e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] L'Etat sud-africain endigue la fuite des professionnels de santé

AFRIQUE DU SUD: L'Etat sud-africain endigue la fuite des cerveaux

Les infirmières bénéficieront aussi d'autres avantages
JOHANNESBOURG, 16 July 2007 (PlusNews) - Une mesure révolutionnaire, prise 
par le ministère sud-africain de la Santé, pourrait permettre aux personnels

infirmiers de bénéficier d?une augmentation de salaire d?au moins 20 pour 
cent et faire d?eux les premiers bénéficiaires d?un plan conçu pour attirer 
davantage d?étudiants en santé et endiguer ainsi la fuite des cerveaux en 
offrant de meilleurs salaires.

A la suite de la récente grève d?un mois, observée par les employés du 
service public, Manto Tshabalala-Msimang, le ministre de la Santé, a annoncé

une augmentation générale des salaires d?au moins 20 pour cent pour les 
personnels infirmiers du secteur public, ainsi qu?une amélioration de leur 
couverture médicale et des indemnités de logement dont ils bénéficient.

Dans le cadre de ce nouveau système « dérogatoire spécifiquement lié à la 
profession », les médecins, les dentistes, les pharmaciens et les 
urgentistes passeront à un système de rémunération semblable l?année 
prochaine, tandis que tous les autres professionnels de la santé publique 
bénéficieront d?importantes augmentations de salaire d?ici à 2009.

Cette récente mobilisation des travailleurs ? la grève la plus longue du 
secteur public sud-africain ? a pris fin le 28 juin a particulièrement été 
éprouvante pour le pays : les travailleurs de la santé, les professeurs et 
les employés du gouvernement sont descendus dans la rue pour protester ; les

hôpitaux publics ont été obligés de transférer les patients dans des 
structures privées et de renvoyer tous les cas non-critiques.

En Afrique du Sud, la loi interdit aux membres de services essentiels tels 
que la police ou le personnel médical de faire grève. La tension est montée 
lorsque le gouvernement a proposé une augmentation de salaires de 6 pour 
cent seulement aux syndicats, qui avaient initialement exigé 12 pour cent ; 
un relèvement mutuellement consenti de 7,5 pour cent a mis fin à la grève.

« Le salaire de départ d?un infirmier professionnel fraîchement diplômé qui 
entrerait dans le secteur de la santé publique sera désormais de 96 750 
rands par an (environ 13 900 dollars), ce qui représente 17 343 rands 
(environ 2 500 dollars) de plus que ce que cette personne aurait perçu avant

juillet 2007 », a expliqué M. Tshabalala-Msimang.

Non seulement tous les infirmiers bénéficieront d?une augmentation d?au 
moins 20 pour cent, mais ils se verront également offrir des opportunités 
supplémentaires. « Les personnels infirmiers auront désormais l?occasion 
d?atteindre des niveaux de salaires plus élevés, en fonction de leur 
performance, de leur éducation et des compétences acquises », a-t-elle 
poursuivi.

Selon Pierre Uys, ministre de la Santé de la province du Cap-Occidental, les

formateurs en soins infirmiers ont fait l?objet d?une attention particulière

au sein du nouveau système et recevront 159 000 rands (environ 22 800 
dollars) par an, une mesure visant à renforcer les capacités nationales dans

ce domaine.

« Auparavant, ces formateurs percevaient un salaire comparable à celui des 
infirmiers professionnels, c?est pourquoi il était toujours très difficile 
de les attirer vers ce secteur », a révélé M. Uys. « Nous espérons désormais

attirer un groupe de personnes peu nombreuses mais qualifiées ».

Selon le Conseil des infirmiers d?Afrique du Sud, le pays forme environ 2 
500 infirmiers par an, toutefois d?après une étude réalisée en 2006 par le 
Centre for Global Development [Centre pour le développement mondial], plus 
de 4 844 d?entre eux travaillent à l?étranger. Au total, au moins 12 207 
travailleurs de santé sud-africains ? dont environ 21 pour cent de médecins 
formés dans le pays ? exerçaient à l?étranger en 2006.

Le ministère de la Santé continue de considérer la « fuite des cerveaux », 
l?émigration des personnels de santé qualifiés, comme une tendance qui se 
maintient.

S?il est vrai que les rands sud-africains ne sont pas encore en mesure de 
rivaliser avec la livre sterling, M. Uys estime toutefois que la récente 
augmentation permettra au moins d?élever les salaires de la santé publique 
au même niveau que ceux du secteur privé en Afrique du Sud.

Bien que certaines mesures soient encore en cours de finalisation dans le 
cadre de pourparlers entre le gouvernement et les syndicats des travailleurs

de la santé, tels que l?Union nationale des travailleurs de l'éducation, de 
la santé et assimilés (NEHAWU), et le Syndicat des personnels de santé et 
autres services d?Afrique du Sud (Hospersa), les responsables syndicaux sont

satisfaits.

« Les négociations sont encore en cours, nous sommes encore en train de 
chercher les clés de conversion de l?ancienne structure salariale à la 
nouvelle, afin de déterminer la place de chacun mais, jusqu?ici, nous sommes

satisfaits », s?est félicité Rifos Mahlake, négociateur pour Hospersa.

Les pourparlers devraient se conclure avant le 31 août ? un mois après le 31

juillet, date butoir initiale - selon James Cornwall, négociateur en chef 
des secteurs de la santé publique et du développement social, mais les 
personnels infirmiers bénéficieront tout de même d?une augmentation de 
salaire rétroactive, à compter du 1er juillet.

llg/he/kn/nh/ads



<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] L'Etat sud-africain endigue la fuite des professionnels de santé, Carinne Bruneton <=