e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] (11)Médicaments de la rue...

Je saisis l'opportunité de l'appui du Dr Bérenger à ma proposition pour y
revenir. Honnêtement, la vente illicite des médicaments c'est de la fraude,
de la contrefaçon et de la criminalité à ciel ouvert. Nous ne devons pas
négocier sa répression. Je suis sur que si les professionnels de la santé et
les activistes du domaine de la santé se rencontrent, ils peuvent définir
une stratégie de pression contre les médicaments illicites. Je suis d'accord
avec les propositions de favoriser l'accès aux médicaments de qualité pour
couper les ponts à l'usage des produits prohibés. Le raisonnement est bien
légitime. Mais ne pas exiger la répression d'une activité hors la loi telle
que celle là revient à la légitimer, surtout que nous ne disposons même pas
d'un esquisse de système d'accès aux médicaments essentiels assez
performants de nos jours (et demain n'est pas la veille) pour contre
balancer l'attirance des produits illicites. Les mutuelles de santé sont de
bonnes initiatives mais qui ont toujours leurs limitent dans le sens
qu'elles essaient d'émerger en s'appuyant sur les immondices des problèmes
des populations créés par la pauvreté généralisée. 
Nous avons pu apprécier la force de pression des activistes du monde entier
sur le gouvernement indien quand celui-ci devait adopter sa loi sur les
brevets. En effet, le 26 février 2005 les activistes du SIDA des Amériques,
de l'Europe, d'Asie et d'Afrique ont mené à une échelle planétaire une
journée de protestation contre les projets de lois indiennes qui risquaient
de compromettre l'accès des pays pauvres aux ARV de 2e ligne. Cela a
grandement porté fruit: ce que certains laboratoires veulent remettre à
cause aujourd'hui avec les différents procès.
Dans le cas des médicaments illicites, je précise davantage ma proposition
d'action:
        - Réaliser, si c'est pas encore fait, une enquête courageuse qui
permettra de bien cerner les mécanismes et les acteurs impliqués dans le
marché illicite des médicaments en Afrique. Cette enquête doit
également évaluer l'impact de ce marché sur les populations et les systèmes
de santé.
        - Elaborer d'une manière consensuelle une plate forme revendicative
à partir des résultats de l'enquête
        - Mener une journée de protestation à l'échelle continentale ou
internationale (tout dépend des alliances qui seront tissées). Chaque pays
pouvant choisir sa forme de manifestation. Ces manifestations
doivent réunir les professionnels et les sociétés civiles des pays qui
s'engageront
        - Mettre en place un mécanisme de suivi de la suite donnée par les
autorités au plateforme dans les différents pays.       
Mais il convient que ces éléments fassent partie intégrante d'une stratégie
de plaidoyer et lobby bien planifiée. Comptez sur ma disponibilité pour y
contribuer.  

Simon KABORE
Coordonnateur du Réseau Accès aux Médicaments Essentiels (RAME)
Tel/fax: (226) 50 34 55 32
GSM: (226) 70 24 44 55
E-mail alternatif: simonkabore@gmail.com
04 BP: 2520 Ouagadougou 04
Burkina Faso
Skype: kaboresimon

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>