e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Gilead casse le prix des traitements du SIDA pour les pays les plus pauvres

|Remerciements à C Rambert pour la traduction de ce message. On trouvera à la 
fin un ancien e-med trouvé dans les archives de e-med 
http://www.essentialdrugs.org/emed/archives.php sur l'usage du Viread par 
Geneviève Beck-Wirth.CB]


Gilead casse le prix des traitements du SIDA pour les pays les plus pauvres
San Francisco Business Times: 2 Septembre, 2005
Daniel S. Levine

Gilead Sciences Inc. a annoncé qu'il allait casser le prix des traitements
du SIDA pour les pays en développement à la suite de réductions des coûts de
fabrication.

La société de biopharmacie de Foster City, qui produit déjà des ARV à prise
quotidienne unique disponibles au prix coûtant grâce à son programme Access
destinés à 97 pays en développement, a annoncé qu'il allait casser le prix
de Viread de 31% et celui de Truvada, l'association qui inclut Viread,  de
12%.

La société a annoncé que le coût d'un mois de traitement de Viread descendra
de 25 US$à 17 US$ et que celui de Truvada passera de 30 à 26 US$.

Bien qu'il y ait de nombreux autres obstacles dans la lutte contre le VIH
dans les pays en développement, allant des questions d'infrastructure à la
question du manque de formation des personnels, le coût relativement élevé
des médicaments reste un obstacle significatif, d'après les experts. On ne
sait pas dans quelle mesure la réduction du prix va permettre l'accès au
traitement à plus de patients qui en ont besoin, néanmoins ceux qui
s'efforcent de faciliter l'accès aux traitements qualifient le geste de
cette société de recommandable en disant que tout effort ne peut qu'aider.

"Le coût des traitements est un gros problème pour les pays qui suivent les
protocoles de première ou de seconde intention pour mettre les patients sous
traitement. Cela a un impact" a déclaré Eric Goosby, Directeur exécutif de
Pangea Global AIDS Foundation, une filiale à but non lucratif de la San
Francisco AIDS Foundation qui se concentre sur le développement des systèmes
de délivrance des médicaments dans les pays pauvres. "Les infrastructures et
les ressources humaines sont un obstacle, mais il n'y en a pas à la
réduction des coûts qui est une barrière prédominante dans ces pays".

Cependant un autre obstacle significatif est l'absence d'enregistrement des
produits de Gilead dans la plupart des 97 pays qui sont considérés comme les
plus pauvres et comme hébergeant environ 70% des cas de VIH. Son programme
est disponible dans 20 de ces pays, dont certains parmi les plus touchés en
Afrique. Gilead  souhaite enregistrer ses produits dans tous les pays
d'Afrique. Il souhaite accélérer ce processus  avec l'aide d'Aspen
Pharmacare, un fabricant sud-africain de génériques qui produit de ses
comprimés et distribue ses produits dans les pays en développement.

"De nombreux leaders en Afrique sont assis sur un baril de dynamite en
n'ayant pas fait de la lutte contre le Sida une priorité, ce qui contribue à
la destruction du tissu social et des capacités de production de ces pays" a
déclaré Haile Debas, directeur exécutif de UCSF Global Health Sciences et
qui a aussi travaillé pour un comité des Nations Unies contre le Sida en
Afrique. "Il est décevant de voir qu'ils n'ont pas une réponse à la mesure
de l'urgence du problème. "Vous pourriez croire que le sujet est pris en
priorité mais ce n'est pas le cas".

Pour Debas, même si les génériques offrent de bien meilleurs prix pour les
malades du VIH dans les pays en développement, c'est cependant un "grand pas
en avant", "bienvenu de la part d'un labo qui peut le faire par altruisme".

Joe Steele, le vice-président responsable des activités pour le reste du
monde à Gilead, déclare que le labo espère que plus de patients seront mis
sous traitement dans les programmes déjà en place de Gilead.

"On sait que Viread est réservé comme traitement de deuxième intention à
cause de son prix plus élevé que celui d'autres traitements" a déclaré
Steele qui espère ainsi que la diminution du prix permettra de mettre Viread
en première intention: "le coût était un problème".

Daniel S. Levine traite les sujets de biotechnologie au San Francisco
Business Times.

*******************

Gilead cuts HIV drug prices in poorest nations
San Francisco Business Times: September 2, 2005
Daniel S. Levine
***********

Gilead Sciences Inc. said it will slash the cost of its HIV drugs in
developing nations as a result of reductions in its manufacturing costs.


The Foster City biopharmaceutical, which already makes its once-a-day
antiretroviral drugs available at cost through its Access Program in 97
developing countries, said it will cut the price of Viread by 31 percent
and Truvada by 12 percent. Truvada is a combination therapy that
includes Viread.

The company said a regimen of Viread will drop to about $17 from nearly
$25 a month and the cost of Truvada would fall to a little more than $26
per month from nearly $30.

Though there are many other barriers to combating HIV in developing
countries ranging from infrastructure problems to lack of trained
health-care workers, the relatively high cost of drugs remains
significant, experts said. Though it is unclear to what extent the price
reductions will expand access of the drug to patients who need it, those
working to expand access to antiretroviral drugs called the company's
actions commendable and said the efforts can only help.

"The cost of the drugs is a big impediment for countries that are going
on a first line or second line protocol for putting patients on an
antiretroviral. It does have an impact," said Eric Goosby, CEO of Pangea
Global AIDS Foundation, a private nonprofit affiliate of the San
Francisco AIDS Foundation that focuses on developing medical treatment
delivery system in poor countries. "Infrastructure and human resource
needs are barriers, but there's no minimizing the cost issue as a
predominant barrier in these countries."

But another significant barrier is that Gilead still doesn't have
approval to market its drugs in many of the 97 nations that are
considered among the world's least developed and are home to more than
70 percent of HIV cases. Its program is available in 20 of those
countries, including some of the hardest hit in Africa, and it is
seeking registration for its drugs in all African nations. It expects to
accelerate the process with the help of Aspen Pharamcare, a South
African maker of generic pharmaceuticals that is handling the tableting
and distribution of drugs for Gilead in the developing world.

"Many of the leaders in Africa are sitting on dynamite and have not made
HIV/AIDS a priority and it is destroying the social fabric and work
force of these countries," said Haile Debas, executive director of UCSF
Global Health Sciences who has worked on a UN commission on AIDS in
Africa. "Its disappointing they would not have a response that is
commensurate with the urgency of the problem. You'd think this could be
expedited, but unfortunately that's not the way things are going."

Debas said while generic drugs still offer far more affordable care for
HIV patients in the developing world, it's a "great step forward" and
"welcome from a pharmaceutical company that might be doing it for
altruistic reasons."

Joe Steele, vice president of rest of the world operations for Gilead
said in programs already up and running, the company hopes it will allow
more patients to move onto the therapy.

"We do know that Viread is slotted as a second line drug because it is
more expensive than some other drugs," said Steele, who believes the
lower costs will allow health care providers in some countries to use
Viread as a first line treatment. "Cost has been an issue."

Daniel S. Levine covers biotechnology for the San Francisco Business
Times.

C 2005 American City Business Journals Inc.

Source Online:
http://www.bizjournals.com/sanfrancisco/stories/2005/09/05/story7.html?f
rom_rss=1

***************************

[e-med] (2)Nouveau médicament à moindre coût contre le VIH, le "Viread"

From: BECK-WIRTHG@ch-mulhouse.fr
Date: Mon, 28 Apr 2003 04:12:45 -0400 (EDT)

E-MED:(2)Nouveau médicament à moindre coût contre le VIH, le "Viread"
---------------------------------------------------------------------
Bonjour !

- avantages de tenofovir = Viread* : 1 cp par jour en prise unique,
conservation à température ambiante.
- inconvénients : comme pour tous les anti-rétroviraux, nos connaissances
sur leurs effets secondaires se complètent au fur et à mesure de leur
utilisation, donc gare à l'engouement encouragé par le marketing
industriel... Il n'y a aucun renseignement sur sa toxicité chez la femme
enceinte, une toxicité rénale est possible (quelques cas de maladie de
Fanconi réversibles à l'arrêt du traitement ont été présenté sur un poster à
la Xème CROI) et justifie des contrôles biologiques réguliers (et
coûteux...)
- résistance : ce produit est loin d'être systématiquement efficace après
échec d'une première ligne de traitement comportant des inhibiteurs
nucléosidiques avec résistances génotypiques environ 50 % de réponse
seulement).
- recul : son association avec d'autres molécules en prise unique (par
exemple DDI+efavirenz+tenofovir) pourrait en faire un des pivots des
distributions dans le cadre des programmes DOTS. MAIS nous n'avons pas de
recul sur l'efficacité à long terme de ses associations ni sur les profils
de résistances engeandrés et encore moins sur leur tolérance. Il est donc
INDISPENSABLE que rapidement des études à grande échelles soient réalisées
car ces combinaisons pourraient allier efficacité et simplicité.
On peut néanmoins saluer la politique du laboratoire qui, très vite après la
commercialisation du produit, a envisagé sa mise à disposition à prix
coûtant pour les PED. Reste à organiser l'évaluation de ces nouvelles
combinaisons à grande échelle...

Geneviève Beck-Wirth
Hématologie Clinique
Centre Hospitalier de Mulhouse
BP 1370
68070 Mulhouse CEDEX
tel : + 33 (0)3 89 64 77 56
fax : + 33 (0)3 89 64 77 57
--
Adresse pour les messages destinés au forum E-MED:
e-med@healthnet.org
Pour répondre à un message envoyer la réponse au forum
ou directement à l'auteur.
Pour toutes autres questions addresser vos messages à :
e-med-help@healthnet.org 



<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>