e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Politique de santé publique au Brésil: les "mères kangourous"

E-MED:Politique de santé publique au Brésil: les "mères kangourous"
---------------------------------------------------------------------

[Modérateur: une méthode qui permet aussi d'éviter des infections dans les
couveuses et d'économiser des antibiotiques...CB]

Les "mères kangourous": une politique de santé publique au Brésil

RIO DE JANEIRO, 4 nov (AFP) - 9h14 - Le Brésil est le seul pays du monde où
la  méthode "mère kangourou", une forme de contact peau contre peau entre la
mère et le bébé prématuré, permettant d'éviter la couveuse, est devenue une
politique publique.

"Mon bébé pesait 950 grammes à la naissance. Maintenant, un peu plus d'un
mois après, il pèse 1 kg 760", explique fièrement Edilesa Barreira, 36 ans,
son minuscule bébé maintenu par une large bande de tissu contre son sein.

Les jeunes Fernanda Pires, 20 ans, et Daniele Henrique, 17 ans, sont aussi
des "mères kangourous" de la maternité publique Carmela Dutra (zone nord de
Rio). Elle doivent attendre que leur bébé apprenne à téter pour rentrer chez
elles. Patiemment, elles tiennent leur bébé sur elle, plusieurs heures par
jour.

"Chez les adolescentes pauvres, la méthode kangourou crée un lien entre la
mère et le nouveau-né. Beaucoup de celles dont le bébé restait plus de 15
jours en couveuse ne revenaient jamais le chercher. Il ne sert à rien de
traiter le bébé si la mère est un cas social", souligne la doctoresse Monica
Salles, responsable du secteur.

"La méthode kangourou a apporté un changement de comportement des médecins
qui  ont dû accepter la présence de la famille. Si la mère a d'autres
enfants et ne peut pas rester à temps complet à la maternité, le père ou une
grand-mère peuvent prendre la relève", poursuit la doctoresse.

"Le but de la méthode est de promouvoir le bien-être psycho-social du bébé
et de sa famille. De plus, on a besoin de moins de personnel et on évite les
infections avec les bactéries des couveuses", conclut la doctoresse.

La méthode Kangourou est née en Colombie en 1979, en raison du manque de
couveuses dans les hôpitaux. D'autres pays ont fait des expériences isolées
et il existe des associations de mères kangourous dans certains pays, comme
en France.

"Mais le Brésil est le seul pays du monde où elle est devenue une politique
publique", a déclaré à l'AFP Marta Prochnik, chef du département social de
la Banque nationale de développement économique et social (BNDES), qui
finance en grande partie ce projet.

"Aujourd'hui la méthode kangourou est une réalité au Brésil. Même les femmes
qui accouchent dans des cliniques privées réclament la méthode kangourou et
ne veulent plus laisser leur nourrisson en couveuse. Il progresse plus vite
et sans stress", a précisé Mme Prochnik.

L'expérience a commencé en 1994 dans une maternité publique de Recife, dans
le nord-est pauvre du Brésil, où le taux de prématurés à la naissance est de
15%, contre 5 à 6% dans les pays industrialisés.

En 1999, la BNDES a mis sur pied un projet de 1,5 million de dollars en
collaboration avec le ministère de la Santé pour diffuser la méthode dans
250 maternités du pays.

D'abord destinée aux mères démunies à qui l'on apprenait en même temps les
soins élémentaires (faire bouillir l'eau pour éviter la diarrhée par
exemple), la méthode a fait des adeptes car elle est "beaucoup plus
humaine".

Mme Prochnik rappelle que "l'on a commencé à s'intéresser aux prématurés
quand Jacqueline Kennedy a perdu un bébé". On a beaucoup progressé du point
de vue technologique mais sans tenir compte du côté humain. La mère est une
couveuse naturelle: si la température du bébé baisse, celle du corps de la
mère augmente et vice-versa.

Mais au début il y a eu des résistances parmi les médecins, car mettre un
bébé en couveuse demande moins d'efforts que d'éduquer les mères.

La méthode a adopté le nom des mammifères marsupiaux originaires d'Australie
parce que les petits naissent de terminer leur gestation. Les bébés
kangourous ont pour cela une gestation extra-utérine dans une poche, où ils
restent au chaud et s'alimentent pour achever de se fortifier.

Pour vous inscrire, vous désinscrire et consulter les archives de e-med :
http://www.essentialdrugs.org/emed/

--
Adresse pour les messages destinés au forum E-MED:
e-med@healthnet.org
Pour répondre à un message envoyer la réponse au forum
ou directement à l'auteur.
Pour toutes autres questions addresser vos messages à :
e-med-help@healthnet.org

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Politique de santé publique au Brésil: les "mères kangourous", remed <=