e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] (14)Comment développer la production des médicaments traditionnels

traditionnels
Sender: owner-e-med@usa.healthnet.org
Precedence: bulk
Reply-To: e-med@usa.healthnet.org

E-MED:(14)Comment développer la production des médicaments traditionnels
---------------------------------------------------------------------


Ce débat parisianiste sur le développement des MT me paraît suréaliste sauf
à croire que le but inavoué est de flatter notre égo pour nous donner bonne
conscience.
Le malade d'un PED ne se soucie guère d'Edgar Morin ni de ses reflexions
métaphysiques sur le développement qui constitue un mythe typique du
sociocentrisme occidental, un moteur d'occidentalisation forcenée, un
instrument de colonisation des sous-développés par le Nord... les valeurs
occidentales du développement sont précisément celles qu'il faut remettre en
question pour trouver une solution aux problèmes du monde contemporain

Notre patient est malade et il veut être correctement soigné. Point.
 Dans son environnement immédiat il a à portée de main  (et de sa bourse) le
Médicament Traditionnel. Aidons-le à améliorer ce MT en le confrontant aux
critères d'évaluations toxicopharmacologiquee et cliniques comme l'a proposé
le Pr Bruneton pour lui conférer qualité efficacité et sécurité qui sont
quand même le minimum à  attendre d'un médicament digne de ce nom.

Le cas d'artemisia annua, une armoise de la famille des composées utilisés
en Chine depuis 2000 ans est révelateur à plus d'un titre. Cette plante
(Qinghao) utilisée dans la pharmacopée chinoise depuis 2000 ans a donné à
Aventis après 20 ans de recherche l'opportunité d'extraire l'artemisinine et
d'obtenir par hémisynthèse des dérivés (artéméther, artésunate, arté éther,
dihydroartémisinine) dont les propriétés physico chimiques augmentent son
efficacité et sa maléabilité thérapeutique. Commercialisé par Rhone Poulenc
Rorer sous le nom de PALUTHER* quand il est utilisé seul ou COATERM* quand
il est associé au benflumétol (antipaludique à demi-vie plus longue),
l'artémisinine et ses dérivés se révèlent le traitement de choix du
paludisme à Plasmodium falciparum multirésistant, ce qui a valu son
inscription dans la liste des Médicaments Essentiels de l'OMS. En France  la
pharmacovigilance impose non seulement que ce produit soit réservé à l'usage
hospitalier mais en plus que sa délivrance soit soumise à une ATU nominative
délivrée par l'Agence du Médicament.

C'est dire que les extraits de plante ne sont pas aussi anodins que certains
esprits veulent le faire croire, sauf à imaginer qu'il y a 2 types de
médicaments: Pour le Nord des médicaments issus de plus de 20 ans de
recherche et exigeant le maximum de précautions et de garanties
bénéfice/risque dans l'intérêt de la santé publique et pour le Sud, des
médicaments sans aucune évaluation prescrits par on ne sait qui, venant d'on
ne sait où et contenant on ne sait quoi.

Enfin, j'ajouterai que l'artemisinine et ses dérivés font actuellement
l'objet de recherche en parasitologie (toxoplasmose, schistosomiase) et en
cancérologie. C'est dire les perspectives que peut présenter le Médicament
Traditionnel quand il sort de son cadre "exotique" pour se soumettre aux
rigueurs de l'evaluation clinique et toxicopharmacologique.
Courage et persévérance aux consoeurs et confrères du Mali, Burkina, Togo et
que les autres pays du Sud se joignent à eux pour que le Médicament
Traditionnel trouve enfin sa place dans la thérapeutique rationnelle.

Dr Francis Coste da SILVA
Président de Santé Sans Frontières

--
Adresse pour les messages destinés au forum E-MED:
<e-med@usa.healthnet.org>
Pour répondre à un message envoyer la réponse au forum
ou directement à l'auteur.
Pour toutes autres questions addresser vos messages à :
<e-med-help@usa.healthnet.org>

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] (14)Comment développer la production des médicaments traditionnels, <francis.dasilva@xxxxxxxxxx> <=