e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Ordre des pharmaciens du Cameroun, nouvelle présidente, nouveau programme

[nous lui souhaitons une bonne réussite dans l'atteinte de ses objectifs.CB]

Dr Thérèse Abong Bwemba : La dame qui veut rassembler les pharmaciens 
Première femme élue présidente de l?Ordre national des pharmaciens, elle
place son mandat sous le signe de l?apaisement. 
http://www.quotidienmutations.info/symbiose.php?subaction=showfull&id=130509
8136&archive=&start_from=&ucat=35&
11 May 2011

«Ce que femme veut, Dieu le veut», dit le dicton. Le docteur Thérèse Abong
Bwemba a voulu être à la tête de l?Ordre national des pharmaciens du
Cameroun, ses pairs l?ont élue au poste de présidente du Conseil national,
au cours de l?assemblée générale élective tenue vendredi 6 mai dernier à
Yaoundé. Une première pour une femme depuis l?existence de cette
corporation. «Je voulais être en position de décideur, c?est dans ce sens là
que je me suis plus engagée», déclare celle qui présidera aux destinées de
cette organisation professionnelle pour les trois prochaines années. 
Secrétaire générale pendant trois ans dans le bureau sortant, le Dr Abong
Bwemba voulait davantage s?investir au sein de l?Ordre, en étant cette-fois
le leader. Pari réussi.

Et même si certains trouvent son plan d?action «trop ambitieux», elle leur
répond, souriante et polie : «Je n?ai pas le droit de ne pas essayer». Mais,
cette professionnelle de la santé voudrait faire plus qu?essayer, avec
l?aide de son bureau et de tous les membres. Car, même si elle inscrit son
mandat dans la continuité, elle voudrait être celle qui rassemble la grande
famille des pharmaciens. 
Une famille minée depuis plusieurs années par des dissensions et internes
qui ont entraîné la démobilisation de certains membres, poussant d?autres à
claquer la porte. En sus de lutter pour un retour à l?éthique, ou encore
l?institutionnalisation de la profession continue, l?une de ses priorités
sera donc d?acquérir un espace pour la construction de la maison de la
pharmacie, un projet «qui va sans doute unir les pharmaciens»,
espère-t-elle. Des défis qui l?attendent, elle compte également les relever,
à l?instar du combat contre la vente frauduleuse des médicaments. 

L?union faisant la force, «nous avons besoin du soutien de tout le monde à
ce niveau là. Il est nécessaire que nous nous approchions des pharmaciens
pour leur signifier que nous sommes là pour eux, pour les aider à résoudre
toutes les difficultés auxquelles ils sont confrontés». Et, que
compte-t-elle faire pour y parvenir ? «Je pense que la communication est le
moyen le plus efficace. Le manque de communication limite souvent certaines
de nos actions. Cette fois ci, ça sera notre cheval de bataille», dit-elle.
De même, l?assemblée générale étant le lieu où se prennent «toutes les
grandes décisions», il faudra également compter sur son soutien. 

A croire que les cieux sont favorables à ses desseins, car, pour une fois
depuis longtemps, une Ag élective des pharmaciens s?est déroulée dans le
calme. De bon augure pour la nouvelle présidente et son équipe qui comptent
se donner à fond pour redorer le blason de leur corporation. Une implication
qui va forcément avoir un impact sur la gestion de sa pharmacie (Pharmacie
bleue à Ngousso) qu?elle a ouverte en 1994. «J?ai la chance d?avoir une
associée depuis déjà 8 ans. C?est d?ailleurs parce que j?ai une associée qui
va continuer la gestion de l?entreprise que je me suis portée candidate pour
la présidence de l?Ordre», indique-t-elle. 

Le Dr Abong Bwemba se souvient qu?enfant, elle rêvait de devenir médecin,
animée par un besoin de soigner les autres. «Comme au secondaire, j?étais
plus forte en chimie, les conseillers d?orientation et mes parents m?ont
orientée vers la pharmacie. Une fois à l?école de formation, précisément en
4e année, j?ai choisi l?option biologie parce que ça se rapprochait plus de
l?analyse médicale, ce que j?aimais faire», se remémore-t-elle. 
Née le 3 juillet 1959 à Bordeaux en France, c?est en 1966, alors qu?elle n?a
que 7 ans, que le Dr Abong Bwemba découvre le Cameroun. Après des études
primaires et secondaires sanctionnées notamment par un bac D, cette ancienne
élève du Lycée général Leclerc retourne en France pour suivre des études
supérieures. A la fin de ses études de pharmacie à l?Université d?Amiens en
1984, elle revient en 1985 au Cameroun au Centre Pasteur où elle est
responsable des Maladie sexuellement transmissibles (Mst). Elle travaille
également avec le ministère de la Santé publique dans la lutte contre le
sida. Elle donne aussi des cours à l?université comme enseignante vacataire.
Titulaire d?un doctorat de 3e cycle en bactériologie obtenue à Paris, c?est
finalement au Cameroun qu?elle a décidé de déposer définitivement ses
valises. 

Patricia Ngo Ngouem 



<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>