e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Politique Pharmaceutique Nationale au Maroc

Politique Pharmaceutique Nationale: les officinaux au pied du mur?
www.google.com/url?sa=X&q=http://pharmacies.ma/pharmacie/index.php%3Ffile%3DNews%26op%3Dindex_comment%26news_id%3D3182&ct=ga&cad=CAcQAhgAIAEoATAAOABAkuCQgAVIAVgAYgJmcg&cd=BOghwl2X-LY&usg=AFQjCNGd9nDB7bXbcWgXMfMTNk9nFBVCsA

Le Pr. El Houssaine Louardi, ministre de la santé, a signé le 9 juillet
2012, la décision n°111 portant création d?une Commission Consultative du
Médicament et des Produits de Santé (CCMPS). Celle-ci sera composée de
représentants de plusieurs départements ministériels, d?établissements
publics, d?instances ordinales, de la société civile, des syndicats
professionnels et d?associations intervenant dans le secteur du
médicament(1).

La CCMPS constituera en son sein des groupes de travail qui seront chargés
de trois thèmes: Accessibilité, Qualité et Usage rationnel des médicaments
et des produits de santé. Elle se réunira au moins une fois par mois dans
le but d?établir des recommandations nécessaires à l?élaboration de la PPN
qui sera présentée par le ministre de la santé avant la fin de l?année en
cours.

La clef de voûte de cette PPN résiderait, selon le Pr. Louardi et ses
collaborateurs, dans l?amélioration de l?accès aux soins, notamment
l?accès aux médicaments. Ce dernier, est à son tour, tributaire d?une
amélioration du pouvoir d?achat des citoyens, de l?élargissement de la
couverture médicale et de la baisse des  prix des spécialités
pharmaceutiques.

Seulement, la rémunération du pharmacien d?officine au Maroc est
exclusivement liée au prix du médicament, ce qui veut dire que toute
baisse de ce prix, sans autres compensations, plongera le pharmacien
d?officine, déjà en grandes difficultés, dans une véritable crise.
L?augmentation vertigineuse du nombre de pharmaciens, l?effritement de
leur monopole et le non respect du circuit légal de distribution des
médicaments sont autant de facteurs ayant déjà fragilisé la viabilité
économique d?un grand nombre de pharmacies. Ainsi, la conséquence directe
de la baisse du chiffre d'affaires (CA) réalisé par les pharmaciens, aussi
minime soit-elle, provoquera de grandes difficultés économiques chez les
pharmacies à l?équilibre précaire et la faillite des pharmaciens qui sont
déjà en difficultés.

Aujourd?hui, les pharmaciens attendent de leur ministre de tutelle de
prévoir la mise en place de mécanismes permettant de compenser toute
éventuelle baisse de leur CA.

Pour finir, les représentants des pharmaciens d?officine auront une fois
de plus, à choisir entre deux options: la première serait d?adopter, comme
par le passé pour  « la politique de rupture ». Celle-ci devrait être
approuvée, entre autre, par un Conseil Fédéral spécialement convoqué à cet
effet. Cette option nécessite une mobilisation des syndicats de
pharmaciens et de leurs adhérents et fait prendre à ces derniers le risque
de voir la PPN se faire en leur absence, voire à leurs dépens.

Quant à la seconde option, elle consisterait à relever le défi de
participer activement aux travaux de la CCMPS. Dans ce cas de figure, et
pour qu?une minorité n?aie pas à assumer, à elle seule, des choix qui
peuvent s?avérer désastreux par la suite, une ou plusieurs réunions
s?imposeraient entre les présidents des différentes instances
professionnels en présence des personnalités ressource de la profession.

Une fois les revendications des professionnels sont clairement définies,
les deux présidents devraient mettre les bouchées doubles en se fixant
comme objectif minimal d?empêcher que le pharmacien ne soit le seul
sacrifié sur l?autel de l?amélioration de l?accès aux soins, car il en va
de l?avenir des 12000 pharmaciens d?officine que compte notre pays.
Lire la pharmanews n°144

Abderrahim Derraji - 16 juillet 2012

Source: Pharmanews



<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>