e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] (2)Quelques infos de la Pharmacie Nationale d'Approvisionnement de Dakar...

Constat amer, mais réel. Les centrales qui par leurs statuts dépendent des 
procédures des marchés publiques sont celles qui fonctionnent le plus mal. 
Ce n'est pas nouveau puisque à Libreville en Mars 1998 ont été mis au point 
les procédures de pré sélection des fournisseurs et les cahiers des charges 
spécifiques pour les A.O. La principale raison était la qualité. Mais nous 
savions tous que pour éviter les ruptures de stock, il faut de la souplesse 
dans les procédures d'achat. Si vous connaissez quelqu'un qui peut prévoir 
une commande de médicaments en sachant qu'il les recevra dans 9 à 12 mois?. 
Pour remplir leur mission de service public le plaidoyer doit continuer.
Ce serait bien d'en parler au prochain forum puisque cela fait 10 ans que le 
problème est posé.

Serge Barbereau

----- Original Message ----- 
From: "remed" <c.bruneton@remed.org>
To: "e-med e-med" <e-med@healthnet.org>
Sent: Thursday, February 14, 2008 10:09 AM
Subject: [e-med] Quelques infos de la Pharmacie Nationaled'Approvisionnement 
de Dakar...


Sos médicaments

Par Cheikh Tidiane MBENGUE
http://www.sudonline.sn/spip.php?article8998

Certains médicaments essentiels ne doivent pas connaitre de rupture de
stocks. Ce qui confère à la Pharmacie nationale d'approvisionnement (Pna) sa
position stratégique dans la mission d'approvisionnement des médicaments
pour mieux faire face aux urgences médicales. Mais, à cause des procédures
administratives interminables, le circuit d'approvisionnement du Sénégal en
médicaments essentiels risque de connaitre une nouvelle rupture notamment en
doses contre la méningite, une maladie toujours présente en Afrique de
l'Ouest.

C'est du moins, la révélation faite hier par le Directeur de la Pna à
l'occasion de la présentation, à Dakar des résultats de l'évaluation du plan
d'action 2005-2007 initié par son service pour mieux répondre aux missions
assignées à cette structure. Le Sénégal dispose de 1 million 136 mille doses
de vaccins contre la méningite alors que le pays a un besoin réel à près de
4 millions de doses. C'est la révélation faite par Papa Birame Mbaye,
directeur de la Pna s'exprimant hier à l'occasion de la présentation des
résultats de l'évaluation du plan d'action initié par sa direction pour
l'année 2005-2007.

Le directeur de la Pna fonde la cause de ses ruptures sur les lourdeurs
administratives et l'appel d'offre dont les procédures sont trop
contraignantes malgré les urgences médicales. Pour les procédures, de
passation de marché d'approvisionnement en médicaments, il faut faire un
véritable parcours de combattants. Ainsi l'on a tendance à oublier que les
urgences médicales ignorent royalement les questions de procédures. Le
patron de la Pna impute toutes ces difficultés au statut actuel de son
service à sa mission de service public.

Il pense que le statut actuel de la structure ne colle pas avec la mission
qui lui est assignée. D'où l'urgente nécessité de faire changer ce statut.
C'est pour cela, a-t-il encore répété, un travail d'étude a été confié à un
cabinet qui a élaboré un canevas de travail pour savoir quel vrai statut qui
sied le plus à la Pna et comment faudra-t-il procéder pour mieux faire
fonctionner cette structure avec sa mission de service public et qui n'a pas
reçu de subvention étatique depuis 2005. Contrairement d'ailleurs aux autres
Etablissements publics de santé (Eps) qui en bénéficient annuellement de la
part de l'Etat. Et M. Mbaye d'affirmer que son service ne fonctionne que sur
fonds propres. Il a toutefois reconnu que la structure est exonérée
actuellement de taxes douanières. Mais il prévient que si le statut de la
Pna change et qu'elle ne bénéficie plus de ses avantages fiscaux, cela
pourrait également perturber son fonctionnement correct.

Présentant le bilan à mi-parcours du plan d'action initié depuis 2005 avec
le consentement du Conseil d'administration, il est également revenu sur les
acquis et les réalisations enregistrés par son équipe notamment dans les
différents secteurs liés à la vie de cette structure.

Quant à Cheikh Issa Sall, le directeur de Cabinet du ministre, il s'est
réjoui du rôle stratégique de la Pna dans le dispositif sanitaire du pays.
Dans la même lancée, le représentant de l'Oms, tout comme le président du
Conseil d'administration de la Pna se sont félicités de l'initiative qui a
été une heureuse occasion de passer au peigne fin la politique de santé des
médicaments au Sénégal et de communiquer avec le public.

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>