e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] L'heure a sonné pour les médicaments à destination des pays en développement

[remerciements à CR pour la traduction de ce 2ème article.CB]

L'heure a sonné pour les médicaments à destination des pays en développement
Par Sarah Boseley mardi 20 Janvier 2011, 15.06 GMT guardian.co.uk
 
http://www.guardian.co.uk/society/sarah-boseley-global-health/2011/jan/19/pharmaceuticals-industry-infectiousdiseases

Le bureau du premier ministre indien serait sur le point de signer un accord 
commercial avec l'UE, et les supporters des médicaments craignent qu'il 
n'arrête la circulation des produits pas chers vers les pays les plus pauvres 
du monde.Il règne une grande anxiété parmi ceux qui craignent pour les chances 
d'accès aux médicaments des populations des pays pauvres. 

L'Inde, que l'on surnomme la pharmacie du monde, semble sur le point designer 
un accord avec l'UE qui empêcherait les fabricants de génériques de produire 
des versions bon marché de produits chers. Regardez n'importe quelle pharmacie 
en Afrique sub-sahélienne, et vous verrez qu'il s'agit de ces médicaments. 
L'impact de cette décision selon les activistes pourrait être terrible. 

Les  négociations, et les tensions autour d'elles, durent depuis très 
longtemps. J'ai écrit à ce sujet en octobre dernier, mais il semble qu'on 
arrive au bout des démarches. 

On dit que le bureau du premier ministre est impliqué et que la décision est 
imminente. 

Il y a quelques années, les disputes sur l'accès aux médicaments portaient 
toutes sur les brevets, les 20 ans d'exclusivité accordés aux labos pour 
récupérer les coûts de R&D. Un accord de l'OMC sur la propriété intellectuelle 
demandait à tous les pays de respecter les brevets, mais les activistes avaient 
obtenu une exemption en faveur des génériqueurs qui pouvaient faire des copies 
bon marché pour les pays pauvres.

La grosse industrie avait perdu, mais n'était pas morte. Pour les gros labos, 
qui font de la recherche, les génériques sont une menace pour leurs profits. Il 
est évident qu'ils sont derrières les clauses de l'accord avec l'UE, qui 
pourrait conduire à arrêter la circulation de copies bon marché dans les pays 
en développement. L'accord par le "d'exclusivité des informations" sur les 
médicaments, pour une période allant de 5 à 10 ans. Ceci arrêtera les 
génériqueurs dans leur élan.

Pour l'instant, ils peuvent copier un médicament et tout ce qu'ils ont à faire 
est d'en démontrer la biodisponibilité, sans établir de nouvelles études.L eurs 
médicaments euvent être agréés sur la base des études faites par les 
innovateurs. L'exclusivité des informations arrêterait cette procédure. A moins 
que les génériqueurs ne conduisent leurs propres études, ils ne pourraient plus 
commercialiser de génériques.

Un retard de 5 à 10 ans a-t-il de l'importance? Pour Oxfam et Médecins Sans 
Frontières, c'est une question de vie ou de mort
L'exemple le pus évident est les ARV. Le virus mute facilement et rapidement. 
Dans les pays riches, a résistance a conduit d'un produit nouveau à un autre, 
et comme la résistance évoluait, de nouveaux produits sont apparus.

Les malades ne pourront pas se permettre d'attendre pendant 10 ans l'expiration 
del'exclusivité. A Oxfam, Rohit Malpani signale une étude qu'ils ont faite sur 
l'introduction de l'exclusivité des informations en Jordanie, qui a conduit à 
une augmentation des prix et des délais d'introduction des génériques.

On peutvoir cette étude en cliquant
http://www.oxfam.org.uk/resources/policy/health/bp102_trips.html

L'Inde a résisté pendant un certain temps aux pressions des labos et de l'UE, 
mais des rapports locaux laissent entendre que le bureau du premier ministre 
pourrait accepter l'accord qui ouvrirait la voie à des échanges plus larges.

Michelle Childs, de MSF, a déclaré que la législation indienne a servi la cause 
de la santé au niveau mondial jusqu'à maintenant. Récemment, la justice 
indienne a refusé le brevet du Kaletra d'Abbott, un produit vital contre le 
SIDA en Afrique, permettant de le copier (voir : 
http://www.guardian.co.uk/society/sarah-boseley-global-health/2011/jan/04/aids-pharmaceuticals-industry

Voici ce que disait Childs:
"On a démontré que la législation indienne a travaillé contre les brevets sans 
valeurs pour le SIDA. L'exclusivité des informations saperait les bénéfices 
obtenus en accordant un monopole qui arrêtera la production même quand le 
brevet sera fini".

--- -- Original Message -----

Date: Thu, 20 Jan 2011 13:09:14 -0500> From: Judit Rius 
Sanjuan<judit.rius@keionline.org>> 
Subject:[Ip-health] The Guardian: Decision time on drugs for poor> countries> 
To:Ip-health <ip-health@lists.keionline.org>> 
Message-ID:7DF7A076-E96C-4642-9D96-91460D99C262@keionline.org>> 
Content-Type:text/plain;charset=iso-8859-1>>http://www.guardian.co.uk/society/sarah-boseley-global-health/2011/jan/19/pharmaceuticals-industry-infectiousdiseases>>Decision
 time on drugs for poor countries> 
Posted by Sarah BoseleyThursday 20 January 2011 15.06 GMT guardian.co.uk>

The Indian prime minister's office is thought to be on the brink ofsealing 
atrade deal with the EU, which medicines campaigners fear couldstop the flowof 
cheap lifesaving drugs to the poorest countries in theworld>> Deep anxiety has 
set in among those whoworry about the chances of peopleliving in impoverished 
countries gettingthe drugs they need when they fallsick. India, dubbed the 
pharmacy of theworld, appears to be on the point ofagreeing a trade deal with 
the European!
 Union which would prevent itsgeneric pharmaceutical companies from makingcheap 
copies of expensivedrugs. Look at any pharmacy in sub-Saharan Africa,and those 
are the drugsyou will see on the shelves. The impact of India'sdecision, 
saycampaigners, could be dire.>> The negotiations and the row overthem have 
been going on for someconsiderable time. Here is a piece I wroteabout it last 
October. But now,it appears things are coming to a head. ThePrime Minister's 
office isunderstood to be involved and it is thought adecision is imminent.>> 
Back a few years, the argument over access tomedicines was all aboutpatents - 
the 20 years' copyright protection given toa pharmaceuticalco mpany so that it 
could recoup the millions of dollars it had i! nvested inresearch and 
development. A World Trade Organisation agreementonintellectual property 
required all nations to respect patents -butcampaigners won an exemption to 
allow generics firms to make cheapcopiesfor poor countries.>> Big Pharma!
  was down, but not out. The big,research-based drug companiesconsider the 
generics companies a major threatto their profits. There isevery sign that they 
are behind the clauses in theEU trade agreement thatcould end the flow of cheap 
copycat drugs in thedeveloping world. The tradeagreement asks for "data 
exclusivity" on drugs,for a period which may befive or may be ten years.>> This 
stops genericcompanies in their tracks. At the moment, they can makea copy of a 
drug andall they have to do is demonstrate that it isbio-equivalent to 
theoriginal - they don't have to do new trials. Theirdrug can be licensed onthe 
basis of trials carried out by the originalcompany. Data exclusivitywould stop 
this happening. Unless the genericscompany c arried out its owntrials, it would 
not be permitted to market acopycat drug.>> Does a delay offive or ten years 
matter? Oxfam and M?decins SansFronti?res consider it amatter of life and 
death. The obvious example isHIV/Aids. The virus mutateseasily and fast. In 
rich countries, resistancehas set in to one drug afteran!
 other. Poor countries at the moment havegeneric copies of basic drugs, butas 
resistance spreads, new drugs will beneeded. Patients will not be able towait 
ten years for the data exclusivityon those new drugs to expire.>> RohitMalpani 
from Oxfam points to a study they carried out showing thattheintroduction of 
data exclusivity in Jordan led to higher prices anddelays inthe introduction of 
generic medicines. You can access 
ithere.http://www.oxfam.org.uk/resources/policy/health/bp102_trips.html>>India 
has held out against EU/pharmaceutical pressure for some time,butlocal reports 
are now saying the Prime Minister's office may accepttheirterms in order  to 
get a wider trade deal through.>> Michelle Childs ofMSF sa ys the present 
Indian rules have served the causeof global healthwell. An Indian court 
recently ruled that Abbott's drugKaletra, vital to theHIV fight in Africa, was 
not protected by patent andcould be copied. Iblogged on 
thathere.http://www.guardian.co.uk/society/sara!
 h-boseley-global-health/2011/jan/04/aids-pharmaceuticals-industry This is what 
Childs says:>> "Indian patentlaws have been shown to work to stop unnecessary 
patents onHIV medicines.Data exclusivity would undermine the benefits by giving 
amonopoly to stopproduction even when the patents have been removed.">> Judit 
Rius Sanjuan>Attorney> Knowledge Ecology International (KEI)> 
www.keionline.org> NYCPhone: 212 222 5180> Washington DC Phone: 202 332 
2670>>>>>


<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] L'heure a sonné pour les médicaments à destination des pays en développement, remed <=