e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] (4)Le Champix, médicament de sevrage tabagique, accusé de provoquer des états suicidaires

Un auto bilan, tout le monde connait et tremble devant le verdict qui tombe 
lors d’une contre vérification de son véhicule sous peine d’amende des 
gendarmes de la route.
L’auto bilan  effectue un check-up normalisé d’un certain nombre de points 
essentiels à la sécurité du véhicule, il ne contrôle pas le moteur en l’état 
qui peut tomber en panne à la sortie du garage et dont l’heureux propriétaire 
est pourtant  en possession d’un blanc  seing  de roulage sans sanctions.
Sur ce principe calqué d’un principe de précaution, il est claire que ce qui 
compte dans l’esprit du législateur et des  industriels de l’automobile et des 
pouvoirs publics c’est avant tout d’éviter que ne circule des véhicules 
poubelles qui sont à la fois  des dangers ambulants  pour les conducteurs, mais 
également pour l’ensemble de la communauté des  conducteurs à  4 roues et à 2 
roues.

Le principe est  simple et de bon sens, ce qui importe c’est  le tri de 
l’information pertinente et leur recoupement  à travers un  outil d’évaluation 
et de suivi  de type « Tableau de Bord Unifié », (TBU)  dont l’accès est 
régulièrement diffusé sur le canal médiatique spécialisé et sur la chaîne 
web.2. 0  de formation continue. Ce tableau de bord est incrémenté ( 
grille/scoring) par les professionnels de santé, de la sécurité sociale, les 
pharmaciens, les biologistes et par les réseaux de surveillance épidémiologique 
(milieu hospitalier, Agence des produits de santé  et autre réseau sentinelle) 
d’une part, et d’autre part par les associations de patients.
Et enfin par les industriels eux même  travers leur propre  circuit de remontée 
de l’information  pharmaco épidémiologique. 
Une instance dédiée de suivi et d’évaluation est mis en place et qui traitera 
d’une surveillance des molécules (SurvMolCir) en  circulation.
Le tableau de bord sera composé de manière à obtenir une vision instantanée du 
cycle de vie de la molécule  selon des critères simples :
-       Aspects cliniques
-       Aspects épidémiologiques
-       Aspects des effets indésirables 
-       Cellule  intégrée d’une veille mondiale de suivi des effets indésirable 
lors de mésusage ou de dispensation d’une molécule au-delà de la période 
précisée dans les notices des fabricants.
-       Autres informations pertinentes
-       Bénéfice/ risque  constaté
-       (..)
Ce tableau de bord consisterait en un seul et même tableau  qui consolidera ces 
informations  selon des codes couleurs et un histogramme 
Une méthode  par "Scoring"  d’alerte indiquera  en temps réel un 
dysfonctionnement  qui déclenchera  une « Cellule d’Intervention et 
d’Investigation »,(CInterInVs).
La résolution du problème ne mettra pas la molécule à l’écart mais la molécule 
bénéficiera d’une « note dégradée par étoile »  tant que le problème constaté 
n’est pas  compris et résolu. 
 La cellule d’intervention et d’investigation disposera d’un lap de temps non 
inférieur à 6 mois, tandis  que les cliniciens décideront ou non de modifier le 
traitement ou de proposer une surveillance plus poussée de sa patientelle (cela 
s’appelle de la prévention pro active)
Au niveau du producteur pharmaceutique l’impact  sera forcément réel puisqu’il 
devra s’impliquer  et  constater qu’une note dégradée impliquera des pénalités 
sur le marché.
 Lorsque le Bureau Enquête Accident (BEA)  investigue sur un crash  d’un 
constructeur lambda, la marque n’est  pas interdite de vol en revanche, tant 
que le doute plane, il faut démontrer les mécanismes  de survenance du sinistre 
afin d’éviter de refaire les mêmes erreurs pour le bien du patients, (voyageurs)
Le tableau de bord  est donc la boîte noire (ou   Boite Blanche) de la molécule 
et par conséquent de son analyse, dépend la survie du transport, la survie  du 
princeps et de son  principe actifs.

José BOUDEY
askboudey@libertysurf.fr
<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>