e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Un nouveau test bientôt à l'essai pour détecter la co-infection VIH/TB

DAKAR, le 22 mars (IRIN) - Une nouvelle méthode de dépistage de la tuberculose 
(TB), appelée Elispot et adaptée aux personnes vivant avec le VIH, sera 
prochainement testée au Sénégal, a révélé un chercheur en marge du sixième 
congrès de la Fédération africaine des sociétés d'immunologie (Fais).

Pour faire face à une augmentation constante de la co-infection TB/VIH sur le 
continent africain, «une nouvelle méthode de dépistage de la tuberculose a été 
mise au point qui permet une meilleure identification de la maladie et, à 
terme, un moyen de suivi très efficace de la réponse au traitement par les 
porteurs du VIH», a expliqué mardi Tandakha Dieye, responsable de l'unité 
d'immunologie au laboratoire de l'hôpital Le Dantec de Dakar.

Au Sénégal, la co-infection à la TB, la première infection opportuniste qui se 
développe sur des systèmes immunitaires affaiblis par le VIH, concerne environ 
10 pour cent des patients séropositifs, contre 27 pour cent au Nigeria, le 
quatrième pays le plus touché de la planète en nombre de malades de la 
tuberculose.

Elispot (pour 'enzyme-linked immunospot') a été mis au point après cinq ans de 
recherches menées par Le Dantec, l'Institut français de recherche et 
développement (IRD) et l'Institut de médecine tropicale d'Oxford, au Royaume 
Uni. Elle est aujourd'hui validée par l'Union européenne et est en cours 
d'approbation par l'agence sanitaire américaine Food and Drug Administration 
(FDA).

Jusqu'à présent, le dépistage de la tuberculose, une maladie infectieuse due au 
bacille de Koch, s'effectue grâce à un test cutané à la tuberculine (IDR), une 
méthode utilisée depuis plus d'un siècle mais pourtant «moins fiable avec les 
patients positifs au VIH, car la réaction cutanée est difficilement visible», a 
précisé M. Dieye à PlusNews. 

En outre, les résultats donnés par ce test IDR peuvent être biaisés 
('faux-positifs') chez les personnes vaccinés par le BCG, un vaccin très 
répandu et dérivé d'un bacille tuberculeux bovin (Mycobacterium bovis), alors 
que l'Elispot repose sur la détection de cellules atteintes, des lymphocytes T 
qui sont spécifiques des antigènes de Mycobacterium tuberculosis, ont précisé 
les scientifiques.

Selon une étude publiée par l'université d'Oxford, et parue dans le journal 
scientifique Lancet en 2003, ce test est donc plus précis pour l'identification 
des personnes asymptomatiques mais exposées à la tuberculose, car pour la 
première fois en médecine, il «détecte les cellules infectées plutôt que les 
anticorps», selon le chercheur Ajit Lalvani, basé à Oxford.

Le test, qui a été utilisé pour suivre une flambée de TB dans une école de 
Leicestershire, en Angleterre, s'est ainsi souvent révélé positif chez les 
enfants qui avaient été exposés aux cas de tuberculose.

«Ce test pourrait faciliter le contrôle des flambées de tuberculose et aider à 
la mise en ouvre de traitements préventifs ciblés sur des personnes où 
l'infection est latente», a précisé le chercheur, qui a remporté le prix 
scientifique 2005 de l'Union internationale contre la tuberculose et les 
maladies respiratoires pour ses travaux sur Elispot.

Alors que la prévalence mondiale de la tuberculose a reculé de plus de 20 pour 
cent depuis 1990, la situation de l'Afrique est considérée comme «alarmante» 
par l'Organisation mondiale de la santé, qui estime que, dans certaines régions 
du continent, 75 pour cent des malades sont également infectés au VIH, tandis 
que près de la moitié des personnes séropositives développent la maladie.

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Un nouveau test bientôt à l'essai pour détecter la co-infection VIH/TB, Marc . DIXNEUF <=