dans un même pays vont perturber surtout le 
plan de distribution mais pas vraiment la quantification nationale. Sauf que 
les déplacements peuvent conduire à l'augmentation de l'inobservance des 
traitement avec toutes les conséquences dont le changement de protocole suite 
aux échecs thérapeutiques et développement de résistance.
Cordialement !!!

----------------------------------
Dr Brice Agbepeavi K. ASSIMADZI
Pharmacien  PNLS
e-mail: agbepeavi@yahoo.fr
" Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu "
----------------------------------
<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>