e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Non aux restrictions budgétaires pour la coopération avec les PED

E-MED:Non aux restrictions budgétaires pour la coopération avec les PED
---------------------------------------------------------------------

COMMUNIQUE DE PRESSE

NON AUX RESTRICTIONS BUDGETAIRES POUR LA COOPERATION AU DEVELOPPEMENT !

Paris le 30 juin 2003

Face aux restrictions budgétaires et autres gels de crédits qui frappent
actuellement la Direction générale de la coopération internationale et du
développement du Ministère des Affaires Etrangères, mais aussi l'Agence
Française de Développement ou d'autres institutions publiques comme le CIRAD
ou l'IRD, l'Observatoire français de la coopération internationale rappelle
au gouvernement français les engagements du Président Chirac, tant à
Johannesburg que lors du dernier Sommet du G8, d'ouvrer en faveur d'une
augmentation sensible de l'aide publique au développement et de lutter
efficacement contre la pauvreté dans le monde.

Or l'écart se creuse de plus en plus entre le discours rassurant du
gouvernement Raffarin et la réalité constatée par de nombreux acteurs de la
solidarité internationale : ONG, opérateurs du développement et partenaires
des pays concernés, scientifiques et personnel de l'administration. Force
est de constater que la politique menée par le gouvernement français fait
peser de nombreux risques sur la politique de coopération au développement
de la France.
L'insincérité du budget 2003 est apparue dès le début de l'année avec les
gels et annulations de crédits imposés à presque tous les Ministères. Des
discours rassurants faisaient cependant état d'une « sanctuarisation » de
l'APD décidée à l'Élysée. Les murs du sanctuaire ont aujourd'hui volé en
éclats, de l'aveu même du Ministre en charge de la Coopération et du
Directeur de la Coopération internationale et du développement. : les gels
annoncés à hauteur de 2,4 % des crédits de fonctionnement et de 10 % des
crédits d'investissement affectent à la fois notre contribution au FED et
les crédits FSP, les crédits de l'AFD et ceux de la coopération proprement
dite. On sait aujourd'hui que ces gels vaudront, dans la plupart des cas,
annulation définitive pour 2003 et que, pour 2004, Bercy - plus que jamais
installé dans son rôle de chef d'orchestre - négocie sur la base des
montants votés en 2003 amputés des sommes gelées.

En effet, si l'APD enregistre une relative hausse en volume, de nombreux
signes laissent présager un net recul des préoccupations de solidarité
internationale dans les arbitrages budgétaires opérés par le gouvernement.
Non seulement le principe d'additionnalité des allégements de dette à l'aide
budgétaire ne sera pas respecté mais, de surcroît, la nouvelle ventilation
des activités du MAE laisse peu d'espoir aux OSI qui réclament une loi de
programmation pour une aide au service du développement du Sud. Enfin, la
part croissante de l'APD (hors allègement de la dette) absorbée par le FED
pose le problème du poids de la France dans les institutions communautaires
traitant de l'aide au développement.
Bref se confirme le choix politique d'un gel des crédits affectés à la
coopération au développement compensé par des allégements de dette (C2D,
IPPTE).

L'OFCI  veut attirer l'attention sur l'écart croissant entre discours et
réalité. Nous dénonçons non seulement l'insincérité du budget voté à
l'automne 2002 par la représentation nationale, mais aussi les effets
destructeurs sur le long terme des mesures de restriction. Ces mesures sont
d'ores et déjà particulièrement sensibles dans les domaines suivants :
 - Réduction de certains SCAC à un état de quasi-mendicité (non-paiement des
factures.);
 - Renoncement à un certain nombre d'initiatives privées et décentralisées,
à des opérations d'assistance technique et à des programmes d'études et de
recherche ;
 - Partenaires « arrosés de promesses » mais mis devant le fait accompli
d'engagements non tenus ;
 - Mise en danger des associations de solidarité internationale ;
 - Non respect des engagements internationaux de la France et
affaiblissement de ses positions

L'OFCI invite l'ensemble des organisations de solidarité internationale à
s'associer à toutes les initiatives visant à dénoncer la politique de
coopération au développement menée actuellement par la France.
Pour cela l'OFCI  propose aux organisations et personnes intéressées de se
retrouver le 7 juillet à 18h au CICP (21 ter rue Voltaire) pour envisager
les moyens d'une réponse d'envergure face à la menace que fait peser
aujourd'hui la politique menée par la France, qui conduit au renoncement de
ses engagements à oeuvrer en faveur du développement.

ofci@free.fr
http://www.globenet.org/opcf/accueil.htm

Pour vous inscrire, vous désinscrire et consulter les archives de e-med :
http://www.essentialdrugs.org/emed/
--
Adresse pour les messages destinés au forum E-MED:
e-med@healthnet.org
Pour répondre à un message envoyer la réponse au forum
ou directement à l'auteur.
Pour toutes autres questions addresser vos messages à :
e-med-help@healthnet.org

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Non aux restrictions budgétaires pour la coopération avec les PED, remed <=