e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Migration de professionneles de la santé dans 6 pays africains - OMS/AFRO

[le rapport est disponible en français à cette adresse 
http://www.afro.who.int/dsd/migration6countriesfinal-fr.pdf CB]

MIGRATION DE PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DANS SIX PAYS
RAPPORT DE SYNTHÈSE
Brazzaville . 2004
ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ
Bureau régional de l'Afrique

Mme Magda Awases, Conseiller régional, Développement des Ressources humaines
Dr Akpa R. Gbary, Conseiller régional, Ressources humaines pour les 
programmes de santé
Mme Jennifer Nyoni, Conseiller régional, Gestion des Ressources humaines
Dr Rufaro Chatora, Directeur, Division du Développement des Systèmes et 
Services de Santé

Résumé analytique

L'inquiétude grandit au sujet de la migration des professionnels de santé 
qualifiés dans la Région africaine. Des rapports de presse font état de 
temps à autre de l'ampleur et des effets de la migration de professionnels 
de la santé, mais la recherche et les informations sur les questions 
relatives à leur migration sont peu nombreuses. Il a par conséquent été jugé 
nécessaire d'entreprendre la recherche pour fournir les preuves de l'ampleur 
du problème afin de permettre aux décideurs de planifier à l'aide 
d'informations exactes.

Le présent rapport présente les conclusions d'une étude menée d'octobre 2001 
à juillet 2002 sur la migration de professionnels de la santé dans quatre 
pays anglophones et deux pays francophones d'Afrique: l'Afrique du Sud, le 
Cameroun, le Ghana, l'Ouganda, le Sénégal et le Zimbabwe. Le rapport fournit 
des informations détaillées sur les modèles et les chiffres de la migration, 
les raisons de la migration, les effets sur la qualité des soins de santé et 
les politiques mises en ouvre dans les pays respectifs pour réduire 
l'émigration. Ces conclusions peuvent contribuer à l'élaboration de 
politiques et de stratégies en matière de ressources humaines destinées à 
renforcer la capacité des systèmes de santé à fournir des services efficaces 
et efficients.

Plusieurs zones écologiques ont été échantillonnées sur la base de critères 
spécifiques aux pays. Des décideurs et des professionnels de la santé ont 
été interviewés et des données ont été recueillies à partir des documents 
disponibles, à travers des discussions thématiques de groupe d'intervenants 
communautaires et à l'aide d'entrevues approfondies d'informateurs-clés. Les 
données ont été traitées et analysées à l'aide d'EPIINFO 2000. Des 
diagrammes et la comparaison des proportions ont été utilisées pour les 
données quantitatives, et l'analyse du contenu qualitatif et quantitatif 
pour les données qualitatives.

À cause de lacunes en information et de l'absence d'informations adéquates 
sur la dotation en personnel, il n'a pas été facile d'établir l'ampleur de 
la migration des professionnels de la santé dans les pays étudiés; il a 
aussi été difficile d'identifier les tendances de l'emploi. Cependant, des 
indications utiles ont été tirées des données recueillies.

Contrairement à l'opinion populaire, le nombre de professionnels de la santé 
enregistrés a augmenté considérablement ou marginalement dans tous les pays 
étudiés pendant la période sous revue (1991-2000), sauf dans la profession 
infirmière. Les augmentations ont été plus prononcées chez les médecins et 
les dentistes, mais moins marquées chez les pharmaciens et les accoucheurs.

Dans le secteur public, il y a eu une augmentation notable du nombre de 
médecins employés au Cameroun, au Sénégal et en Ouganda, mais des baisses 
notables ont été constatées au Ghana, en Afrique du Sud et au Zimbabwe.
Le nombre de dentistes du secteur public a augmenté au Sénégal, en Afrique 
du Sud et en Ouganda et est demeuré stable au Cameroun et au Ghana. Dans 
tous les pays étudiés, il y a eu une baisse sensible du nombre d'infirmiers 
et de pharmaciens employés dans le secteur public.

La migration interne, principalement du secteur public vers le secteur privé 
et des zones rurales vers les zones urbaines, a été prononcée, bien que la 
migration internationale soit aussi un problème. Parmi les raisons avancées 
pour la migration vers le secteur privé figurent des salaires et des 
conditions de travail meilleurs par rapport au secteur public. En outre, les 
établissements de santé privés sont considérés comme ayant de meilleurs 
approvisionnements en médicaments et un matériel plus adapté. Les facteurs 
cités pour le mouvement des zones rurales vers les zones urbaines sont le 
manque d'infrastructures et d'autres installations dans les zones rurales; 
la rareté des opportunités de progrès professionnel; les opportunités 
limitées d'exercice en clientèle privée; et le manque d'équipement et de 
médicaments de base dans les établissements de santé situés dans les zones 
rurales.

La migration des professionnels de la santé des zones rurales vers les zones 
urbaines a mené à une pénurie de professionnels de la santé dans les régions 
désavantagées. Au niveau local, la migration des professionnels de la santé 
a accru la charge de travail des agents restants employés dans les 
établissements de santé désavantagés. Les conclusions des études ghanéenne 
et zimbabwéenne montrent que les professionnels de santé employés dans les 
zones urbaines ont des charges de travail inférieures à celles de ceux qui 
sont employés dans les environnements ruraux. De plus, les établissements de 
santé localisés dans les zones éloignées sont mal dotés en personnel, ce qui 
signifie que ceux qui acceptent d'y travailler doivent supporter de lourdes 
charges de travail.

Une proportion considérable d'agents de santé, allant de 26 % en Ouganda à 
68 % au Zimbabwe, songe à émigrer vers d'autres pays. Si l'intention ne peut 
pas être considérée comme un indicateur ferme des tendances futures, elle 
est néanmoins un sujet de préoccupation. Les destinations les plus 
populaires que citent les enquêtés sont le Royaume-Uni et les États-Unis 
d'Amérique. Dans les pays francophones enquêtés, la France et le Canada 
figurent aussi en bonne place parmi les futures destinations.

Les raisons de l'intention d'émigrer varient. Les facteurs économiques sont 
les plus fréquemment cités, mais il y a aussi des facteurs institutionnels 
tels que les services de santé en dégradation, des raisons professionnelles 
(ex. : amélioration des qualifications professionnelles) et des facteurs 
politiques tels que la criminalité et la violence politique.

L'émigration de professionnels de la santé qualifiés de l'Afrique a eu un 
effet négatif sur la qualité des soins offerts dans les établissements de 
santé. La qualité, l'efficacité et l'équité des soins sont étroitement liés 
à l'impact de la migration à partir du secteur public. Le mouvement des 
professionnels de la santé vers le secteur privé a gravement désavantagé les 
pauvres, dont la plupart ne peuvent acquitter les honoraires énormes que 
demandent les établissements de santé privés. Les communautés perçoivent la 
qualité des soins qu'elles reçoivent des établissements de santé comme étant 
mauvaise, puisqu'elles doivent attendre longtemps avant de recevoir 
l'attention médicale, qui est ensuite brève à cause de la charge de 
patients. Dans des pays tels que le Zimbabwe et le Cameroun, la migration 
des professionnels de la santé a contraint le personnel non-qualifié à 
exécuter des tâches qui sont normalement supérieures à leur niveau de 
formation.

Les mesures que les pays ont mis en place pour atténuer les effets de la 
migration sont le recours à un personnel de santé étranger, l'obligation de 
travailler localement imposée aux nouveaux diplômés, l'offre de plus 
d'opportunités d'avancement professionnel et les révisions périodiques des 
salaires. Cependant, ces mesures n'ont en général pas réussi à retenir et à 
attirer du nouveau personnel vers le secteur public, les conditions ne 
s'étant pas améliorées considérablement et des approches fragmentaires ayant 
été mises en oeuvre.

Il est espéré que le présent rapport incitera à une étude supplémentaire des 
questions liées à la migration des professionnels de la santé en Afrique. Le 
rapport fournit des indications et des détails utiles qui peuvent aider les 
décideurs à prendre des décisions éclairées. Au regard des effets importants 
de la migration des professionnels de la santé sur les populations en grande 
partie rurales d'Afrique, le rapport propose des approches complètes et 
intégrées qui, si elles sont mises en oeuvre, devraient pouvoir réduire 
l'hémorragie de professionnels du secteur de la santé. 



<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Migration de professionneles de la santé dans 6 pays africains - OMS/AFRO, ReMeD <=