e-med
[Top] [All Lists]

[e-med] Fabriquer des antirétroviraux génériques au Maroc ?

E-MED: Fabriquer des antirétroviraux génériques au Maroc ?
-------------------------------------------------------------------------

Sida : Quelles mesures pour fabriquer des antirétroviraux génériques au
Maroc ?

Libération (Casablanca)
18 Juillet 2002
Publié sur le web le 18 Juillet 2002

Leila Hallaoui

Le projet de production locale des médicaments génériques contre le sida
n'est pas impossible, mais , en tout cas, irréalisable dans un proche
avenir. Rien ne permet, en effet, de bercer un espoir de cette taille même
si sur le plan technique, il ne relève pas de l'utopie. Alors
comment s'explique le pourquoi de la situation ? Les journées de réflexion
qu'a organisées l'Association de lutte contre le sida (ALCS), au début de
cette semaine, ont été l'occasion de méditer sur cette question.

L'échec de la première expérience nationale d'introduire les génériques en
collaboration avec un producteur canadien spécialisé, a retardé la
traduction de cette vision en fait réel. Dans son intervention, M. Abdellah
Lahlou, représentant de Pharma5 (Maroc), a affirmé que les véritables
prémices de l'apparition des génériques ne datent que de dix années et ne
peuvent s'imposer tant que les besoins en matière de génériques des
traitements antirétroviraux ne pèsent pas lourds à l'échelle nationale.
Les génériques provenant de princeps d'autres médicaments n'ont pas subi le
même sort puisque la demande était favorable (selon la vision des
producteurs) et la totalité des laboratoires marocains (y compris les
multinationales) ont adhéré à leur fabrication. Cela a permis, a affirmé M.
Lahlou, de baisser considérablement les prix de vente des médicaments et
d'alléger, dans une certaine mesure, leur accessibilité aux citoyens.

"Les besoins en matière de génériques ARV ne sont pas importants au Maroc"

Cela dit, le Maroc ne peut aller de l'avant pour poursuivre sur sa lancée
vers les génériques en raison de son adhésion à l'Organisation mondiale du
commerce (OMC) et son approbation hâtive de la convention d'application de
la propriété intellectuelle sur les médicaments. Et c'est là, justement, où
les choses se compliquent pour la fabrication des génériques. Alors que la
loi 17-97 relative à la protection de la propriété industrielle datant du 15
février 2000 stipule dans son article 67 (section III-Licence d'office) que
«si l'intérêt de la santé publique l'exige, les brevets délivrés pour des
médicaments, pour des procédés d'obtention de médicaments, pour des produits
nécessaires à l'obtention de ces médicaments ou pour des procédés de
fabrication de tels produits, peuvent, au cas ou ces médicaments ne sont mis
à la disposition du public qu'en quantité ou qualité insuffisantes ou à des
prix anormalement élevés, être exploités d'office. L'exploitation d'office
est édictée par un acte administratif à la demande de l'administration
chargée de la santé publique». Cette loi offre, effectivement, une voie à
une éventuelle fabrication locale des génériques antirétroviraux puisque
plusieurs des conditions y figurant s'adaptent tout à fait à ce type de
traitement. Près de 400 demandes ont été déposées, mais aucune n'a donné
lieu à une suite parce que le décret d'application de la loi n'existe
toujours pas. Les lenteurs administratives sont, pour M. Lahlou, l'un des
gros obstacles à franchir pour la fabrication des traitements génériques
(ARV) contre le sida.

"L'application de la protection de la propriété intellectuelle sur les
médicaments ne permet pas au Maroc de fabriquer des génériques"

Pour le fabricant, l'entreprise de ce projet peut se faire sous plusieurs
optiques, soit en achetant des dossiers de fabrication, soit en travaillant
sous licence avec des producteurs de renommée, comme l'Inde, ou encore, en
développant des dossiers génériques locaux en adéquation bien sûr avec les
normes en vigueur. Et dans le but que cette entreprise aboutit, il est vital
pour l'industrie pharmaceutique locale, a précisé l'intervenant, de garantir
un équilibre entre offre et demande. Ce qui suppose une détermination
préalable des besoins et des quantités à fabriquer et l'ouverture d'un
réseau de distribution et de coopération à travers les pays.

Pour M. Mahly, responsable de la direction de la pharmacie au ministère de
la Santé, les pays en voie de développement doivent se constituer en un seul
groupe pour que la production des ARV génériques puisse être envisageable.
Le Maroc est tenu d'attendre l'échéance des brevets avant d'investir ce
terrain. Les médicaments génériques ont connu une augmentation perceptible
depuis 1998 et ont fait leur entrée sur le marché national, il y a plus de
dix ans, au moment où : «la législation marocaine ne reconnaissait pas de
brevets sur les produits pharmaceutiques. Il suffisait donc de trouver une
matière première de qualité et de constituer un dossier pour avoir un
générique ou une copie du médicament au Maroc». Les prix des médicaments ont
accusé une chute et varient entre 310 dh, pour les produits princeps, et 130
dh pour les génériques. Les plus grandes parts de marché restent, cependant,
les produits princeps. Au niveau du ministère de la Santé, les génériques
représentent un allégement perceptible de l'enveloppe budgétaire, a souligné
M. Mahly. Malgré l'espoir que cela suscite, les antirétroviraux, en majorité
sous brevets, se vendent à un prix très élevé. Selon une étude présentée par
cet intervenant, la moyenne des prix homologués (prix public) par le Maroc
de 1993 à 1996 varie entre 341 dh et 1061 dh. Les prix des génériques
fabriqués localement se situent, quant à eux, entre 59 et 86 dh. Une
situation qui se justifie par le coût de la recherche et du développement
scientifiques, de la promotion du produit et de la rémunération des
actionnaires. Le taux d'inflation cumulé au cours de la décennie écoulée au
Maroc, a précisé M. Mahly, est évalué à 54% alors que l'augmentation des
prix est restée inférieure à 24%.

--
Adresse pour les messages destinés au forum E-MED:
<e-med@usa.healthnet.org>
Pour répondre à un message envoyer la réponse au forum
ou directement à l'auteur.
Pour toutes autres questions addresser vos messages à :
<e-med-help@usa.healthnet.org>

<Prev in Thread] Current Thread [Next in Thread>
  • [e-med] Fabriquer des antirétroviraux génériques au Maroc ?, remed <=