e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Rapport général de la Conférence "ACAME/Bailleurs de fonds

[rapport aussi disponible en pdf sur le site www.remed.org CB]


Association des Centrales d’Achats Africaines de Médicaments Essentiels
01 BP 4877 Ouagadougou Burkina Faso Tel : 226 50 37 37 50 Fax : 226 50 37 37
57 Cameg@cameg.bf

CONFERENCE INTERNATIONALE
ACAME / PARTENAIRES ET BAILLEURS DE FONDS

RAPPORT GENERAL
Ouagadougou : 19 juin 2007


I. INTRODUCTION

Le mardi 19 juin 2007 s’est tenue dans la salle de réunion de l’Hôtel
Mercure Silmandé de Ouagadougou, Burkina Faso, la Conférence Internationale
ACAME / Partenaires et Bailleurs de Fonds.

Cette conférence fait suite à la Déclaration de Dakar des Directeurs
Généraux de l’ACAME déclaration à travers laquelle ceux-ci rappellent la
mission confiée par les autorités de leurs pays respectifs et tiennent
également à faire part de leurs préoccupations suite à la mise à l’écart de
la plupart des Centrales d’achats pour l’approvisionnement des programmes de
lutte contre les trois maladies prioritaires : Antirétroviraux (ARV) ;
nouveaux antipaludiques (ACT) et antituberculeux. Les Directeurs Généraux
réaffirment alors leur disposition en vue de créer un cadre concerté
permettant de renforcer les capacités locales afin de pérenniser les
systèmes nationaux d’approvisionnement.

II. OBJECTIFS DE LA CONFERENCE

Les objectifs assignés à cette réunion sont de débattre :
 de l’implication des Centrales dans la gestion des programmes de lutte
contre les maladies prioritaires
 des grandes lignes du plan de développement stratégique des Centrales
d’Achats et d’examiner les meilleures possibilités d’appui de la mise en
œuvre de ce plan
 de l’opportunité d’implication des partenaires au sein d’un comité de
suivi des Centrales d’Achats.

III. PARTICIPANTS

Cette Conférence a regroupé les 19 pays membres de l’ACAME, représentés par
les Directeurs Généraux des Centrales d’Achats, les représentants des
Partenaires Techniques et Financiers et les Bailleurs de Fonds à savoir :
- FIAM-UNITAID
- Le Fonds Mondial
- L’Union Européenne (UE)
- La Coopération Française
- L’OMS
- L’ONUSIDA
- L’UNICEF
- GDF
- L’UNICEF
- Le PNUD
- La Banque Mondiale
- L’OOAS
- Le PRSAO
- L’UNFPA
- L’UEMOA
- La Coopération Suèdoise
- La Coopération Belge

Ont également pris part à cette réunion diverses organisations ou
associations professionnelles impliquées dans l’approvisionnement en
médicaments, dans la prise en charge de maladies ainsi que des associations
représentant les malades :
- La Fondation CLINTON
- Médecins Sans Frontières France
- Pharmaciens Sans Frontières Comité International
- REMED
- CHMP
- ESTHER
- REV+ / Burkina Faso
- RAME / Burkina Faso
- RAJS / Burkina Faso

IV. CEREMONIE D’OUVERTURE

La cérémonie d’ouverture s’est déroulée sous le haut patronage de Son
Excellence Monsieur Bedouma Alain YODA, Ministre d’Etat, Ministre de la
Santé du Burkina Faso.

Après le discours de bienvenue de Monsieur Lazare BANSSE, Directeur Général
de la CAMEG et Secrétaire Permanent de l’ACAME, ce fut le tour du Président
de l’ACAME, Monsieur Moustapha YACOUBA, Directeur de la CPA du Tchad et
Président de l’ACAME de prendre la parole pour rappeler le contexte d’une
telle rencontre et souligner toute son importance.

Du côté des Partenaires et Bailleurs de Fonds, la parole fut donnée à
Monsieur le Préfet Jean DUSSOURD (Conseiller Spécial d’UNITAID) pour
exprimer toute sa satisfaction pour une telle initiative et ses attentes sur
les résultats des travaux de la Conférence.

Enfin, Son Excellence, le Ministre d’Etat, Ministre de la Santé, dans son
discours d’ouverture a fait le point sur l’importance de la prévalence des
maladies telles le VIH / SIDA, le Paludisme et la Tuberculose sur nos
vaillantes populations, les besoins croissants en médicaments pour la prise
en charge de ces maladies et l’insuffisance des moyens financiers pour y
faire face.

C’est ainsi qu’il a salué l’intervention de certains programmes pour
résoudre les problèmes d’accessibilité. Cependant, a-t-il souligné, malgré
les efforts déployés, beaucoup reste à faire et il a exhorté l’ensemble des
acteurs intervenant dans le système à privilégier le développement d’une
vision à long terme basée sur le principe de la concertation, de
renforcement de capacités locales et la mise en place de mécanismes
garantissant la complémentarité des actions en vue de l’atteinte des
objectifs communs.

V. LES PRESENTATIONS

La seconde partie de la journée a été consacrée à la lecture solennelle de
la Déclaration de Dakar, suivie d’une série de présentations par des membres
de l’ACAME :

1. Lecture de la « Déclaration de Dakar »
Les travaux entrant dans le cadre de cette conférence ont démarré par la
lecture de la Déclaration des Directeurs Généraux de l’ACAME, appelée «
Déclaration de Dakar ».
A travers cette déclaration, les Centrales d’Achats membres de l’ACAME, par
la voix de leurs Directeurs Généraux :
 rappellent la mission confiée aux centrales d’achats,
 soulignent la nécessité de pérenniser les systèmes nationaux
d’approvisionnement,
 considèrent comme transitoire la pratique de l’activité
d’approvisionnement par des Agences de l’ONU ou des organisations non
gouvernementales,
 se déclarent disposées à l’élaboration d’un cadre concerté permettant
l’évaluation globale du contexte dans lequel évoluent ces centrales,
 décident de l’élaboration d’un plan de développement stratégique et de
mise aux normes des Centrales d’Achats,
 de faire le suivi de l’état d’avancement du plan d’actions issue de la
Ixème Assemblée Générale de N’Djaména.

2. Exemple de travail de l’ACAME : Elaboration de la Charte
Dans cette présentation, le présentateur a rappelé à l’assistance les
raisons qui ont poussé à la création de l’ACAME, ses objectifs et ses
priorités. En vue d’aider les Centrales d’Achats à mieux remplir leurs
missions, l’association a jugé nécessaire de mettre au point une charte
recensant l’ensemble des principes communs vers lesquels doivent tendre
chaque Centrale, et qui concernent :
 l’aspect institutionnel et juridique,
 le pilotage de l’entreprise par la Direction Générale,
 la gestion des ressources humaines,
 la politique d’achat,
 le stockage des produits,
 les ventes et marketing,
 la communication.

3. Plan de développement stratégique de l’ACAME
Dans cette présentation, l’orateur a évoqué les nouveaux enjeux pour l’ACAME
et les tenants et aboutissants de la Conférence de Ouagadougou. Il a ensuite
expliqué la démarche suivie par les Centrales et le processus ayant permis à
l’élaboration d’un plan de développement des 19 Centrales d’Achats suivant
un canevas d’analyse standardisée.

Les différents plans de développement stratégique ont été ensuite
synthétisés et compilés dans un document unique et disponible à tout
requérant.

Les différents axes autour desquels s’articulent ces plans sont :
 l’adaptation statutaire,
 les formations pluridisciplinaires,
 l’appui aux infrastructures,
 l’appui à la logistique et le transport,
 l’informatisation,
 la création des structures de contrôle.

4. Evolution et perspectives d’une Centrale d’achats de Médicaments
Essentiels « Cas de la CAMEG du Burkina Faso »
Dans cette présentation, il a été fait un exposé détaillé de la CAMEG,
Centrale d’achats du pays hôte.

C’est ainsi que les participants ont été informés sur :
 l’historique,
 les objectifs de la CAMEG,
 l’organisation,
 la politique d’approvisionnement,
 la politique de distribution,
 la politique de promotion des médicaments essentiels génériques (MEG),
 les perspectives de la CAMEG.

5. Comment impliquer efficacement les Centrales d’Achats dans la gestion
d’un programme ? Cas de la CAMEG et du Fonds Mondial

Cette présentation est un exemple de partenariat Centrale d’achats – Fonds
Mondial, et rapporte l’expérience vécue par cette structure. Le présentateur
dénote cependant que pour aboutir à un tel point, il est essentiel d’établir
quelques préalables appelés « principes essentiels » tant au niveau du pays,
des partenaires et de la Centrale d’Achats.

Dans la seconde partie de son exposé, le présentateur a brossé un tableau
édifiant un tel partenariat par la mise en œuvre commune des procédures
d’approvisionnement, de distribution, de suivi de la gestion des stocks et
d’évaluation.

6. Tableau synthétique de plan de développement stratégique de SALAMA
(Madagascar)

Il s’est agi dans cette présentation d’exposer aux participants un exemple
de plan de développement d’une Centrale d’Achats membre, plan du reste
contenu dans le document général du PDS final des 19 Centrales d’Achats.

Dans cette présentation, il a été fait cas :
 De la présentation de SALAMA,
 Du diagnostic stratégique,
 Des objectifs stratégiques,
 Des actions prioritaires,
 De la budgétisation.

VI. DISCUSSIONS ET DEBATS

Après les présentations s’en est suivie une série de discussions et de
débats très enrichissants.

Ces débats ont été axés autour de quatre grands points principaux :
1) le statut des centrales
2) les procédures d’approvisionnement,
3) la substitution des centrales par les partenaires,
4) le renforcement des capacités des Centrales par les Bailleurs de Fonds.

· Au niveau des statuts

Il est à noter qu’il y a plusieurs statuts qui ont tous des avantages et
inconvénients.
La CAMEG a démontré les avantages apportés à une Centrale d’Achats par des
statuts d’association à but non lucratif : l’autonomie de gestion et
l’autonomie financière, la nomination de ses dirigeants, l’efficacité au
niveau du recrutement et de la gestion du personnel, la réactivité vis à vis
du marché international, la facilité d’adaptation à l’évolution de
l’environnement dans lequel la Centrale évolue, la représentation des
tutelles techniques et financières ainsi que des bénéficiaires et des
partenaires de l’action au sein des organes de contrôle.

Il y a eu ensuite une discussion sur la différence entre les EPIC et les
Associations à but non lucratif (ASBL).

Il est ressorti au cours des discussions que les pays membres de l’ACAME
doivent convenir dans la charte des principes directeurs permettant de créer
un cadre statutaire idéal de travail.

· Les procédures d’approvisionnement
A ce niveau, les intervenants ont abordé les problèmes des achats
globalisés. Il est ressorti que cela doit permettre de bénéficier des
meilleurs prix et non de créer un système d’approvisionnement parallèle.
Cependant, les mécanismes permettant la mise en œuvre pratique de ces achats
doivent être clairement définis.

· En ce qui concerne la substitution des Centrales
Les Centrales d’Achats n’ont pas le même degré d’intervention dans les
différents programmes. C’est dans ce cadre que les Directeurs Généraux des
Centrales d’Achats ont tour à tour pris la parole pour expliquer à
l’assistance les rôles joués par leurs Centrales d’Achats respectives dans
l’exécution des programmes du Fonds Mondial. La plupart des Centrales
d’Achats sont utilisées pour jouer un rôle de stockage et de distribution
sans contrepartie de frais de gestion et sans avoir été suffisamment
informées des programmes d’approvisionnement.

Les Directeurs Généraux des Centrales d’Achats ont exposé les difficultés,
insuffisances ou incohérences qu’ils ont remarquées dans leurs pays
respectifs lorsque des structures se sont substituées à leurs Centrales.
Cependant, de l’avis général, tous souhaitent une implication totale des
Centrales d’Achats dans les différents programmes et sur tout le cycle
logistique d’approvisionnement (sélection, quantification, acquisition,
distribution et usage rationnel).

· Sur le plan du renforcement des capacités et de l’appui des partenaires
L’accent a été mis sur la nécessité par les partenaires de rationaliser et
d’harmoniser le processus d’évaluation des Centrales d’Achats en les
impliquant davantage pour plus de concertation. Il a été souligné également
la nécessité d’apporter aux Centrales d’Achats un feed-back sur les
résultats de ces évaluations. D’autre part, en cas d’identification de
problèmes ou de constats d’insuffisances, les partenaires doivent prendre
les mesures pour accompagner les centrales dans leurs efforts de
redressement. A cet égard, le programme d’appui au développement des
capacités des Centrales d’Achats d’Afrique de l’Ouest, financé par l’Union
Européenne dans le cadre du projet PRSAO a été fortement salué.

En réponse aux questions et problèmes soulevés par les Directeurs Généraux
au cours de leur intervention, les représentants des Partenaires et
Bailleurs de Fonds ont à leur tour pris la parole. Ils ont, de prime abord,
salué l’initiative de l’ACAME pour la tenue d’une telle réunion et ont noté
la qualité des débats et discussions, et spécifiquement le franc-parler avec
lequel les problèmes ont été abordés.

Ils ont ainsi eu à éclairer les participants sur le rôle et les principales
interventions de leurs
programmes respectifs.

Ils ont apporté des informations sur les motivations des systèmes de
globalisation des achats, le taux maximum de frais de gestion versé aux
organisations des Nations Unies. Ils ont, en outre, relevé certains
problèmes de communication aussi bien entre les partenaires financiers et
techniques et les Centrales d’Achats qu’entre les différents intervenants
des parties nationales. Ils ont affirmé la nécessité de la représentation
des Centrales d’Achats au sein des Conseils Nationaux de Coordination du
Fonds Mondial et surtout la nécessité pour les autorités de tutelles des
pays d’apporter leur soutien aux Centrales d’Achats nationales, en vue de
leur permettre d’acquérir les moyens nécessaires leur garantissant de
remplir leur mission.

Le représentant d’UNITAID, tout en justifiant le principe de la
globalisation des achats pour l’obtention de meilleurs prix et le lancement
de productions spécifiques auprès des fabricants, a expliqué qu’après la
phase de démarrage réalisée dans un certain degré d’urgence, il s’agissait
désormais de développer une collaboration accrue avec les Centrales
d’Achats, et comptait sur l’ACAME pour y parvenir.

Le représentant du Fonds Mondial s’est montré ouvert à toute proposition
visant une meilleure implication des Centrales d’Achats dans la gestion des
programmes d’approvisionnement en médicaments contre les maladies
prioritaires. Il a insisté sur le développement de la communication entre
d’une part le Fonds Mondial et le PNUD ou les Agences de l’ONU, mais
également entre les Autorités et les différents intervenants au niveau des
pays.

VII. REMERCIEMENT, RESOLUTIONS ET DEMANDE DE L’ACAME AUX PARTENAIRES

· MOTION DE REMERCIEMENT

Les Directeurs Généraux membres de l’Association africaine des Centrales
d’Achats de Médicaments Essentiels (ACAME) ont tenu à remercier vivement les
Autorités nationales du Burkina Faso pour le chaleureux accueil qui leur a
été réservé et le soutien sans faille à l’ACAME dans l’atteinte de ses
objectifs.

Ils ont remercié également de la manière la plus confraternelle le
Secrétaire Permanent de l’ACAME pour la qualité remarquable de
l’organisation de la Conférence et du déroulement des travaux.

Ils ont remercié enfin l’ensemble des Partenaires au Développement pour leur
présence enrichissante et pour la qualité des débats.

· RESOLUTIONS

Des représentants de l’ACAME ont procédé à une lecture solennelle de chacune
des résolutions prises par l’Association suite à cette Conférence et de la
proposition de l’ACAME aux partenaires techniques et financiers.

1. Résolution sur les statuts juridiques des Centrales d’Achats
L’Association africaine des Centrales d’Achats de Médicaments Essentiels
(ACAME) prend la résolution de faire un plaidoyer auprès des Autorités
nationales respectives afin de doter chaque Centrale d’Achats de Médicaments
Essentiels de statuts juridiques adéquats :
* lui accordant davantage d’autonomie de gestion et davantage d’autonomie
financière,
* lui permettant de s’adapter aux nouveaux enjeux représentés notamment par
l’approvisionnement des programmes de lutte contre les maladies
prioritaires.


2. Résolution sur les réformes à engager pour les Centrales d’Achats

L’ACAME s’engage, en collaboration avec les Autorités nationales
respectives, à appuyer les Centrales d’Achats membres dans :
* L’amélioration des capacités des ressources humaines, notamment sur le
plan managérial,
* La mise aux normes internationales de leurs infrastructures de stockage,
tout en anticipant l’augmentation des volumes nécessaires aussi bien dans la
capitale que dans les régions,
* La mise à disposition d’une logistique de distribution performante et
adaptée aux exigences de l’assurance qualité des produits,
* L’utilisation optimale de la gestion informatique.

3. Résolution sur la création d’un Comité de suivi

L’ACAME demande à chacune des Centrales membres de créer un Comité de Suivi
de la gestion de l’approvisionnement des programmes cités précédemment,
ouvert aux entités suivantes :
* L’Etat, représenté par la tutelle technique et la tutelle financière
* Les Partenaires au Développement Sanitaire
* La Société Civile

· PROPOSITIONS DE L’ACAME AUX PARTENAIRES

1. L’ACAME invite les Partenaires au Développement à associer les Centrales
d’Achats de Médicaments Essentiels depuis la conception des programmes
d’approvisionnement jusqu’à leur mise en œuvre.

2.L'ACAME propose la création d’un groupe de travail qui comprend des
représentants de l’ACAME et des partenaires, qui sera chargé d’assurer le
suivi des résolutions prises lors de la Conférence de Ouagadougou.

3. L’ACAME demande aux bailleurs de fonds d’appuyer techniquement et
financièrement le Plan de Développement Stratégique de chaque Centrale
d’Achats membre.

4. L’ACAME propose la création d’un groupe d’experts formé de représentants
de l’ACAME et des Partenaires, et dont la fonction sera :
* D’harmoniser les procédures de validation des Centrales selon des critères
objectivement vérifiables et prenant en compte l’ensemble du cycle
d’approvisionnement, notamment la collecte et le traitement des données.
* De définir des mécanismes visant à impliquer les Centrales d’Achats dans
la gestion des programmes en fixant de manière précise la responsabilité des
différents acteurs.
* De définir des procédures d’évaluation de l’ensemble des activités du
programme d’approvisionnement

CONCLUSION

Les présentations de l’ACAME ont été jugées de très bonne qualité et
manifestement très appréciées par les participants.

Les débats ont été francs, directs, clairs et profonds, et ont permis
d’édifier les partenaires sur les véritables problèmes des Centrales
d’Achats en matière de collaboration avec les bailleurs.

Ces derniers ont reconnu le rôle fondamental joué par les Centrales d’Achats
dans le système d’approvisionnement des pays et ont unanimement pris
l’engagement d’appuyer ces centrales dans l’accomplissement de leur mission
et d’adhérer à la mise en œuvre de leurs plans de développement stratégique.

L’ACAME s’est engagée sur la prise de mesures prioritaires de nature à
améliorer la performance de ses membres et à gagner la confiance des
partenaires.

Cette Conférence Internationale de l’ACAME, des Partenaires et Bailleurs de
Fonds, en laissant une large part aux échanges, a donc permis aux deux
parties de lever le déficit d’informations, source d’incompréhension et
d’absence de dynamisme dans les relations de partenariat.

Les deux parties se sont séparées avec la ferme intention d’unir leurs
efforts pour une meilleure implication des Centrales dans la gestion des
programmes de lutte contre les maladies prioritaires.

Les rapporteurs

Dr MENSAH Josette Dr OBOUAKA Jean De Dieu
(PSP Côte d’Ivoire) (COMEG Congo)
Dr SAMBO Mariama
(ONPPC Niger)

Association des Centrales d’Achats Africaines de Médicaments Essentiels
01 BP 4877 Ouagadougou Burkina Faso Tel : 226 50 37 37 50 Fax : 226 50 37 37
57 Cameg@cameg.bf


<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>