e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] L?auto-évaluation des compétences des communautés pour mieux faire face au paludisme

[que pensez-vous de cette initiative ?CB]

L’auto-évaluation des compétences des communautés pour mieux faire face au
paludisme
Août 2007 - Editorial du Docteur Soliou BADAROU 
http://www.santetropicale.com/benin/bada0807.htm

Plus qu’un problème de santé publique, le paludisme est devenu aujourd’hui
un problème de développement. Malgré les succès enregistrés au Bénin, des
efforts restent encore à consentir quant à l’atteinte des objectifs d’Abuja,
surtout dans un contexte de limitation des ressources financières, de faible
implication et d’appropriation des initiatives de lutte contre le paludisme
par les communautés à la base. Conscient de cette réalité, le médecin-appui
paludisme des départements du Borgou et de l’Alibori, Dr Akogbéto Pétas et
son équipe a initié à titre expérimentale, une approche dite
d’auto-évaluation des compétences des communautés face au paludisme qui est
une initiative qui vise d’une part à mieux faire adhérer les populations à
la lutte contre le paludisme et d’autre part à renforcer leurs compétences
face au paludisme. Cette initiative a ciblé les villages de Guinagourou, de
Nassy, de Gninsy, de Sontou et de Sandilo dans la commune de Pèrèrè
(département du Borgou) au nord-est du Bénin. Elle a durée de septembre 2006
à Avril 2007 et vise deux objectifs, il s’agit d' :

*       Amener les communautés de ces 5 villages à auto-évaluer leurs
compétences face au paludisme 
*       Amener les communautés des 5 villages ciblés à la planification et à
la mise en œuvre d’interventions qui concourent d’une part au renforcement
de leurs compétences et d’autre part à la lutte contre le paludisme

Les différentes phases de cette approche peuvent être résumées comme suite
(Evaluation de base, formation des facilitateurs communautaires,
auto-évaluation des compétences, atelier de partages d’expériences, réunion
de microplanification, mise en œuvre des microplans, suivi de la mise en
œuvre, évaluation finale)

Principaux résultats obtenus : 

*       Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans ayant accès à un traitement
rapide et adéquat dans les 24 heures suivant l’apparition de la fièvre est
passé de 38 à 88% 
*       Pourcentage de ménages disposant de moustiquaires imprégnées de 20 à
62% 
*       Pourcentage de femmes enceintes qui dorment sous moustiquaires
imprégnées de 20 à 40 % 
*       Pourcentage des femmes enceintes ayant bénéficié d’un traitement
préventif intermittent correct à la sulfadoxine-sulfadoxine de 36 à 70%

Cette approche qui mérite d’être généralisé à l’ensemble de nos contrées a
l’avantage de faciliter la responsabilisation et l’implication effective des
populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de lutte
contre le paludisme, encourager l’appropriation par les communautés des
initiatives de lutte contre le paludisme, de minimiser les coûts des
activités et par conséquent la rationalisation des ressources financière et
enfin promouvoir l’apprentissage et l’échange au sein des communautés et
avec d’autres communautés en vue de l’acquisition de compétences.
Vivement que cette belle initiative du Dr Akogbéto et son équipe ne s’arrête
pas et que d’autres puissent lui emboîté le pas. 

 

Parakou, le 29 août 2007 Docteur Soliou BADAROU 

 



<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>