e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Suite à l'Appel de Cotonou, au CONGO les professionnels de la pharmacie et les associations de consommateurs se mobilisent pour la lutte contre les faux médicaments

communiqué de presse
 
Vers la mise en place d’une loi portant lutte contre les faux médicaments au 
Congo 
La République du Congo se dotera bientôt d’une loi régissant la politique 
nationale en matière de lutte contre les faux médicaments. L’avant-projet de 
cette loi a été présenté à la presse le 19 janvier à Brazzaville par le 
président de l’Intersyndicale des pharmaciens d’Afrique (ISYPHARMA), le Dr 
Boniface Okouya. 


Intitulé «Plan stratégique national de lutte contre les faux médicaments», cet 
avant-projet de loi sera présenté au Président de la République. Il a été 
élaboré par une commission interne de la profession pharmaceutique associée au 
réseau national des ONG et associations de lutte contre les médicaments 
falsifiés et à l’association des consommateurs du médicament. 

Président du Syndicat national des pharmaciens du Congo (SYNAPHAC), le Dr 
Okouya a estimé qu’avec cet avant-projet de loi, le Congo fera entendre sa voix 
lors de la conférence internationale sur la lutte contre les faux médicaments 
prévue entre juin et juillet en Suisse. Il a souhaité l’organisation d’une 
concertation sous-régionale pour définir des mécanismes pouvant réduire et 
éradiquer la circulation des médicaments contrefaits en Afrique centrale. 

Dans ce document, les professionnels du médicament ont souhaité que le Congo, à 
l’instar des autres pays comme le Burkina Faso, le Mali et le Sénégal, puisse 
mettre sur pied un comité national de lutte contre les faux médicaments, 
présidé par le Président de la République et une commission interministérielle. 

Selon le Dr Okouya, le Congo, pays de transit, a le devoir de ne pas devenir un 
dépotoir ou un pays par lequel passent les faux médicaments ou des substances 
prohibées telles la cocaïne, les drogues, le chanvre et autres stupéfiants. 

 
Le 12 octobre 2009, des Chefs d’Etat et de Gouvernement africains, les 
organisations internationales parmi lesquelles l’Union africaine (UA), l’ONU, 
l’Union européenne (UE) et la Fondation Chirac, rassemblé à Cotonou (Benin), 
avaient lancé un appel, dit «l’Appel de Cotonou» pour sensibiliser les pays 
Africains, les pays émergents, et aussi les pays industrialisés des dangers 
causés par les médicaments dits de la rue. 

L’ancien Président français, Jacques Chirac avait exprimé le vœu de voir les 
Etats mettre en œuvre des politiques sécurisées d’accès universel à des 
médicaments de qualité conformément aux Objectifs du millénaire pour le 
développement (OMD). 

Il avait exhorté les Chefs d’Etat et de Gouvernement, les organisations 
internationales et les ONG à prendre la pleine mesure des enjeux de santé et de 
sécurité publique liés au problème des faux médicaments. 

Au sortir de cette rencontre, le Chef de l’Etat congolais Denis Sassou N'Guesso 
avait demandé à l’ordre national des pharmaciens, aux syndicats des 
pharmaciens, aux associations des consommateurs des médicaments et ONG de 
proposer au Gouvernement un projet de loi de lutte contre les médicaments 
venant des "industries du crime". 

Mercredi 20 Janvier 2010 - 15:34
Anicet Clotaire Ndzi
 Hélène DEGUI, hdeguifr@yahoo.fr 
tel : 06 62 40 29 84 


      
<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>