e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] (2)OMS/HAI Enquête sur les prix des médicaments

E-MED: (2)OMS/HAI Enquête sur les prix des médicaments
---------------------------------------------------------------------

Accès aux médicaments : l'OMS livre la vérité sur les prix
Son rapport doit aider les pays du Sud à payer moins cher.

http://www.liberation.fr/page.php?Article=112109

Par Christian LOSSON et Florent LATRIVE
mercredi 21 mai 2003

Le constat est sans ambiguïté : le prix des médicaments dans les pays
pauvres peut baisser.
Drastiquement. Avec la publication hier de son  rapport Medecine Prices,
l'Organisation mondiale de la santé (OMS) le prouve. L'objet, présenté en
marge de l'assemblée générale annuelle de l'institution, vise à mettre en
lumière les inco hérences de tarifs sur les médicaments essentiels, source
d'inégalités dans l'accès aux traitements pour les pays les plus pauvres.
Et, surtout, à fournir les outils pour faire baisser les prix, en détaillant
ce qui, dans le coût d'un traitement, relève de la responsabilité du
fabricant ou de l'Etat. «C'est une bombe», résume German Velasquez,
promoteur du dossier «accès aux médicaments» à l'OMS, «qui prouve que la
question des brevets, qui coince toujours à l'OMC (Organisation  mondiale du
commerce), n'est pas le seul motif de blocage de l'accès aux médicaments.»

Lobbies. La sortie d'un tel rapport s'est faite au forceps. «Depuis dix ans,
on a tenté de bosser là-dessus, assure un des experts. On s'est sans cesse
heurté aux lobbies des labos et de certains Etats qui juraient que ce genre
d'étude coûte cher.» Les ONG, qui n'ont jamais manqué de fustiger les
lenteurs de l'OMS, saluent l'initiative. Ce manuel est un «outil de
transparence devant permettre de faire pression», à la  fois sur les
gouvernements et les laboratoires pharmaceutiques, assure Bernard Pécoul,
coordinateur de la campagne d'accès aux médicaments essentiels de Médecins
sans frontières.

Que montre ce rapport ? Qu'il existe un nombre important d'écarts de prix
résultant des politiques tarifaires des laboratoires, mais aussi des marges
prélevées par le système de distribution ou des politiques de santé engagées
par les différents pays. «Il n'est pas rare pour les habitants des pays en
développement d'acheter des médicaments plus cher que dans les pays
industrialisés», relève le rapport.
Exemple : en 2000, la lamivudine, utilisée dans la prise en charge du sida,
était vendue en moyenne 20 % plus cher en Afrique que dans dix pays
industrialisés. Les écarts sont parfois tout aussi importants entre pays à
niveau de vie comparable : la nifédipine (un antihypertenseur) est ainsi
vendue six fois plus cher en Afrique du Sud qu'au Brésil.

Même si «une partie importante de ces écarts provient du fabricant», selon
Carmen Perez, de MSF, les tarifs des laboratoires ne sont pas seuls en
cause. Les politiques locales ont aussi un impact sur le coût final, comme
au Pérou où les taxes, les marges des grossistes et des distributeurs font
passer le prix de la ranitidine (traitement de l'ulcère) de 2,90 dollars à
l'importation à 7,20 dollars au détail. Soit près de 150 % de majoration.
Même tendance au Brésil, où les taxes et les marges pratiquées font grimper
le prix sortie d'usine de 40 %.

«Voir plus clair». Le rapport de l'OMS se veut bien plus qu'un relevé de
prix ponctuels. Il fournit surtout une méthode fiable à destination des ONG
et gouvernements pour établir leurs propres comparaisons précises. Et y
puiser les axes d'une politique efficace - que ce soit en faisant pression
sur les laboratoires, en baissant les taxes ou en favorisant les médicaments
génériques.

Cette reconnaissance de la diversité des leviers à actionner pour faire
baisser les prix satisfait d'ores  et déjà l'industrie pharmaceutique,
souvent accusée d'être la principale responsable de la situation. «Que l'OMS
essaie de mettre en place des outils pour mieux comprendre les prix et y
voir plus clair, cela me semble aller dans le bon sens, indique
Jean-François Chambon, porte-parole de GlakoSmithKline France.
On ne peut pas se contenter de constater qu'un fabricant indien de
génériques peut fournir une molécule moins chère qu'un laboratoire.».

Pour vous inscrire, vous désinscrire et consulter les archives de e-med :
http://www.essentialdrugs.org/emed/
--
Adresse pour les messages destinés au forum E-MED:
e-med@healthnet.org
Pour répondre à un message envoyer la réponse au forum
ou directement à l'auteur.
Pour toutes autres questions addresser vos messages à :
e-med-help@healthnet.org

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] (2)OMS/HAI Enquête sur les prix des médicaments, remed <=