e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] La méningite sévit dans plusieurs pays africains et menace de s'étendre

Les pharmaciens ont également un rôle à jouer dans la sensibilisation des
populations à travers des messages simples. Principalement, conseiller de
consulter dans une formation sanitaire dès les premiers symptômes et éviter
l'automédication. Le retard dans la prise en charge adéquate des cas
(chloramphénicol huileux toujours d'actualité) est un élément important qui
explique les forts taux de létalité constatés au cours des épidémies de
méningite.
 
Egalement, l'information sur l'introduction d'un nouveau type de vaccin
contre le méningocoque de type A (conjugué au lieu de polyosidique) fin 2009
au Burkina Faso est intéressante pour 2 raisons : 
1. Le vaccin confère une immunité durable (10 ans au lieu de 2 à 3 ans) et
de plus il est beaucoup plus efficace chez les jeunes enfants (groupe à
risque), ce qui permet d'envisager un changement de stratégie dans la
réponse à apporter aux épidémies de méningite (réponse préventive type PEV
au lieu de réactive comme actuellement).
2. Le coût très abordable de ce vaccin conjugué développé et produit par un
laboratoire indien en collaboration avec le Meningitis Vaccine Projet
(MVP)rattaché à l'OMS; les grandes compagnies pharmaceutiques occidentales
ne voulant pas développr un vaccin qui ne génèrent que peu de profits par
rapport aux investissements consentis.
Pierre Crozier


*************

La méningite sévit dans plusieurs pays africains et menace de
s'étendre
        
Par Par Alexandre GROSBOIS AFP - Jeudi 21 février 

DAKAR (AFP) - Plusieurs pays d'Afrique de l'ouest et centrale sont sous la
menace d'une épidémie de méningite qui a déjà fait des centaines de victimes
dans plusieurs pays depuis janvier mais qui pourrait encore gagner du
terrain jusqu'à engendrer une crise similaire à celle de 2007.

        "La situation est préoccupante avec une recrudescence de cas de
méningite dans de nombreux pays tels que le Burkina Faso, actuellement le
plus durement affecté", explique Moustapha Diallo, porte-parole du bureau
pour l'Afrique de l'ouest et du centre de la Fédération internationale de la
Croix-Rouge.
        Selon M. Diallo, des cas de méningite ont également été rapportés au
Bénin, au Cameroun, en Côte d'Ivoire
<http://fr.news.yahoo.com/fc/cote-d-ivoire.html> , au Ghana, au Mali, au
Niger, au Nigeria, en République démocratique du Congo, au Tchad
<http://fr.news.yahoo.com/fc/tchad.html>  et au Togo.
        Le responsable basé à Dakar s'est déclaré "inquiet d'une propagation
et d'une éventuelle grave crise" au Burkina. La maladie a déjà fait 255
morts sur 1.938 cas depuis début janvier dans ce pays sahélien, comptant
parmi les plus pauvres du monde.
        En 2007, une épidémie avait déjà fait plus de 2.000 morts dans neuf
pays ouest-africains. Le Burkina avait été le plus durement touché en
enregistrant à lui seul 75% des victimes, selon l'ONU.
        A la fin de l'année, la Fédération internationale de la Croix-Rouge
avait déjà interpellé la communauté internationale en prédisant une épidémie
"qui pourrait être la pire des dix dernières années".
        "On espère que l'ampleur que l'on avait prédit à ce moment-là ne se
réalise pas", indique M. Diallo, qui affirme compter sur la capacité de
réaction et de prévention des Etats face à cette maladie difficile à
détecter car ses premiers symptômes, comme les maux de tête ou la fièvre,
sont similaires à ceux d'autres maladies courantes.
        Parmi ses différents types, la méningite cérébro-spinale à
méningocoques est très contagieuse et souvent mortelle. Elle laisse souvent
des séquelles irréversibles, dont la surdité et un retard mental chez les
enfants.
        La maladie se déclare principalement pendant la saison sèche (à
partir de décembre-janvier), lorsque commencent à souffler les vents chauds
et secs chargés de poussières et de germes.
        La Côte d'Ivoire voisine est également touchée, 44 personnes y sont
mortes depuis le mois de janvier dans le nord et le centre, selon le
ministère ivoirien de la Santé.
        Pour mieux combattre le fléau, des agents de santé et médecins des
deux pays ont participé mercredi à une réunion à Bouna (nord-est de la Côte
d'Ivoire) visant à coordonner la surveillance épidémiologique et une riposte
commune.
        Au Nigeria, les autorités ont pris les devants en distribuant des
doses de vaccins dans tout le pays.
        "Nous avons distribué des vaccins contre la méningite dans tous les
Etats, en particulier ceux du nord pour contenir toute épidémie éventuelle
de méningite à l'approche de la saison", a expliqué à l'AFP Mahmud Mustapha,
coordonnateur régional de l'Agence pour le développement des soins de santé
de base dans le nord du pays.
        L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé qu'elle
lancerait fin 2009 au Burkina un nouveau vaccin plus efficace contre la
méningite, une maladie qui tue chaque année des milliers d'Africains.
        "On pensait introduire le vaccin d'ici la fin de l'année (2008) mais
malheureusement ce ne sera plus possible. On prévoit donc (son) introduction
fin 2009", a indiqué à l'AFP le Professeur Marc Laforge, directeur du Projet
vaccin contre la méningite, rattaché à l'OMS et basé à Genève.
        Les essais cliniques réalisés en Gambie, au Mali et au Sénégal, se
sont "très bien" passés. "Le vaccin est sûr" et assure une forte immunité,
a-t-il dit, lors d'une visite à Bouna dans le nord-est de la Côte d'Ivoire.
Le Minafrivac, nom du nouveau vaccin, sera fabriqué par le laboratoire
indien Serum institut for India. Il devrait notamment permettre d'immuniser
les individus pendant dix ans, contre deux à trois ans pour l'ancien vaccin.
        Selon le Pr Dominique Caugant, chercheur à l'Institut national de la
santé publique à Oslo (Norvège), partenaire du Projet, le nouveau vaccin
protégera "tous les âges", particulièrement les enfants de moins de deux ans
qui n'étaient pas protégés par l'ancien vaccin.
        "Les prix des nouveaux vaccins sont généralement de l'ordre de 15 à
20 dollars par unité. L'avantage de ce nouveau vaccin, c'est qu'il va coûter
200 FCFA (environ 0,3 euro) par dose (unité)", selon le Pr Mandy Kader
Kondé, représentant Afrique du Projet vaccin contre la méningite
        Le nord du Nigeria, comme le Burkina Faso, est situé sur la
"ceinture de la méningite", région d'Afrique subsaharienne s'étendant du
Sénégal à l'Ethiopie la plus durement touchée par la maladie.
        En République démocratique du Congo (RDC l'épidémie de méningite
touche principalement la Province Orientale (nord-est), frontalière de
l'Ouganda. Depuis janvier, 161 cas, dont 15 mortels, ont été enregistrés sur
l'ensemble du pays.
        D'autres pays s'en sortent mieux, comme le Tchad, épargné ces deux
dernières années par la maladie.
        "Il y a eu des cas sporadiques qui sont dans les normes
saisonnières", se satisfait le médecin chef des urgences de l'Hôpital
général de N'Djamena, qui attribue cette situation au succès des campagnes
de vaccination successives menées sur l'ensemble du pays.
        


<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] La méningite sévit dans plusieurs pays africains et menace de s'étendre, pierre crozier <=