e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] MASTER DE GÉOGRAPHIE DE LA SANTÉ

MASTER DE GÉOGRAPHIE DE LA SANTÉ
En co-habilitation Paris X et Paris XII
Et en collaboration avec Paris V, Paris VI, l'INED et l'IRD

Dossier scientifique : Pr . Gérard Salem ( gerard.salem@wanadoo.fr)
Dossier administratif : Delphine Labainville (dlabainv@u-paris10.fr)
Dépôt des demandes (Lettre de motivation et CV) avant le 28 juin ou le 15 
septembre


DOSSIER PÉDAGOGIQUE

I - INTEGRATION DE LA SPÉCIALITÉ « GÉOGRAPHIE DE LA SANTÉ » DANS L'OFFRE DE 
FORMATION GENERALE
            Si la géographie de la santé constitue un champ relativement 
nouveau dans la géographie française, elle n'en constitue pas moins un 
élément important de la « géographie » tout court : l'état de santé d'une 
population est à la fois cause et conséquence des agencements spatiaux d'une 
société et des dynamiques territoriales. De même, le système de soins à l'image 
des structures spatiales et un élément structurant de ses hiérarchies, 
fonctionnement. La spécialité de géographie de la santé s'inscrit donc dans 
le cadre d'une démarche géographique générale, en étroite relation avec 
toues les autres spécialités.
La spécialité proposée est la seule proposée en tant que telle en France, 
tant dans les facultés de sciences sociales que biomédicales et 
épidémiologiques.

II - DESCRIPTION DE LA SPECIALITE "GEOGRAPHIE DE LA SANTE"
La santé est reconnue comme un élément essentiel de la vie économique et 
sociale, une question émergente de l'aménagement du territoire et un enjeu 
politique majeur. Paradoxalement la géographie française a longtemps 
délaissé ce champ, or cette approche originale enrichit toute la discipline. 
Elle fait appel à toutes les compétences de la géographie (biogéographie, 
géographie sociale, culturelle, politique, géographie des services, etc.). 
Elle révèle avec force les inégalités socio-spatiales, met à jour les 
structures territoriales profondes, montre le lien étroit entre santé et 
agencement du territoire, santé et développement
Parallèlement, par sa richesse propre et ses perspectives d'application, la 
géographie de la santé nourrit la réflexion de l'épidémiologie et de la 
santé publique ; elle éclaire la décision publique dans l'allocation de 
ressources comme dans la planification.
On observe ainsi une demande croissante de géographes de la santé dans le 
champ de la recherche comme dans celui de l'action, dans les pays du Nord et 
du Sud.


            II a - Objectifs de la spécialité Recherche : "Géographie de la 
santé"

Objectifs scientifiques

- enrichir la géographie générale par la géographie de la santé, en 
soulignant les liens entre l'une et l'autre
- promouvoir une démarche thématique comparative entre pays développés et 
pays en développement, sur des thèmes tels que villes et santé, aménagement 
du territoire et système de soins, risques naturels et santé, etc.
- aborder la santé par la géographie en traitant explicitement des 
dimensions spatiales et territoriales, en appliquant le raisonnement 
géographique aux faits de santé dans les pays du Nord et du Sud.
- enrichir la réflexion et l'action par un dialogue entre les sciences de la 
santé et la géographie

Objectifs pédagogiques
Les étudiants devront, à l'issue de leur master, être capables de concevoir 
un programme de recherche et de maîtriser les outils de la géographie de la 
santé pour :
- décrire des disparités spatiales de santé et en analyser les déterminants
- analyser le fonctionnement du système de soins (offre, activité, recours) 
dans ses liens avec le territoire
- intervenir comme géographe et spécialiste de l'analyse spatiale dans des 
équipes pluridisciplinaires
-s'intégrer dans des équipes opérationnelles d'aménagement et/ou de santé 
publique
L 'équipe pédagogique

L'équipe d'enseignement de la spécialité  géographie de la santé du master 
s'appuiera 
sur un réseau d'équipes universitaires et d'EPST, notamment :
-          Paris X -Nanterre : Equipe d'accueil Laboratoire Espace, Santé et 
Territoire, dirigé par Gérard Salem
-         Paris XII : demande de spécialité co-habilitée
-         Institut National du Cancer, « Département Observatoire des 
cancers : géoépidémiologie et sciences sociales.
-          Paris V : convention avec le master « Enjeux majeurs du 
développement : perspectives anthropologiques et socio-démographiques, 
dirigé par Y. Charbit, et J. Copans, et le laboratoire Populations et 
interdisciplinarité dirigé par Y . Charbit)
-          Paris VI : master de santé publique dirigé par Gérard Bréart
-          IRD, principalement l'Unité de recherche Conditions et 
Territoires d'émergence des maladies, dirigée par Jean Paul Gonzalez
-          INED, principalement les Unités de recherches 5 (Mortalité, santé 
et épidémiologie) et 7 (Populations et développement)
-          Les Universités de Porsmouth (Département de géographie, Pr G. 
Moon), Bonn et Heidelberg, (Pr. Sauerborn), l'Université de Montréal 
(départements de médecine sociale et géographie, Pr. A.P. Contandriopoulos).

Enseignants et chercheurs habilités à diriger des mémoires de DEA et des 
thèses
AMAT-ROZE Jeanne Marie, géographe, Professeur, Paris XII, Laboratoire E.S.T
BELTRANDO Gérard, géographe, Professeur, Paris VII
CHARBIT Yves, démographe, Professeur, Paris V
CONTANDRIOPOULOS André Pierre, Professeur, Université de Montréal
COT Michel, médecin-épidémiologiste, Directeur de recherche à l'IRD
DELPEUCH Francis, nutritionniste, Directeur de recherche à l'IRD
GARENNE Michel, démographe, Directeur de recherche à l'IRD, UR CTEM
GONZALEZ Jean Paul, médecin- virologue, Directeur de recherche à l'IRD, UR 
CTEM
MESLE France, médécinè démographe, INED
MOON Graham, professeur des universités, Un. Porsmouth
RODHAIN François, médecin, Professeur à l'Institut Pasteur de Paris
SALEM Gérard, Géographe,  P.U, ParisX-Nanterre, Laboratoire EST, UR CTEM de 
l'IRD
SOURIS Marc, géomaticien, Directeur de recherche, UR CTEM de l'IRD
Vallin Jacques, démographe, Directeur de recherche, INED
WANIEZ Philippe, géographe, Directeur de recherche, UR CTEM de l'IRD

Autres enseignants du DEA
BUCHILLÉ Dominique, anthropologue, chargé de recherche, UR CTEM de l'IRD
DEGALLIER Nicolas, entomologiste, chargé de recherche, UR CTEM de l'IRD
FOURNET Florence, entomologiste, Chargé de Recherche, UR CTEM de l'IRD
JOUGLA Éric, épidémiologiste, Directeur du Service 8 de l'INSERM
ODINETZ, Olga, géographe, chargé de recherche, UR CTEM de l'IRD
PEYRONNIE Karine, géographe, chargé de recherche, UR CTEM de l'IRD
RICAN Stéphane, géographe-statisticien, Laboratoire Espace, Santé et 
Territoire, UR CTEM de l'IRD
ROUDIER DAVAL Charlotte, géographe-géomaticienne, Institut National du 
Cancer
VAGUET Alain, géographe, Maître de conférences, Laboratoire Espace, Santé et 
Territoire


            II b - Organisation de la spécialité Recherche : "Géographie de 
la santé"


1 - Parcours/Contenus
            La spécialité est organisée en 4 semestres de telle sorte que 
les enseignements fondamentaux se placent aux 1er et au 3ème semestres, et 
les stages et travaux personnels des étudiants au cours des 2ème et 4ème 
semestres. Compte tenu des formations antérieures variées des étudiants 
(géographie, démographie, médecine, statistique, santé publique, etc.), et 
d'objectifs 
professionnels variés (enseignement, recherche, bureau d'étude, complément 
de formation), des parcours individuels seront définis avec chacun d'eux.

1ère année 1er semestre : M1
UE 0 :  Tronc commun du master de géographie de Paris X.
Histoire, concepts et débats de la géographie contemporaine.


UE 1 - Introduction à la Géographie de la santé ( 5 ECTS) responsable : 
Gérard Salem
            Obligatoire
            - Concepts et notions de la géographie de la santé, débats 
contemporains
            - Histoire de la géographie de la santé
- Introduction aux textes fondateurs
- La géographie de la santé, dans le champ des sciences de la santé

UE 2 - Concepts, méthodes, et outils de la démographie  ( 5 ECTS) : 
responsable : INED, Paris V
            Obligatoire
-          Concepts et problématique de la démographie
-          Les indicateurs démographiques
-          Population et peuplement
-          Les méthodes de la démographie

UE 3 - Environnement, modes d'occupation de l'espace et santé (5 ECTS). 
Responsable Gérard Salem
            Obligatoire
-          Eau, aménagement de l'espace et santé
-          Ville et santé
-          Mobilité et santé
-          Mode d'occupation de l'espace et maladies transmissibles
-          Milieux, mode de vie et maladies non transmissibles

UE 4 - Géographie du système de soins (5 ECTS). Responsable J.M. Amat Roze
            Obligatoire
            - Organisation territoriale et organisation du système de soins
            - Ségrégations socio-spatiales et accès aux soins
            - Déterminants du recours aux soins

UE 5 - Techniques et outils niveau 1 (5 ECTS) : responsables ; S. Rican et 
M. Souris
            Choix de 3 options parmi 6, selon la formation initiale et le 
projet professionnel des étudiants
            - Techniques d'enquête
            - Statistiques niveau 1
            - Analyse spatiale
            - Télédétection
            - CAO niveau 1
            - SIG niveau 1

UE 6 Séminaires de recherche
Responsable / Gérard Salem
            Obligatoire


UE 7 Méthodologie de la recherche (en collaboration avec les autres 
spécialités du master)
Responsable   Obligatoire
            -élaboration d'une problématique : concepts, méthodes, outils
            - Recherche bibliographique et établissement de l'état de l'art
            - élaboration d'un protocole de recherche
            - Réalisation d'un mémoire


UE 8 - l'anglais géographique  ( ECTS)
(mutualisation avec les autres spécialités de l'UFR et avec les départements 
de langue de chaque université, notamment LEA)



1ère année 2ème semestre

UE - Mémoire bibliographique et Rapport de stage (20 ECTS)
            - Mémoire bibliographique sur un sujet en rapport avec la 
recherche (10 ECTS)
            - Rapport de recherche ou de stage, effectué en France ou à 
l'étranger, dans le cadre d'une équipe de recherche accueillant les 
étudiants du master, donnant lieu à une soutenance publique ( 20 ECTS)


TOTAL M1 : 60 ECTS


2ème année, 1er semestre

UE 1 - Techniques et outils niveau 2 (5 ECTS)
            Choix de 1 ou 2 options
            - Analyse spatiale
            - DAO CAO
             - SIG

UE 2 - Epidémiologie et santé publique (5 ECTS) : responsable S. Rican
            -  les indicateurs sanitaires
            -  les fondements de l'épidémiologie
            - l'épidémiologie spatiale

UE 3 - Séminaire avancé (10 ECTS) : responsable G. Salem


UE 4 - Langues étrangères appliquées à la recherche en géographie (5 ECTS)
(mutualisation possible avec les autres spécialités de l'UFR et avec les 
départements de langue de chaque université, notamment LEA)

UE 5 - Option libre : UE ou partie d'UE équivalent à (5 ECTS)
            A choisir librement parmi toutes celles offertes par les 
universités associées


2ème année, 2ème semestre

UE X - Mémoire (30 ECTS)


TOTAL M 2 : 60 ECTS


2 - Conditions d'accès en M1 et en M2

Accès au M1

            - licence de géographie ou d'aménagement
            - diplômes équivalents en sciences sociales ou économiques
            - diplômes équivalents en statistiques, épidémiologie, santé 
publique, etc.
            La sélection des candidats se fera par le collège des 
enseignants sur la base d'un CV, une lettre détaillée de motivation et de 
souhait de recherche.

Accès au M2
            La spécialité Recherche "Géographie de la santé" est accessible 
en priorité aux étudiants ayant suivi le M1 mais aussi aux étudiants 
titulaires de tout autre M1 équivalent (Géographie, Urbanisme, Aménagement, 
Santé publique, épidémiologie, médecine, odontologie, vétérinaire)
            Le jury d'admission est chargé d'apprécier le degré 
d'équivalence de ces M1. Les titulaires de mentions "Bien" et "Très bien" à 
ces diplômes sont privilégiés au moment de l'admission en M2.
            Des parcours fléchés seront organisés pour accueillir des 
étudiants étrangers (ERASMUS-SOCRATES ou autres) pour un ou plusieurs 
semestres.



3 - Effectifs attendus
            L'effectif de M1 sera compris dans une fourchette de 25 à 30 
étudiants, dont des étudiants originaires de l'Union européenne et des pays 
en développement.
            En M2 : 15 à 20 étudiants

Pour mémoire , le  DEA de géographie de la santé, habilité en 2001, a 
enregistré les résultats suivants :
 - 24 candidatures en 2001-2002, 16 acceptées (67%), 11 diplômés (69%)
 - 77 candidatures en 2002-2003, 21 acceptées (27%), 11 diplômés (52%)
- 124 candidatures en 2003-04, 30 acceptées (24%), 24 diplômés (80%)
- 117 candidatures en 2004-2005, 24 acceptés (20.5%)

4 - Méthodes pédagogiques innovantes
L'équipe enseignante est pluridisciplinaire (géographe, épidémiologiste, 
démographe, statisticien, etc.) est composée d'enseignants et de chercheurs, 
et de professionnels de l'aménagement du territoire et de la santé publique.
Le programme d'enseignement est personnalisé en fonction de la formation 
antérieure et des objectifs professionnels de l'étudiant.
L'enseignement est basé sur une alternance de cours magistraux et d'études 
d'exemples 
concrets selon une pédagogie par résolution de problème : élaboration d'une 
question de recherche, état de l'art scientifique, définition des concepts 
et hypothèses, choix des méthodes et outils bibliographiques
            Les mémoires de fin de M1 et de M2 se réalisent toujours dans 
des structures professionnelles (équipe de recherche, hôpital, instance 
administrative de la santé, service communaux ONG, etc.) susceptibles d'offrir 
un cadre professionnel pour le futur doctorant.



            II b - Professionnalisation

            - Objectifs professionnels et débouchés prévus :
            Préparation d'une recherche et/ou entrée dans la vie active

            - Modules d'expérience professionnelle ou stages :
            Notre spécialité permet à l'étudiant de réaliser son stage soit 
dans un laboratoire de recherche, soit dans un organisme de recherche public 
ou para-public.

            - Offres d'emplois identifiés et insertion professionnelle des 
étudiants :
            En se basant sur ce que sont devenus les étudiants ayant obtenu 
leur diplôme de DEA au cours des trois dernières années et n'ayant pas 
continué vers la préparation d'une thèse, les offres d'emplois identifiées 
sont :
Les débouchés
- Sur les 11 diplômés 2001-2002, 5 sont financés pour réaliser une thèse, 3 
ont un emploi en CDI, 1 enseigne. Nous sommes sans nouvelle de 2 étudiants.
 - Sur les 11 diplômés de 2002-2003, 4 sont financés pour réaliser une 
thèse, 1 doctorant est sans financement, 3 ont un emploi en CDI, 1 en CDD, 2 
suivent un DESS
- Sur les 30 étudiants 2003-04, 26 réalisent leur mémoire de DEA dans une 
structure de recherche ou professionnelle (URCAM, ORS, etc,).

            II c - Mobilité

            - Validation de semestres à l'étranger :
            La validation de semestres passés dans une université à 
l'étranger est possible, à condition que le contenu des enseignements suivis 
correspondent avec la finalité de la Spécialité et en accord avec l'équipe 
pédagogique de la spécialité. Nos relations étroites avec les universités 
européennes permettent des échanges privilégiés, notamment dans le cadre du 
dépôt de projets de recherche commun.

            - Séjours universitaires effectués à l'étranger :
            Dans le cadre de la mobilité des étudiants prévue par la réforme 
LMD, les étudiants pourront effectuer 1 ou 2 semestres à l'étranger et, 
s'ils ont satisfait aux conditions des contrôles et obtenu le nombre d'ECTS 
adéquats, ceux-ci seront reconnus et intégrés dans le cursus du M de 
l'Université dans laquelle ils sont inscrits. Le dispositif IRD à l'étranger 
doit faciliter  ces séjours, en suivant notamment les enseignements des 
universités où les chercheurs IRD sont engagés.

 



<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>