e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Nos médicaments finissent dans les rivières

E-MED:Nos médicaments finissent dans les rivières
---------------------------------------------------------------------

 Nos médicaments finissent dans les rivières et affectent l'environnement

PARIS, 22 mai (AFP) - 9h37 - Les médicaments que nous prenons se retrouvent
dans les eaux de surface et les eaux souterraines à la sortie des stations
d'épuration, où ils peuvent même à faible dose affecter l'environnement,
selon le laboratoire d'écotoxicologie du Cemagref, un organisme de recherche
public.

"Nous ne sommes pas conscients quand nous faisons pipi que les petites
pilules du matin vont se retrouver à micro-dose dans les rivières", constate
Jeanne Garric, co-auteur d'une étude qui doit paraître prochainement dans le
magazine spécialisé Ecotoxicology and environmental safety.

Comme les pesticides utilisés en agriculture, les médicaments sont des
substances chimiques dont des traces multiples sont retrouvées dans les
eaux. L'homme a commencé à s'en préoccuper il y a une dizaine d'années,
constatant l'apparition de résistances aux antibiotiques chez les bactéries,
à la suite de leur diffusion dans la nature.

Le laboratoire du Cemagref-Lyon a planché sur six substances médicamenteuses
repérées à des concentrations diverses à la sortie des stations d'épuration
en France, Grèce, Italie et Suisse lors d'une campagne de mesure réalisée au
printemps 2001 dans le cadre d'un projet de recherche européen.

Les premiers résultats portent sur un anti-épileptique (carbamazepine), un
anti-inflammatoire (diclofenac) et un médicament anti-cholestérol (acide
clofibrique) sur des organismes vivants.

Les chercheurs ont mesuré leurs effets sur des daphnies (puces d'eau), des
rotifères(micro-organismes invertébrés) et des poissons exotiques, les
poissons zèbres.

Proche "de la zone où il faut faire attention"

La carbamazepine apparaît comme la plus dangereuse des trois molécules
testées, selon l'étude: elle est détectée à la sortie de toutes les
installations de traitement  avec les concentrations les plus élevées.

Certes, les doses maximales relevées (0,5 à 1 microgramme par litre) sont
dix ou vingt fois moins importantes que le niveau où un effet (sur la
reproduction des daphnies par exemple) est mesuré, mais "lorsqu'on applique
un facteur de sécurité,  on approche de la zone où il faut faire attention",
souligne Jeanne Garric.

Les tests sur la reproduction des daphnies par exemple, d'une durée maximum
de sept jours, mesurent mal les effets à long terme, alors que ces
substances sont pour  certaines peu biodégradables, voire résistantes,
souligne-t-elle.

"On atteint dans certains cas des concentrations qui doivent conduire à
multiplier les études et à prendre des mesures de réduction à la source",
estime Mme Garric.

D'autant que toutes les micro-doses provenant des pesticides, des produits
vétérinaires et des médicaments peuvent s'additionner et se combiner dans
l'eau et  s'accumuler dans les sédiments.

Or, les études manquent cruellement sur les effets additionnels et les
effets croisés des substances chimiques sur les milieux et la santé humaine
(interactions entre  plusieurs molécules). C'est d'ailleurs un des sujet de
recherche prioritaires identifiés par la nouvelle Agence française de
sécurité sanitaire environnementale (AFSSE).

En attendant une prise en compte de l'environnement dans les autorisations
de mise sur le marché des médicaments (AMM), chacun peut agir à son niveau:
éviter les surdosages, ne jamais se débarrasser d'un médicament dans les
toilettes ou la poubelle, mais le rapporter à la pharmacie où il sera
orienté vers les filières de recyclage.


Pour vous inscrire, vous désinscrire et consulter les archives de e-med :
http://www.essentialdrugs.org/emed/
--
Adresse pour les messages destinés au forum E-MED:
e-med@healthnet.org
Pour répondre à un message envoyer la réponse au forum
ou directement à l'auteur.
Pour toutes autres questions addresser vos messages à :
e-med-help@healthnet.org

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Nos médicaments finissent dans les rivières, remed <=