e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Le RAME a marché contre la faible mobilisation des ressources du Fonds Mondial

*Fonds mondial de lutte contre le Sida*

Le RAME a marché contre la faible mobilisation des ressources

*L’Opinion n°680 du 27 Octobre au 2 novembre 2010*


Des associations de lutte contre le sida  sous l’égide du Réseau d’accès aux
Médicaments Essentiels (RAME) ont battu le pavé à Ouagadougou, le samedi 23
octobre 2010 pour dénoncer la faibles mobilisation des ressources (seulement
11,7 sur 20 milliards US souhaités) pour le Fonds mondial de la lutte contre
le VIH/Sida, le paludisme et la tuberculose.

La marche est partie de la maison des jeunes de Ouagadougou jusqu’au Rond
point des Nations unies qui était aux yeux des organisateurs un lieu très
symbolique pour se faire entendre.

L’objectif était, en effet, de protester contre la faible mobilisation des
ressources à la conférence de reconstitution du Fonds mondiale, le 5 Octobre
2010 au siège des Nations unies à New York aux Etats-Unis. Les donateurs
n’ont  proposé que 11, 7 milliards de dollars sur 20 milliards nécessaires
pour faire face à la pandémie du Sida. Ce qui exaspère Simon KABORE,
président du RAME, qui pense que cela marque un échec de la communauté
internationale, un renoncement des dirigeants du G8 vis-à-vis de leurs
engagements à fournir des traitements à toutes les personnes vivant avec le
Sida en fin 2010. *« Pourtant, le mondes n’a jamais été aussi prêt, a-t-il
relevé de vaincre le Sida, le paludisme et la tuberculose* ». Environ une
centaine de personnes venant des associations comme l’ANASI, la COCOFA et
l’AJPO ont participé à cette grande marche du RAME qui est le début d’une
série d’activités de campagne et de plaidoyer pour un   financement durable
du Fond mondial de lutte contre Sida, la tuberculose et le paludisme. Les
organisateurs n’entendent pas baisser la garde en ce sens que 80% des fonds
destinés à la lutte contre le VIH/SIDA, le paludisme et la tuberculose
proviennent du Fonds mondial. Ce qui aurait permis de mettre sous ARV plus
de 26 000 personnes, de détecter et de traiter plus de 45 000 cas de
tuberculose, de financer plus de 300 associations pour le soutien des
malades et bientôt la distribution gratuite de plus de 6 millions de
moustiquaires imprégnées pour la prévention du paludisme.

Pour le président du RAME,  l’heure est critique. Cette baisse de
financements est une catastrophe humanitaire, et elle a pour conséquence la
diminution de la prise en charge des personnes à mettre sous ARV tout en
affaiblissant la lutte contre le paludisme et la tuberculose. Ce qui ne va
pas manquer de causer beaucoup plus de décès. Mais d’ores et déjà, on peut
dire que le combat du RAME ne sera pas une sinécure ce d’autant plus que les
représentants des bailleurs de fonds et des chancelleries américaine et
française qui étaient invités au lieu symbolique du Rond point des Nations
Unies ont simplement boudé la cérémonie par leurs absence. Ce qui n’a point
entamé la motivation des “manifestants” qui ont conclu l’activité par un
vaste «Die-in » (stimulation de cadavres pour imager les nombreux décès en
cas d’insuffisance de financement du Fonds mondial). Pour la veuve BAZIE qui
a fait un témoignage sur sa vie de séropositive et son expérience de prise
en charge des personnes mises sous ARV. Si rien n’est fait, sur 100 nouveaux
cas qu’elle va rencontrer, elle sera obligée de dire 80 fois à 80 malades
qu’ils n’auront pas de traitement. Ça sera vraiment bien dommage pour
l’humanité si la communauté internationale ne revoit pas le financement à la
hausse.


-- 
Simon KABORE
PCA du Réseau Accès aux Médicaments Essentiels (RAME)
04 BP: 8038 Ouagadougou 04 Burkina Faso
Tel:  bur (226) 50 37 70 16
         Cel: (226) 70 24 44 55
E-mail alternatif: simonkabore@rame-int.org

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Le RAME a marché contre la faible mobilisation des ressources du Fonds Mondial, Simon KABORE <=