e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] GHANA: Le gouvernement promeut la production locale d'antirétroviraux

GHANA: Le gouvernement promeut la production locale d'antirétroviraux

ACCRA, 31 août (PLUSNEWS) - Le Ghana a commencé à produire ses propres 
médicaments antirétroviraux (ARV), un projet privé soutenu par les autorités 
qui souhaitent accroître le nombre de patients sous traitement.

La compagnie pharmaceutique DanAdams, créée par les laboratoires chinois et 
ghanéen Danpong et Adam, a démarré la fabrication de versions génériques d'ARV 
dans une nouvelle usine située en dehors de la capitale Accra.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les médicaments génériques 
ne sont pas concernés par la loi sur les brevets et leurs qualités 
thérapeutiques sont identiques à celles des médicaments de marque, tout en 
coûtant moins cher.

Seul le gouvernement sera en mesure d'acheter ces médicaments génériques, 
jugés conformes aux critères fixés pour la distribution par l'Office pour 
les drogues et l'alimentation (Food and Drug Board, FDB en anglais).

«Nous sommes sur le point d'obtenir notre lettre d'approbation [du FDB] qui 
nous permettra de distribuer officiellement ces médicaments au Ghana», a dit 
à PlusNews Yaw Adu Gyamfi, le directeur général de DanAdams.

Six millions de dollars américains ont été alloués en 2005 par le 
gouvernement ghanéen pour l'achat d'ARV, des traitements qui prolongent 
l'espérance 
de vie de 2 600 personnes, selon M. Gyamfi.

Cela reviendra presque deux fois moins cher à l'Etat d'acheter les ARV à 
DanAdams, selon son directeur, qui a assuré que pour soigner le même nombre 
de personnes, l'Etat ne devra payer que 3,37 millions de dollars.

Pourtant, la majorité des antirétroviraux prescrits au Ghana est achetée 
grâce aux subventions accordées par le Fonds mondial de lutte contre le 
sida, la tuberculose et le paludisme, qui demande le feu vert de l'OMS - qui 
ne l'accorde qu'après une longue série d'examens - avant d'accepter la 
commande.

En 2004, le Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la 
tuberculose a accordé au Ghana un financement de 15 millions de dollars sur 
deux ans pour la distribution de ces ARV.

Interrogée par PlusNews, Edith Annan, de l'OMS au Ghana, a affirmé que le 
processus d'évaluation des ARV par les organismes internatioanux avait 
commencé, mais qu'il serait long.

«Cela prend du temps, d'autant que la qualité du produit peut varier d'un 
fabricant à l'autre", a dit Mme Annan, qui a précisé qu'une première 
évaluation devrait commencé en septembre.

Lors de la publication d'une nouvelle étude épidémiologique, en avril, les 
autorités avaient assuré que le gouvernement ferait tout pour atteindre ses 
objectifs concernant les traitements ARV, disponibles dans quatre hôpitaux 
du sud du pays.

Le gouvernement prévoit d'étendre ces traitements aux dix hôpitaux régionaux 
du Ghana d'ici la fin de l'année. "Cela va nous demander beaucoup d'efforts 
mais nous devons relever le défi et atteindre nos objectifs cette année", a 
dit le docteur Nii Akwei Addo, le directeur des projets pour le programme 
national de contrôle du sida (NACP).

Selon les responsables de la lutte contre le sida, quelques 70 000 personnes 
auraient besoin de recevoir des traitements ARV au Ghana. 

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] GHANA: Le gouvernement promeut la production locale d'antirétroviraux, Carinne Bruneton <=