e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Burkina Faso: Recherche du vaccin contre le paludisme à Nanoro - Gnissa Isaïe Konaté encourage les chercheurs

http://fr.allafrica.com/stories/201207190945.html

Burkina Faso: Recherche du vaccin contre le paludisme � Nanoro - Gnissa Isa�e 
Konat� encourage les chercheurs

Le ministre de la Recherche scientifique et de l'Innovation, Gnissa Isa�e 
Konat�, est all� s'impr�gner des activit�s des chercheurs burkinab� sur le 
candidat vaccin contre le paludisme, le 17 juillet 2012 � Nanoro, localit� 
situ�e � environ 80 km de Ouagadougou.

Le premier abrite le second : le Centre m�dical avec antenne chirurgicale (CMA) 
de Nanoro et l'Unit� de recherche clinique de Nanoro (URCN) connue par son 
�tude sur le vaccin contre le paludisme, RTS,S. C'est ce site � la fois de soin 
et de recherche qui a re�u le ministre de la Recherche scientifique et de 
l'Innovation, Gnissa Isa�e Konat�. L'h�te du jour, a commenc� sa visite par 
l'URCN.

Au laboratoire, il a pu voir de visu l'�quipement et le travail qui y est 
effectu� selon des normes et des proc�dures internationales. Ensuite, il s'est 
rendu � la p�diatrie, � la radiologie, � la maternit� du CMA, etc. Le point de 
l'essai vaccinal �t� fait par le chef de l'URCN, Dr Halidou Tinto. Il ressort 
que la recherche phare du centre inaugur� en 2009, est celle du vaccin contre 
le paludisme d�nomm� RTS,S. Et l'exp�rimentation se fait sur plus de 1200 
enfants.

Ces derniers ont re�u trois doses du candidat vaccin RTS,S. Ils doivent �tre 
suivis pendant trois ans. Les r�sultats de la premi�re ann�e, plus de 50 % du 
taux d'efficacit� ont �t� d�j� pr�sent�s � la presse et aux scientifiques. En 
langage simple le RTS,S pourrait � l'�tat actuel, r�duire de moiti� le nombre 
de cas de paludisme chez les enfants.

� Un vaccin est int�ressant lorsqu'il vous prot�ge dans la dur�e. Ces enfants 
sont en cours de suivi et ce suivi va jusqu'en 2013, horizon au bout duquel 
nous pourront dire si ce vaccin est efficace ; jusqu'� quel degr� et pendant 
combien de temps �, a pr�cis� Dr Tinto. Vu les r�sultats atteints d�s la 
premi�re ann�e de suivi, le ministre Gnissa Isa�e Konat�, dit n'avoir pas de 
doute que ce candidat vaccin r�ussira son examen au profit de la population.

Une recherche pour le d�veloppement

Le ministre en charge de la Recherche a �t� �merveill� par le travail effectu� 
sur ce site. � J'ai �t� impressionn�, j'ai trouv� l� des chercheurs, des 
ing�nieurs de recherche, des techniciens, d'agents d'enqu�te tr�s d�vou�s qui 
font un travail extraordinaire sur le paludisme mais �galement sur d'autres 
maladies. J'ai �galement trouv� des laboratoires de pointe qui permettent de 
collecter des informations pointues sur le paludisme �, a d�clar� le ministre 
Konat�.

Pour lui, toutes ces informations sont importantes d'une part pour le 
d�veloppement des vaccins et d'autre part pour l'�laboration des politiques 
nationales en mati�re de sant�. Il a salu� l'int�gration parfaite entre les 
activit�s de recherches de l'URCN et celles du CMA g�r� par l'ordre religieux 
des Camilliens. � Merci au CMA et f�licitation � l'�quipe du Dr Tinto Halidou 
�, a-t-il manifest� en guise de reconnaissance.

Selon lui, l'URCN est un exemple qui s'inscrit dans la nouvelle orientation du 
d�partement de la Recherche. Cela a �t� confirm� par responsable du CMA, le 
Fr�re Dieudonn� Sorgho en ces termes : � La recherche initi�e dans cette 
structure sanitaire nous permet de mieux prendre en charge nos malades en 
fonction de nouvelles connaissances en mati�re de sant�. Il y a un syst�me 
d'int�gration parfait entre le personnel �.

M. Konat� a souhait� que cette int�gration se retrouve aussi dans les autres 
domaines de la recherche autre que la sant�. Car les recherches ont pour 
finalit� de r�soudre les probl�mes quotidiens des populations que ce soit des 
probl�mes de sant�, de production animale, v�g�tale, etc. Il a �galement salu� 
la comp�tence de l'�quipe scientifique qui a pu avoir des financements pour ce 
gigantesque projet de recherche. Car, comme il l'a dit, � on ne vous finance 
pas pour vos beaux yeux �. Le financement de l'URCN �tant � 90% de l'ext�rieur, 
le responsable de l'URCN attend beaucoup des autorit�s.

Il pense que pour mener des programmes de recherche de souverainet� comme sur 
les plantes m�dicinales, il faut compter sur des financements nationaux. Il 
esp�re qu'un jour le minist�re de la Recherche pourra assurer 50% de 
financement de sa structure.

Outre la recherche sur le RTS,S, l'URCN oriente entre autre ses �tudes vers la 
g�n�tique humaine. Il s'agit de comprendre quels sont les facteurs g�n�tiques 
li�s aux maladies cardiovasculaires. � Nous voulons investiguer pour savoir 
pourquoi il y a des maladies cardiovasculaires dans notre contexte o� il n'y 
pas d'ob�sit� �, a indiqu� le Dr Tinto.

Quelques dol�ances ont �t� pr�sent�es au ministre. Il s'agit du manque d'une 
administration locale pour soutenir les activit�s. Le centre d�pend de 
l'Institut de recherche en science de la sant� (IRSS) bas� � Bobo Dioulasso. A 
cela s'ajoute le manque d'espace pour accueillir le personnel de terrain, le 
besoin urgent d'un local pour h�berger la section de gestion des donn�es et la 
non prise en charge des factures d'�lectricit� et d'eau par l'IRSS.

En tous les cas les ambitions de l'URCN est d'�tre un des meilleurs p�les en 
mati�re de recherche et de formation en Afrique en contribuant � formuler les 
strat�gies et programmes de sant� publique.



Envoy� de mon iPad
Simon KABORE
R�seau Acc�s aux M�dicaments Essentiels (RAME)
<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Burkina Faso: Recherche du vaccin contre le paludisme à Nanoro - Gnissa Isaïe Konaté encourage les chercheurs, Simon Kabore <=