e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] sida / Fonds Mondial / Conférence Londres

Act Up-Paris
Communiqué 5 septembre 2005

Lutte mondiale contre le sida :
Le Fonds Mondial n¹atteindra pas 15% des besoins

Aujourd¹hui s¹ouvre à Londres la conférence de reconstitution du Fonds
mondial. En effet, le premier cycle de subventions du Fonds mondial, datant
de 2002, est aujourd¹hui achevé (comme prévu), et il faut reconstituer les
réserves du Fonds afin qu¹il puisse financer de nouveaux projets tout en
assurant la continuité des projets débutés en 2002. D¹après le rapport
d¹ONUSIDA du 27 juin 2005, la réalisation du plan mondial de contrôle de la
pandémie du VIH - établi en 2001 à l¹ONU - va nécessiter 15 milliards de
dollars en 2006 et 18 milliards en 2007. Sur ces 33 milliards de dollars
nécessaires pour 2006-2007, le Fonds mondial ne vise à mobiliser que 4,3
milliards ­ soit seulement 13% (Resource needs 2005-2007, the Global Fund).
Ainsi, les ambitions financières du Fonds mondial restent très modestes.


Le désintérêt des Etats généreux

La modestie des ambitions financières du Fonds peut s¹expliquer par le fait
que son conseil d¹administration est contrôlé par ceux qui sont censés payer
: les gouvernements des pays riches. Pourtant, les 15 milliards de dollars
nécessaires pour 2006 ne représentent que 0,06% du PIB 2004 cumulé des 7
pays les plus riches du monde (chiffres OCDE). Malgré cela, cette année, les
pays donateurs n¹ont même pas donné au Fonds mondial le minimum d'un
milliard de dollars supplémentaire nécessaire au lancement d'un nouveau
cycle. Celui-ci sera donc lancé, au mieux, en 2006.

Toutefois, quelques pays riches tiennent l¹engagement pris par les Etats
membres de l¹ONU le 27 juin 2001 d¹atteindre en 2005 10 milliards de dollars
de financement pour la lutte mondiale contre le sida. Il s¹agit des
Etats-Unis - avec environ 2,4 milliards de dollars, soit 0,02% du PIB - et
de la Grande-Bretagne - avec 900 millions de dollars, soit 0,04% du PIB.

Mais le fait que les autres pays riches, eux, ne font pas leur part de
l¹effort financier, amène les Etats-Unis et la Grande-Bretagne à privilégier
la voie bilatérale plutôt que le Fonds mondial. Par exemple, Jacques Chirac,
qui parle beaucoup du sida, n¹a budgété pour la lutte contre la pandémie
sida que 160 millions de dollars (0,008% du PIB). Face à un tel
désengagement, George Bush et Tony Blair n¹ont dès lors plus aucune raison
de mettre leur argent dans le Fonds et préfèrent l'injecter dans des
programmes bilatéraux dont ils ont la pleine maîtrise et qui leur assurent
un bénéfice politique direct.

infoaction@samizdat.net act up m é dias <medias@actupparis.org>
Le Fonds Mondial à l'agonie

Alors que le sida n¹a jamais fait autant de morts que cette année (plus de 3
millions), le Fonds mondial n¹a pas reçu de quoi financer de nouveaux
projets en 2005. Douze mois sans financements additionnels pour lutter
contre une épidémie qui décime la planète. Sans non plus de perspective
concrète d¹arrivée des financements nécessaires dans les prochaines années.
En effet, d¹après le secrétariat du Fonds mondial, meme l¹Europe est encore
650 millions de dollars en deca de sa cote-part concernant les contributions
nécessaires pour 2006-2007 ­ sans parler des Etats-Unis, qui délaissent plus
que jamais la voie multilatérale. Dans ces conditions, l¹avenir du Fonds
mondial à 3 ans est serieusement compromis, comme en conviennent d¹ailleurs
ses principaux financeurs, dont la France.

Les dirigeants du G8 avaient créé le Fonds mondial lors du G8 de 2001. Au G8
2005 ils viennent de promettre de mettre tout en ¦uvre pour l¹accès
universel aux traitements contre le sida d¹ici 2010. Pour cela, ils auraient
dû commencer par pleinement reconstituer le Fonds mondial à l¹occasion de la
réunion qui s¹ouvre aujourd¹hui à Londres.

C¹est pourquoi Act Up-Paris ne peut que poser la question suivante : combien
de temps, combien de millions de morts encore, avant que les dirigeants du
G8 ne commencent à tenir leurs promesses financières en matière de lutte
contre le sida ?

Contact : Khalil Elouardighi (à Londres pendant la Conférence) :
+33 6 63 15 38 82 



<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] sida / Fonds Mondial / Conférence Londres, infoaction@xxxxxxxxxxxx <=