e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] (2)Politiques Pharmaceutiques en Afrique: les approches de l'OMS et de la Banque Mondiale

Bonjour à tous,

Merci à Carinne pour le rapport très interessant.
A mon avis l'OMS comme la Banque Mondiale doivent travailler au cas par cas :

1. cas des pays en situation de crise,
2. cas des pays en sorties de crise,
3. cas des pays en developpement.

Au Burkina Faso comme dans près que tous les pays de l'UEMOA, il y a un besoin 
de supprimer les recouvrements des couts( "out of pocket"). Maintenant, la 
Banque Mondiale doit appuyer les Etats a avoir des systèmes decentralisés assez 
bien organisés pour mieux mettre en oeuvre les nouvelles politiques de l'OMS 
sur l'accessibilité financière aux medicaments essentiels.

Voilà maintenant plus d'un quart de siècle que la politique des médicaments 
essentiels est un succès mais c'est depuis la devaluation du FCFA que les "out 
of pocket" empiettent le developpement des ménages et renforcent 
l'appauvrissement suplementaire et la misère des familles en cas de maladie.

Que faut-il faire ?

A la recherche des réponses à cette question, on constate que la Banque 
Mondiale doit appuyer aussi les centres hospitaliers publiques. Il faut pour 
ces cas de pays qui sont dans les critères du Burkina Faso que :

- Au niveau de l'OMS : Poursuivre la politique des médicaments essentiels mais 
ajouter une vraie politique pour l'accessibilité financière à ces medicaments 
essentiels,
- Au niveau de la Banque Mondiale : Soutenir les Etats à construire un système 
de decentralisation performant en formant les conseillers municipaux sur 
l'organisation des systèmes de prépaiement des médicaments essentiels. Alors, 
la création de caisse municipales de financement des médicaments des 
médicaments essentiels devient une priorité pour la banque mondiale.
-Au niveau toujours de la banque mondiale : Definir une politique d'apppui aux 
centres hospitaliers dans le cadre de la politique d'accessibilité financière 
aux medicaments essentiels non générique des pays. On sait comment les centres 
hsoptailiers sont abandonnés et donc les médicaments essentiels non génériques 
hospitaliers sont pratiquement non accessible aux ménages. 

A mon avis, si ces trois points sont pris en compte, les deux institutions 
auront entammé une nouvelle dynamique de la lutte contre la pauvreté dans les 
pays comme le Burkina Faso et de l'UEMOA.


Maintenant la gratuité est inévitable dans les pays en crise ou en poste crise 
jusqu'à ce qu'ils entamment un processus de developpement. Il y a tellement 
d'ONG qui sont spécialisés dans le domaine que la Banque Mondiale et l'OMS 
n'auront qu'à faire des appuis technqiues peut-etre. Bien sure qu'il faut aider 
à construire la politique pharmaceutique. 

C'est mon avis !

Merci !

Dr Hamado SAOUADOGO
Pharm.D, M.P.H.
Health Systems Management/International health
Strategy for Emerging and Infectious diseases
Skype : hamado.saouadogo
http://www.cooperation.net/donald
<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] (2)Politiques Pharmaceutiques en Afrique: les approches de l'OMS et de la Banque Mondiale, SAOUADOGO Hamado Christian D. <=