e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Côte d'Ivoire: une industrie pharmaceutique se mobilise

E-MED: Côte d'Ivoire: une industrie pharmaceutique se mobilise
-------------------------------------------------------------------------

Industrie pharmaceutique: CIPHARM est bien lancé

Notre Voie (Abidjan)
19 Juillet 2002
Publié sur le web le 19 Juillet 2002

Cendres Glazaï

CIPHARM se dévoile au ministre N'Dori

Pour traduire dans les faits l'engagement du gouvernement d'une politique
hardie de développement d'un tissu industriel pharmaceutique en Côte
d'Ivoire, Pr. Raymond Abouo N'Dori, ministre de la Santé publique, s'est
rendu, hier, à CIPHARM. Cette firme, selon son directeur général, M. Didier
Marin, est la manifestation de la volonté des partenaires ivoiriens de
s'associer à l'expérience de quatre grands noms de l'industrie
pharmaceutique française. Cela a permis à l'unité industrielle en question
de se faire une place honorable dans le monde des médicaments en Côte
d'Ivoire.

CIPHARM produit annuellement 700 000 unités vente de sirop, 3 millions
unités vente de comprimés, 300 000 unités vente de sirop sec (antibiotique)
et 400 000 unités. Sa mission consiste à fabriquer sur place des spécialités
disponibles tout au long de l'année. Mais, également, d'en maîtriser les
coûts de fabrication et donc les prix de vente (en moyenne les prix publics
de spécialités de marque sont près de deux fois moins chers que si elles
étaient importées) et de mettre à la disposition des plus démunis des
produits génériques dont les prix sont inférieurs à ceux pratiqués avant la
dévaluation du franc CFA, a ajouté l'orateur.

Avant de révéler que la CIPHARM ambitionne, entre autres, de mettre l'accent
sur la croissance des productions nationales, le transfert des technologies,
mais, aussi et surtout, d'assurer l'autosuffisance en médicaments essentiels
en Côte d'Ivoire, ainsi que la sécurisation des approvisionnements. Pour
arriver à ses fins, la CIPHARM demande l'appui de l'autorité de tutelle pour
atténuer, sinon balayer les difficultés de tous ordres qu'elle rencontre
dans son fonctionnement quotidien. Il s'agit de la cherté des matières
premières taxées du reste par la douane, contrairement aux firmes étrangères
qui sont protégées. Ce qui instaure une concurrence que la boîte trouve
inégale. Il s'en suit que sa rentabilité est faible, et si, cela continue,
CIPHARM ne pourra plus bientôt proposer des produits.
Mauvaise perspective, car les produits de cette industrie, à en croire Dr.
Coulibaly, sont à l'écoute des besoins locaux et s'adaptent facilement au
marché local. Ils sont en plus présents en cas de crise et leur qualité est
contrôlable.

Avant la visite des lieux, le ministre Abouo N'Dori a rassuré ses
interlocuteurs que le gouvernement a marqué sa préférence pour la promotion
d'une industrie pharmaceutique. Et qu'il prendra alors les mesures qui
s'imposent pour concrétiser la volonté du président Laurent Gbagbo d'assurer
l'indépendance du pays dans le domaine des médicaments.

[Modérateur: le Président Bagbo avait annoncé lors d'une réunion en mai
dernier à Genève que dans le cadre de l'UEMOA, que des mesures seraient
prises pour faciliter le marché sous-regional des médicaments produit
localement. Est-ce que quelqu'un a des infos à ce sujet ? Carinne Bruneton]

--
Adresse pour les messages destinés au forum E-MED:
<e-med@usa.healthnet.org>
Pour répondre à un message envoyer la réponse au forum
ou directement à l'auteur.
Pour toutes autres questions addresser vos messages à :
<e-med-help@usa.healthnet.org>

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Côte d'Ivoire: une industrie pharmaceutique se mobilise, remed <=