e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Gare à la médicalisation pharmacologique de l'existence

E-MED:Gare à la médicalisation pharmacologique de l'existence
---------------------------------------------------------------------

[Modérateur: un article de la Revue Prescrire pour un usage rationnel des
médicaments.CB]

Gare à la médicalisation pharmacologique de l'existence
Rev Prescr 2003 ; 23 (237) ; 169
Article en Une

http://www.prescrire.org/aLaUne/dossierPhobie.php

Personne ne songerait raisonnablement à contester l'intérêt de traitements
médicamenteux dans certaines pathologies  psychiatriques. Mais étendre
l'utilisation de ces médicaments au-delà des indications pathologiques
constitue un dérapage auquel il faut absolument résister, dans l'intérêt
même des patients.

La médicalisation de la vie ordinaire, et plus précisément la médicalisation
pharmacologique, continue à se développer. Phénomène ancien comme le
rappellent deux éditoriaux du British Medical Journal, il n'en est pas moins
d'actualité (1,2).

Les frontières entre la particularité individuelle et la "pathologie"
deviennent de plus en plus floues. Les symptômes sont de plus en plus
souvent considérés comme des "maladies" à part entière.

Les firmes pharmaceutiques sont activement impliquées dans l'élaboration des
définitions des pathologies. Le Manuel diagnostique et statistique des
troubles mentaux américain, alias DSM, est le fruit des travaux de
l'Association américaine de psychiatrie, qui est très largement financée par
l'industrie pharmaceutique. Le DSM était au départ un outil de recherche.
C'est un répertoire de symptômes, qui ne prend en compte ni le patient en
tant que personne et ses objectifs, ni le contexte de survenue de ses
troubles (2,3). Il est pourtant devenu un outil de base pour l'approche
thérapeutique psychiatrique individuelle (3).

On fabrique aujourd'hui de la "pathologie" à partir de tout ce qui ressort
du domaine psychologique (3). Le déplacement de la limite du "pathologique"
vers le "normal" ouvre de nouveaux marchés à la prescription (3à6). On peut
en rapprocher la man?uvre qui consiste à  abaisser les valeurs normales des
chiffres de paramètres biologiques, conduisant à un traitement médicamenteux
de plus en plus de valeurs "excessives" (3,7).

Les firmes exercent une promotion active de ces définitions auprès des
soignants et du grand public (1). Elles "alertent" le public sur
l'existence de prétendus problèmes sous-diagnostiqués et sous-traités. En
parallèle, elles culpabilisent les prescripteurs de ne pas faire plus
souvent des diagnostics de troubles mentaux et de ne pas prescrire plus
souvent les médicaments psychotropes "qui  s'imposent" (3).

Des approches qui mettent en avant le caractère relativement bénin ou non
évolutif de l'histoire naturelle du problème, et l'importance de développer
des stratégies de prise en charge personnelle, sont minimisées ou ignorées,
donnant l'impression d'aboutir à une "perte de chance" pour le patient (1).

Les solutions médicamenteuses qui risquent fort d'être à l'origine d'une
consommation prolongée voire chronique, sont mises en avant plutôt qu'une
approche active psychologique et sociale (2).

Cette médicalisation pharmacologique systématique expose à plusieurs dangers
: un étiquetage diagnostique inutile voire nuisible pour le patient, une
démarche de piètre qualité pour aboutir à la décision de traitement, un
risque de iatrogénèse, une dépense inutile,  une distraction de l'attention
préjudiciable à la prise en charge de  maladies sérieuses que l'on peut
traiter plus efficacement.

© La revue Prescrire 15 mars 2003

_________
Références
1- Moynihan R et coll. "Selling sickness : the pharmacological industry and
disease mongering" BMJ 2002 ; 324 : 886-891.
2- Double D "The limits of psychiatry" BMJ 2002 ; 324 : 900-904.
3- Zarifian E "Mission générale concernant la prescription et l'utilisation
des médicaments psychotropes en France" mars 1996, 274 pages. Résumé dans
Rev Prescr 1996 ; 16 (168) : 895-897.
4- Healy D "Le temps des antidépresseurs" (traduit de l'anglais par F
Bouillot) Les Empêcheurs de penser en rond - Le Seuil, Paris 2002 : 430
pages.
5- Lenglet R et Topuz B "Des lobbies contre la santé" Syros, Paris 1998 :
288 pages. Présenté dans Rev Prescr 1999 ; 19 (194) : 309.
6- Pignarre P "Comment la dépression est devenue une épidémie" La découverte
et Syros, Paris 2001 : 155 pages.
7- Prescrire Rédaction "Les recommandations contestables et contestées de
l'OMS dans l'HTA" Rev Prescr 1999 ; 19 (195) : 378-381

--
Adresse pour les messages destinés au forum E-MED:
<e-med@usa.healthnet.org>
Pour répondre à un message envoyer la réponse au forum
ou directement à l'auteur.
Pour toutes autres questions addresser vos messages à :
<e-med-help@usa.healthnet.org>

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Gare à la médicalisation pharmacologique de l'existence, remed <=